Chantier d’archéologie du bâti à Darnieulles (Vosges)

Un chantier d’archéologie du bâti se tient du 20 au 31 août sur l’ancienne maison forte de Darnieulles.

Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle
Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle

Cet édifice reste un élément du patrimoine lorrain excessivement peu étudié en regard de l’intérêt que le site revêt. Les premières études historiques concernant les sires de Darnieulles ont été réalisées dans les années 1950 par L. Mathieu mais uniquement publiées dans le Bulletin communal en 1980. Autant dire que ce travail reste confidentiel. Depuis, l’abbé Jacques Choux lui a consacré une notice de quelques lignes dans son Dictionnaire des châteaux de France. Lorraine, paru en 1978. Le seul travail ayant un peu d’envergure à ce jour sur la maison forte de Darnieulles est l’œuvre d’A. Laumond, qui publie en 1998 La tour résidence et la maison forte de Darnieulles. Approches historique et archéologique. Ces 24 pages s’insèrent au sein d’un ouvrage collectif : Archéologie vosgienne. Un patrimoine à redécouvrir, hors-série des Annales de la Société d’Emulation des Vosges. Son approche archéologique se résume à une description architecturale, quoique très précise, des éléments discriminants composant la maison forte. L’analyse historique qu’il fournit permet de brosser l’évolution du site à grands traits.

Darnieulles est une paroisse ancienne, dédiée St-Maurice. Dès les années 1090-1150, un lignage de chevaliers possède le site en alleu. Leur puissance s’affirme alors par leur apparition comme signataires de quelques actes épiscopaux ou ducaux et par des donations aux abbayes de Remiremont et Chaumousey. Elle se matérialise aussi dans la pierre au cours de la première moitié du XIIe siècle, par la construction d’un donjon à vocation résidentielle de 15x11m, d’architecture relativement frustre, mais qui reste un exemple unique dans la région. Les sires de Darnieulles finissent par se vassaliser au duc de Lorraine, à la fin du XIIe siècle ou au cours du XIIIe siècle. Le donjon est incorporé à une vaste enceinte au XIVe siècle. Il faut attendre le XVIe siècle, pour qu’un nouveau corps de logis, au nord du donjon, ne remplace ce dernier dans sa fonction d’habitat. Le donjon devient alors un lieu d’engrangement, d’entrepôt.

Darnieulles est un exemple unique en Lorraine de maison forte pour le XIIe siècle. Par ses dimensions, la tour principale, ou donjon, s’inscrit dans la catégorie des bâtiments à fonction résidentielle. Elle comporte à ce titre des éléments de confort, notamment une cheminée, dont on ne connait qu’un seul autre exemple dans le quart nord-est de la France pour la première moitié du XIIe siècle (thèse de J.-C. Kuhn sur les éléments de chauffage dans le nord-est de la France).

Elle reproduit toutefois des éléments de défense passive encore très marqués : porte à l’étage, accessible par une échelle ou un escalier en bois extérieur, enserré dans une tour semi-circulaire accolée au bâtiment, murs épais, ouvertures étroites.

L’état du bâtiment laisse craindre à terme sa disparition, au moins de certaines parties. En effet, les élévations sont envahies par le lierre, deux des quatre chaînes d’angle sont largement dissociées des maçonneries attenantes, des larges ouvertures ont été pratiquées à la base des murs. La consignation des données archéologiques sur les élévations de ce bâtiment apparait donc comme une priorité.

Elévation interne est. On remarque la cheminée.
Elévation interne est. On remarque la cheminée

L’objectif historique et patrimonial est de replacer ce donjon dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales du XIIe siècle. L’édifice semble être une subtile mixtion des grands donjons résidentiels de l’ouest de la France (toutes proportions gardées), des petits donjons résidentiels de l’est du pays (par les techniques de construction) et des Wohnturm germaniques (par l’espace et le confort). Il convient donc de préciser la ou les influences stylistiques observables sur ce bâtiment.

L’objectif archéologique de cette opération est de réaliser une couverture analytique complète du donjon afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux et éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… (relevés au tachéomètre laser, couverture photo, dessin pierre à pierre, renseignements de fiches UC, métrologie). Le cas échéant, des analyses physico-chimiques (lames minces, DRX, dendrochronologies, C14) sont envisagées sur les matériaux jugés pertinents (pierres, mortiers, bois).

L’étude intègre également une thèse en cours sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles. Le chantier est dirigé par Cédric Moulis, sous l’égide de l’Université de Lorraine (EA 1132 Hiscant-MA) et de Nord-Est Archéologie (NEA). Il encadre une dizaine d’étudiants venus des universités de Nancy, Dijon, Lille, Reims et Lyon. Le financement est assuré par la DRAC de Lorraine et le Conseil Général des Vosges.


3 réflexions au sujet de « Chantier d’archéologie du bâti à Darnieulles (Vosges) »

  1. Merci Alexandre.
    Ton travail avait très bien défriché les aspects historiques et architecturaux du bâtiment. Cela s’est révélé précieux pour se lancer dans la partie purement archéologique.
    Au plaisir !

  2. Salut Cédric,
    Content de voir que quelqu’un s’occupe de cette tour… en espérant qu’elle puisse être protégée.
    Bon travail !
    Amitiés,
    Alex.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *