Archives de catégorie : Actualités

Annonces et billets d’actualités sur l’archéologie en Lorraine et ailleurs.

Journée d’études internationales : Du pillage à la conscience patrimoniale en Grèce et dans l’Empire ottoman (Athènes, 9 juin 2017)

Journée d’études organisée le 9 juin 2017 au Musée de l’histoire de l’Université d’Athènes, avec l’objectif d’étudier, à travers les collections d’antiquités souvent pillées en Grèce et dans l’Empire Ottoman aux XVIIIe et XIXe siècles, la naissance d’une conscience patrimoniale en Europe.

Chargés par des riches amateurs ou dans le cadre de missions officielles, des Français, des Britanniques et bien d’autres occidentaux – voyageurs de passage ou résidents sur place – ont enlevé des antiquités afin de constituer des collections prestigieuses dans le contexte historique de l’impérialisme européen. Si les études récentes insistent en général sur les pillages à grande échelle opérés par les voyageurs occidentaux, cette journée d’études internationale vise à mettre l’accent sur un autre aspect non moins essentiel, mais trop souvent négligé ou méconnu : la contribution – directe ou indirecte – de ces hommes à la naissance d’une conscience patrimoniale tant en Europe qu’en Grèce et dans l’Empire ottoman.
Comité d’organisation
– Irini Apostolou (National and Kapodistrian University of Athens)
– Irini Savvani (The Athens University History Museum)
– Alessia Zambon (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque : le XIXe siècle en lumière (Rennes, 18-19 mai)


L’université de Rennes 2 organise les 18 et 19 mai prochains un colloque intitulé

« le XIXe siècle en lumière : redécouverte et revalorisation de l’enluminure médiévale en France au temps du livre industriel. »

Jeudi 18 mai

Les précurseurs (modérateur : Marie Jacob)
10h20 : Anne Ritz-Guilbert (École du Louvre) : François-Roger de Gaignières et l’Armoirial du dénombrement de la Comté de Clermont-en-Beauvaisis

10h40 : Francesca Manzari (Université de Roma – La Sapienza) : L’Essai sur l’art de vérifier l’âge des miniatures des manuscrits de l’abbé Rive : sources d’inspiration et éléments d’innovation.
11h00 : Simona Moretti (Université de Milan) : « Art ingénieux qui donne de la couleur et du corps aux pensées » : Jean-Baptiste Seroux d’Agincourt et l’enluminure médiévale

11h20 : Gennaro Toscano (Bibliothèque nationale de France) : « Ces peintures sont pour les manuscrits un des principaux objets du luxe bibliographique » : Aubin-Louis Millin et l’art de l’enluminure

Le regard des érudits (modérateur : Chrystèle Blondeau)
14h00 : Charlotte Denoël (Bibliothèque nationale de France) : Perspectives historiographiques sur l’enluminure du premier Moyen Âge
14h20: Fabienne Henryot (Bibliothèque universitaire de Lausanne – ENSSIB) : L’expertise du livre d’heures au XIXe siècle : étude bibliométrique
14h40 : Nathalie Roman (Universités de Lausanne et de Neufchâtel) : L’œil de Paul Durrieu
15h00 : Samuel Provost (Université de Lorraine, Nancy) : L’enluminure dans l’œuvre de Paul Perdrizet : autour du Speculum Humanae Salvationis et des recherches sur la Vierge de Miséricorde

Fac-similés et copies (modérateur : Patricia Plaud-Dilhuit)
16h10 : Jocelyn Bouquillard (Bibliothèque Sainte-Geneviève) : Les fac-similés lithographiés d’enluminures publiés sous la Monarchie de Juillet par le comte Auguste de Bastard.
16h30 : Nathalie Pineau-Farge (Institut Catholique de Paris) : Les illustrations des éditions de chroniques médiévales supervisées par Henriette de Witt à la fin du XIXe siècle

Vendredi 19 mai

Collections et marché de l’art (modérateur : Elisabeth Antoine-König)

9h30 : Claire De Lalande (Musée Dobrée, Nantes) : Thomas Dobrée ou l’exigence d’un collectionneur.
9h50 : Hélène Jacquemard (Musée Condé, Chantilly) : Les manuscrits enluminés de la collection du duc d’Aumale : l’héritage et le goût.
11h00 : Geneviève Mariéthoz (Université de Genève) : L’histoire mouvementée de la Bible de Pierre de Pampelune.
11h20 : Pierre-Gilles Girault (Monastère royal de Brou) : Faux et faussaires, autour du Spanish Forger
11h40 : Frédéric Tixier (Université de Lorraine, Nancy) : Un fou de lettres ? Les abécédaires de Jules Maciet au musée des Arts décoratifs de Paris : découpages et (re)créations d’enluminures médiévales au XIXe siècle

Les artistes et l’enluminure médiévale (modérateur : Isabelle Saint-Martin)
14h30 : Claudia Rabel (Institut de Recherches et d’Histoire des Textes, CNRS) : Le livre dans le tableau : les peintres romantiques et le manuscrit enluminé.
14h50 : François-René Martin (École nationale supérieure des Beaux-Arts) : Révoil et le Maître du Coeur d’Amour épris.
15h10 : Lilie Fauriac (Université Paris I – Sorbonne) : Le monde enluminé de Gustave Moreau (1826-1898).
16h20 : Catherine Yvard (Victoria and Albert Museum, Londres) : Le Manuscrit Steger ou l’enluminure maison en France à la fin du XIXe siècle.
16h40 : Nicolas Trotin (École Pratique des Hautes Études, Paris) : Quand les dominicaines de la Congrégation de Sainte Catherine de Sienne enluminaient des manuscrits.

Affiche-Programme du colloque.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’archéologie aux Journées d’Histoire Régionale

Affiche des 12e journées d’histoire régionale

Samedi 25 et dimanche 26 mars, les Journées d’Histoire Régionale se dérouleront à l’abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson, de 14h à 18h. Elles sont consacrées au thème : Histoire et patrimoine au fil de l’eau.

Parmi la riche programmation (59 expositions, 15 conférences, 6 éditeurs, et des animations et spectacles), signalons plus particulièrement pour l’archéologie quelques expositions et conférences :

} Conférences {

  • Samedi 25 à 14h30 : L’eau symbole de dignité urbaine et signe de l’action civilisatrice de l’Empire romain : fontaine monumentale et thermes sur le centre public de la petite ville de Bliesbruck
    Jean-Paul PETIT, Conservateur en chef, Département de la Moselle & membre de l’Académie Nationale de Metz
  • Samedi 25 à 15h00 : Les cisterciens et l’eau au Moyen Âge
    Paul BENOIT, Professeur émérite, LAMOP – Université Paris 1
  • Samedi à 16h00 : L’eau gênante et l’eau utile dans les mines
    du Thillot aux XVIe et XVIIe siècles
    Francis Pierre, Chercheur associé -LAMOP Université Paris 1 – Société d’études et de sauvegarde des anciennes mines

} Expositions {

 

Et de très nombreuses contributions dans les domaines de l’Histoire, de l’histoire de l’art, et du Patrimoine !

Retrouvez le programme des conférences & animations et le programme complet

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Le Savoir en Objets (28 mars, CLSH)

À l’occasion des Journées Art et Culture dans l’Enseignement Supérieur (JACES), les collections scientifiques de l’Université de Lorraine sont l’objet d’une rencontre de présentation autour de vingt-cinq objets emblématiques de ce patrimoine, le mardi 28 mars 2017, de 16h à 20h, sur le Campus LSHS de Nancy.

Un opuscule de 52 pages réunit par ailleurs ces présentations sous forme de photographies commentées et sera distribué aux premiers visiteurs. [Màj du 30/03/17 : il peut être téléchargé au format pdf ici]

Les collections du département d’histoire de l’art et d’archéologie (UFR SHS-Nancy) y sont tout particulièrement représentées, à travers les collections du musée archéologique, la collection de plaques photographiques pédagogiques anciennes et les archives scientifiques de Paul Perdrizet (photographie ci-dessus).

Programme complet à télécharger.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : Les décors peints de la villa de Saint-Ulrich : ambiance colorée chez un notable gallo-romain

Vendredi 17 mars – 20h30 | Musée du Pays de Sarrebourg

Cette conférence est présentée par l’Araps (association pour la recherche archéologique au Pays de Sarrebourg), en collaboration avec le musée du Pays de Sarrebourg. Elle sera assurée par Dominique Heckenbenner.

Les milliers de fragments de peintures murales découverts lors des fouilles de la villa gallo-romaine de Saint-Ulrich, recomposés patiemment au musée du Pays de Sarrebourg par les membres de l’Araps, évoquent de manière concrète le décor intérieur de cette prestigieuse maison. La villa a été édifiée dans la première moitié du Ier siècle. On mesure à quel point dès cette époque, à travers le décor des pièces de réception (fonds bleus, rouges et noirs, imitations de marbres, représentations figurées), le propriétaire veut marquer de manière ostentatoire son statut social. A la fin du Ier siècle, alors que la villa atteint sa plus grande extension, on est surpris par l’alternance des couleurs rouges et noires des cubicula (chambres à coucher), enchanté par les chèvres, les oiseaux et les motifs végétaux et floraux qui ornent les parois du péristyle et édifié par la taille des venatores (chasseurs) dont ne restent que…les chaussures. C’est la grande mode du candélabre, ce luminaire enrichi d’un nombre incroyable de motifs (vases, oiseaux, dauphins…) que l’on trouve dans tout l’Empire romain. Autre ambiance dans les thermes : le baigneur est accueilli dans un vestiaire aux parois noires, décoré de motifs de bordures ajourées et de cercles à palmettes puis il pénètre dans le frigidarium (salle froide) peint en blanc, et décoré de voûtes et de niches en stucs, rehaussés de bleu de vert et de rouge. Au-delà de l’apport considérable à la connaissance de la villa de Saint-Ulrich, l’étude des enduits peints permet d’aborder le monde des artisans et les circuits commerciaux des matières premières.

 

 

 

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Conférence : Michel Pastoureau, « L’historien de l’art face à la couleur : l’exemple du Moyen Âge » (23 mars, 18h, A 42)

Michel Pastoureau, directeur d’études honoraire à l’Ecole Pratique des Hautes Études viendra donner une conférence sur le campus LSHS de Nancy le jeudi 23 mars 2017 à 18h (Amphi A 42) sur :

« L’historien de l’art face à la couleur : l’exemple du Moyen Âge »

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Séminaire « Apprentissage, travail et création » à Lille 3 (23 janvier)

 

Le séminaire « Apprentissage, travail et création » organisé par l’UMR 8529 IRHIS accueille le lundi 23 janvier 2017 une séance consacrée à Nancy avec deux communications autour de Paul Perdrizet, touchant son enseignement d’une part, et les Établissements Gallé à l’époque où il en exerce la direction, d’autre part.

__________________

Enseigner l’histoire de l’art médiéval à Nancy au début du XXe siècle : Paul Perdrizet et l’héritage d’Émile Mâle

Frédéric Tixier (EA 3945 CRULH, Université de Lorraine)

Au début du XXe siècle, l’histoire de l’art en tant que discipline scientique à part entière s’institu onnalise. Différentes chaires professorales sont alors créées dans les universités ou les grandes écoles et des réflexions sont menées sur des aspects d’ordre méthodologique. À Nancy, Paul Perdrizet marque de son empreinte l’enseignement de l’histoire de l’art et de l’archéologie. Ce grand spécialiste de l’art antique a cependant un second centre d’intérêt puisqu’il soutient en 1908, sous la direction d’Émile Mâle, deux thèses d’État consacrées à des questions d’iconographie médiévale. En parallèle, il dispense plusieurs cours d’histoire de l’art du Moyen Âge (sur les primitifs italiens ou l’art symbolique par exemple) selon une approche très influencée par les écrits d’Émile Mâle, en particulier son ouvrage fondamental sur L’art religieux du XIIIe siècle en France. Étude sur l’iconographie du Moyen Âge et ses sources d’inspiration de 1898. Cette intervention souhaite donc questionner la vision de Paul Perdrizet de l’art médiéval, son apprentissage de la discipline en partie autodidacte et sa manière de transmettre son savoir auprès de ses étudiants et à l’Université populaire de Nancy.

___________________

De La formation à la tentation de l’émancipation
des ouvriers d’art et dessinateurs des Établissements Gallé à Nancy

Samuel Provost (UMR 7117 LHSP-AHP, Université de Lorraine)

La manufacture d’art Émile Gallé à Nancy combine, dans l’ordre de leur création, dans le dernier quart du XXe s., une faïencerie, une ébénisterie et une cristallerie. Elle doit à la renommée artistique de son créateur la nécessité de se doter d’un appareil industriel pour répondre à la demande croissante en meubles et cristaux d’art du style Art nouveau qu’il a contribué à théoriser aussi bien qu’à populariser dans les années 1880-1890. Le recrutement et la formation de la main-d’œuvre sont dès lors des questions cruciales, dans une région où la densité d’implantation des industries verrières entraîne à la fois des opportunités et une concurrence marquée. Bien que les archives de la fabrique soient largement perdues ou détruites, d’autres sources, telles que des témoignages personnels et des correspondances privées, de la direction comme des ouvriers, permettent d’examiner comment Émile Gallé et ses successeurs ont répondu aux besoins croissants de main-d’œuvre qualifiée, notamment pour les ateliers de décor sur verre.

On étudiera ainsi d’abord les modalités de la formation des différents corps de métier concernés et le souci d’Émile Gallé de la développer à l’extérieur de la fabrique, ce qu’il manifeste dans les projets de l’association de l’École de Nancy comme dans son soutien aux réformes de l’enseignement des arts appliqués réclamées par un Victor Prouvé, par exemple. Dans un second temps, on verra comment le développement de cette main-d’œuvre qualifée, dans un contexte de forte croissance de la demande pour les verreries décoratives produites en série, a pu entraîner des tentatives d’essaimage de la part d’ouvriers frustrés de ne pouvoir exprimer leurs talents de créateurs dans le cadre de la fabrique Gallé.

(intervention lue par Frédéric Tixier)

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journées d’études : Liturgie et Architecture (24-25 novembre)

colloque_architecture_2016

La liturgie et l’architecture paraissent entretenir un lien évident, qui peut s’expliciter de la façon suivante : « Dans ce domaine, la principale interrogation demeure celle de la création des formes architecturales déterminées par les pratiques liturgiques ou bien, à l’inverse, celle de l’influence du cadre architectural sur le déroulement de la liturgie». (Eric Palazzo,  Liturgie et société au Moyen Âge, Paris, 2000). En termes plus récents, cette interrogation apparaît comme une variante du vaste débat entre «forme et fonction» qui irrigue encore de nos jours les milieux de l’architecture : à quelle donnée reviendrait la primauté ?

Mais en l’occurrence, la question pourrait paraître se limiter au seul moment du  chantier, de la construction à neuf. Or l’un des deux paramètres de la problématique a pu connaître des évolutions spécifiques ou des nouveautés indépendantes de l’influence de l’autre. Ainsi, au temps de la Renaissance, le vocabulaire et les références de l’architecture religieuse ont changé avant que ne soit entreprise la réforme liturgique du Concile de Trente. De même, l’application de cette dernière s’est souvent faite dans des églises construites au Moyen Âge, auxquelles il a bien fallu s’adapter et qu’aussi on a adaptées. On étudiera donc les différents aménagements et réaménagements intérieurs d’édifices religieux ou encore l’émergence des pratiques liturgiques (par exemple les processions) et leurs implications sur les bâtiments. En fait les interrogations, quand on les veut plus précises, sont multiples. Par exemple, comment s’est faite l’explosion du nombre des autels et des fondations à partir du XVe siècle? Inversement comment en a-t-on réduit le nombre au XVIIIe siècle ? Autre exemple, comment les fidèles ont-ils été cantonnés dans leurs bancs à partir du milieu du XVIIe siècle ? Et du coup, quelle position et quelle attitude adoptaient-ils dans les églises antérieurement ? Sans oublier l’analyse de l’évolution du mobilier liturgique ou sacramentel (confessionnaux, chaires à prêcher…) dont on dit souvent qu’il se transforme et se généralise avec l’esprit tridentin. Surtout il serait vraiment souhaitable de dépasser les généralités déjà connues pour en voir et étudier des applications concrètes ou des exemples particuliers.

Chevauchant les grandes ères imposées par les découpages académiques, une notion semble avoir traversé les siècles : celle du «voir» et du «faire –voir » que Roland  Recht a illustrée pour la seconde partie du Moyen Âge (Le croire et le voir. L’art des cathédrales (XIIe-XVe siècles, 1999) mais qui semble une constante encore valable pour les Temps modernes et la réforme tridentine. La problématique ne pourrait-elle pas alors se concentrer autour des enjeux du «voir» dans les églises, ses exigences, ses conditions et ses contraintes ?

En tout cas, c’est certainement une raison suffisante pour adopter une ampleur chronologique inhabituelle qui conduira les réflexions du XIIIe au XVIIIe siècle et permettra le dialogue de chercheurs trop souvent cantonnés dans leur période.

Géographiquement la «dorsale catholique» ou l’axe lotharingien, de la Belgique à l’Italie, semble un lieu privilégié d’observation de ces changements liturgiques et architecturaux à travers les siècles. On rappellera que c’est à Liège en 1264 que l’évêque Robert de Thourotte instaura la fête du Saint-Sacrement, fête qui fut instituée pour l’Église universelle par le pape Urbain IV, le champenois Jacques Pantaléon qui fut un temps évêque de Verdun. Sur l’autre versant temporel, saint Charles Borromée, saint François de Sales et saint Pierre Fourrier montrèrent tous les trois – avec bien d’autres – le souci de la diffusion de la vie spirituelle chez les fidèles dans le cadre concret de leurs communautés et de leurs églises. C’est avec ces questions et ces intentions en tête que l’ANR LODOCAT–Chrétientés en Lotharingie et Dorsale Catholique (IXe-XVIIIe s.) organisée des journées d’étude le jeudi 24 et le vendredi 25 novembre 2016, à l’université de Lorraine, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy, 23, boulevard Albert 1er (10 mn à pied de la gare SNCF).

Programme des journées d’étude

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : Le Château des fées de Montcy-Notre-Dame. Archéologie d’un site de l’an Mil.

Le projet LAFAM au sein de la MSH Lorraine a pris fin avec la publication d’un second ouvrage, sous la direction de Cédric Moulis et Jean-Pierre Lémant. Cet ouvrage présente les résultats des fouilles et des analyses qui en découlent sur un site aristocratique des boucles de la Meuse ardennaise aux abords de Charleville-Mézières en l’an Mil.

 Livre broché 224 p. ISBN-10 2814302841 ISBN-13 9782814302846 15€
Livre broché
224 p.
ISBN-10 2814302841
ISBN-13 9782814302846
15€

Le Château des fées est édifié sur une motte rocheuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local, à la frontière des diocèses de Reims et de Liège, aux limbes des comtés de Castrice et du Porcien.

Les fouilles dirigées par Jean-Pierre Lémant dans les années 1980-1990 ont permis de redonner à ce site anhistorique toute sa valeur historique et archéologique. Un établissement primitif en bois a d’abord occupé le substrat rocheux. Suite à sa probable destruction en 933 par Richer, évêque de Tongres-Maastricht-Liège, une aula en pierre se substitue au premier ouvrage et une enceinte enserre l’ensemble. La destruction du site intervient vers 1100, suite à un incendie.

Un mobilier bien caractéristique de l’époque a été mis au jour. Les plus belles pièces correspondent à des pièces d’échecs, un fermoir de livre, ou encore de la céramique fine glaçurée importée de la Meuse moyenne. La découverte de fragments de meules en basalte de l’Eifel achève de montrer la prééminence d’une culture matérielle des occupants préférentiellement tournée vers l’est et le nord. L’influence des évêques de Tongres-Maastricht-Liège se reflète très certainement dans l’ensemble de ces orientations.

Les données exhumées des stratigraphies du Château des fées, traitées par différents spécialistes, permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite aristocratie autour de l’an Mil.

Plan de l’ouvrage :
Avant-Propos (André Matthys)
Introduction (Cédric Moulis)
CHAPITRE 1 – Une histoire dans l’ombre
1,1 – Un contexte géologique tourmenté. Frontière naturelle ou carrefour ? (Dominique Harmand)
1,2 – Un contexte historique complexe (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
1,3 – De l’histoire à la légende, de la légende au mythe : naissance du Château des fées (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
CHAPITRE 2 – Les bâtiments et leur évolution
2,1 – Les données des chantiers (Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
2,2 – Les bâtiments (Cédric Moulis)
CHAPITRE 3 – Un mobilier aristocratique
3,1 – La faune (Charlotte Samain)
3,2 – La carpologie (Emmanuelle Bonnaire)
3,3 – La céramique (Sylvie de Longueville)
3,4 – Le verre (Hubert Cabart)
3,5 – Le mobilier métallique (Valérie Serdon-Provost)
3,6 – Les monnaies (Christophe Adam)
3,7 – Le mobilier en matières dures animales (Jean-François Goret)
3,8 – Les meules (Sophie Galland-Créty, Luc Jaccottey)
Conclusion (Cédric Moulis)
Annexes
Bibliographie

L’ouvrage peut être commandé sur le lien suivant : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100686080&fa=details

Ouverture d’ARULA à l’histoire de l’art à l’Université de Lorraine

Après quatre ans d’existence, l’équipe de rédaction du carnet de recherche ARULA, constituée par les enseignants-chercheurs du département d’histoire de l’art et d’archéologie et les personnels de recherche en archéologie des laboratoires correspondants à l’université de Lorraine, a décidé d’élargir à l’histoire de l’art son domaine éditorial.

Cette évolution doit permettre de mieux rendre compte des activités de recherche des enseignants-chercheurs du département d’histoire de l’art et d’archéologie. Elle reflète également l’importance nouvelle prise par des projets développés autour du patrimoine lorrain (dont celui de la faculté des lettres de Nancy), dont les thématiques ressortent davantage de l’histoire de l’art et de l’historiographie de l’archéologie que de la seule archéologie.

L’objectif de cet élargissement thématique est donc d’augmenter la visibilité des activités de recherche en histoire de l’art et en archéologie à l’Université de Lorraine, dans une période de développement grâce à des partenariats internes (MusArkéo pour la muséographie en lien avec le musée archéologique universitaire) ou externes (le programme autour de Frank Lloyd Wright avec le musée d’Orsay).

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » (Strasbourg, 16-18 mars)

 

L’Université de Strasbourg  organise du 16 au 18 mars un colloque international intitulé « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » dont plusieurs communications concernent les collections de photographies archéologiques anciennes et leurs usages pédagogiques.

La collection de plaques de l’Institut d’archéologie classique, créé en 1902 par Paul Perdrizet à la faculté des lettres de Nancy, fera ainsi l’objet d’une communication autour du rôle personnel de son fondateur dans la constitution du fonds :

« De la commande à la pratique de la photographie archéologique : la collection des plaques photographiques de Paul Perdrizet à l’université de Nancy (1899-1938) » par Samuel Provost, mercredi 16 mars, 16h40.

Programme complet du colloque

[Mise à jour du 24 mars 2016]

Les communications filmées du colloque peuvent être entièrement visionnées sur le site de Canal C2, la web-télé de l’université de Strasbourg.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Poste de Professeur en archéologie médiévale à pourvoir

L’université de Lorraine recrute un Professeur d’archéologie médiévale. La  date limite de candidature est fixée au 31 mars.

Vous trouverez toutes les informations utiles en cliquant sur le lien suivant : https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ListesPostesPublies/ANTEE/2016_1/0542493S/FOPC_0542493S_782.pdf

Les fouilles de l’École française d’Athènes à Philippes (10 février)

Première conférence accompagnant l’exposition du centenaire des fouilles de l’École française d’Athènes à Philippes.

Philippes_Nancy_conférences

Michel Sève, professeur émérite d’histoire grecque à l’université de Lorraine, présentera une conférence sur

les fouilles de l’École française d’Athènes à Philippes,

le mercredi 10 février,

de 17h00 à 18h30

en salle A 226 sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, 23 boulevard Albert 1er à Nancy.

Michel Sève est notamment l’auteur du Guide du forum de Philippes (avec Patrick Weber, Athènes, 2012) et de l’album photographique de l’exposition, 1914-2014 PHILIPPES – ΦΙΛΙΠΠΟΙ – PHILIPPI – 100 ans de recherches françaises – 100 χρόνια γαλλικών ερευνών  – 100 years of french research (Athènes, Melissa, École française d’Athènes, 2014).

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : Philippes 1914-2014. Cent ans de recherches de l’École française d’Athènes

L’Université de Lorraine accueille, du 5 février au 4 mars, dans le hall d’entrée du 91 Libération, l’exposition commémorant le centenaire des fouilles de l’École français d’Athènes à Philippes, en Macédoine orientale (Grèce).

Philippes_Nancy_exposition

Cité macédonienne devenue colonie romaine, après la bataille opposant sous ses murs, en 42 av. J.-C., Octave et Marc Antoine à Brutus et Cassius, la ville de Philippes doit son développement à l’époque chrétienne en grande partie au prestige de fondation apostolique qu’elle acquiert au passage de l’apôtre Paul en 49 apr. J.-C. Ville stratégique sous l’Empire byzantin, elle est définitivement abandonnée après la conquête ottomane, au XVe s. Mais la mémoire du site n’est jamais perdue : si les voyageurs en rapportent régulièrement des descriptions, l’exploration scientifique en commence avec la mission de Macédoine de Léon Heuzey, envoyé par Napoléon III pour étudier les champs de bataille des guerres civiles de la fin de la République romaine. La première mission réalisée sous l’égide de l’École française d’Athènes est la prospection épigraphique de l’archéologue nancéien Paul Perdrizet, en 1899, qui rapporte du site les toutes premières photographies. Mais il faut attendre 1914 pour que débutent des fouilles, aussitôt interrompues par le déclenchement de la guerre.

 

L’exposition organisée dans le cadre de la célébration des cent ans de recherches de l’École française d’Athènes à Philippes présente des photographies, des plans, des fac similés des carnets de fouilles ainsi qu’une maquette du centre monumental de la ville chrétienne. La matière en provient du riche fonds d’archives de l’École française d’Athènes, mais aussi du fonds Paul Collart, membre suisse de l’École française et auteur de nombreuses missions à Philippes entre 1927 et 1935. L’exposition vise à retracer l’histoire des fouilles et des recherches de l’École française d’Athènes à partir de 1914. Elle se compose de trois sections principales : la première présente l’histoire de Philippes, le site et les précurseurs, la deuxième l’histoire des fouilles, passant en revue les secteurs, les monuments, le mobilier découvert et les essais de restitution, et la troisième les hommes, c’est-à-dire les conditions de vie des fouilleurs et, plus généralement, celles des habitants de la région. L’exposition se clôt par une présentation de l’actualité du site et des perspectives de recherche. Εlle s’accompagne d’une projection sur le contexte historique et sur les conditions de vie en France et en Grèce dans la première moitié du XXe s, à l’époque des fouilles de l’École française.

Les documents graphiques et photographiques utilisés pour l’exposition ont dans leur majeure partie été réunis par Michel Sève, professeur émérite d’histoire grecque à l’Université de Lorraine, qui les a publiés dans le deuxième volume de la collection « Patrimoine photographique » de l’École française d’Athènes :

Michel Sève, 1914-2014 PHILIPPES – ΦΙΛΙΠΠΟΙ – PHILIPPI – 100 ans de recherches françaises – 100 χρόνια γαλλικών ερευνών  – 100 years of french research, Athènes, Melissa, École française d’Athènes, 2014, 280 p., 197 fig. 35 €.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Les rituels de la crémation dans le monde romain

Image 27Onzième et dernière conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 8 décembre 2015 à 18h, salle A226

par Henri Duday (CNRS, UMR 5199 PACEA)

Duday_VueGénérale06B L’étude anthropologique des sépultures secondaires à crémation s’est principalement focalisée sur une approche quantitative des restes humains. Il est apparu que la masse était un paramètre préférable au décompte des fragments : masse totale des os humains contenus dans le réceptacle funéraire, représentation relative des différentes régions anatomiques dans l’ensemble du dépôt, puis dans chacune des passes de démontage, ce qui renseigne sur les modalités de la crémation et la manière dont a été réalisée la collecte des os brûlés sur l’aire de combustion.
Duday_Stèle02CDes travaux récents sur les nécropoles de la Porta Nocera à Pompéi et de la Via Triumphalis à Rome, plus accessoirement sur celles de Classe à Ravenne et de Cumes, ont été l’occasion de mettre en œuvre une voie encore peu explorée dans de tels contextes, à savoir la recherche systématique des liaisons ostéologiques de deuxième ordre (collage de fragments jointifs, appariement d’os symétriques, appartenance à un même ensemble pathologique) qui permettent d’identifier des fragments osseux se rapportant au même individu. Les tests ont été réalisés –  et des résultats significatifs obtenus – entre divers compartiments de la même tombe ou d’un même monument, entre différentes tombes d’un même mausolée ou d’un même enclos funéraire et même entre des mausolées différents. Il a aussi été possible d’établir une relation de complémentarité entre les résidus d’un bûcher restés en place et le contenu d’une tombe, de dégager les critères spécifiques qui caractérisent le produit du curage d’une aire de crémation et de reconnaître ce qui paraît être une « sépulture d’attente ». Enfin, il est apparu que certaines fosses « à cendres » énigmatiques étaient liées à des tombes.
Au-delà des informations cumulées que livre l’analyse quantitative, ces données éclairent d’un jour nouveau certains aspects du « fonctionnement funéraire » dans les nécropoles romaines.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts