Archives de catégorie : Archéologie à l’UL

Archéologie à l’Université Lorraine

Appel à communication. Colloque « Pierre à pierre » II

La première édition de ces rencontres consacrées à l’économie de la pierre aux périodes historiques, qui s’est tenue à Nancy en 2015, a permis de rappeler la vitalité des recherches menées autour de ce thème, en insistant sur les travaux récents réalisés en Lorraine. Ces rencontres ont également permis de conclure à la nécessité de voir les débats se prolonger au fil d’un cycle de rencontres internationales consacrées à l’économie de la pierre et organisées tous les trois ans. Le deuxième colloque de ce cycle se tiendra à Namur et à Dinant en décembre 2018. Il sera co-organisé par l’Université de Namur, par l’Université de Lorraine, par l’Université catholique de Louvain, par l’Université libre de Bruxelles, par l’INRAP et par la Maison du Patrimoine médiéval mosan.
Ce colloque permettra de centrer les réflexions sur la vallée mosane, célèbre pour ses ressources lithiques, et dont les tronçons de la Meuse moyenne comme de la basse Meuse constituent depuis l’Antiquité l’une des artères économiques majeures dans cette région d’Europe ; il visera également à élargir les questionnements aux régions limitrophes, telles que le Brabant, le Hainaut, les Ardennes, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la région d’Utrecht et du Gelderland, etc.
Afin de perpétuer l’approche largement diachronique privilégiée à Nancy en 2015, la période
couverte est à nouveau très vaste, puisqu’elle s’étend du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle.
Dans le prolongement des débats de 2015, également, le colloque « Pierre à Pierre II » souhaite privilégier trois grands axes thématiques.

LA GEOGRAPHIE DE LA PIERRE (axe 1), tout d’abord, prendra en compte à la fois les lieux d’extraction et les aires chrono-culturelles de diffusion des matériaux. On s’intéressera ainsi particulièrement aux carrières mosanes afin de faire progresser la cartographie diachronique de l’activité extractive mais aussi, au gré des possibilités offertes par les vestiges d’extraction traditionnelle et des sources écrites disponibles, aux modalités d’exploitation des gisements. Les considérations sur le travail en carrière seront également l’occasion de faire progresser les débats relatifs aux interactions entre la logistique du chantier, l’organisation de l’atelier et le travail en carrière, qu’il s’agisse de techniques d’extraction ou du façonnage des blocs.

LA PIERRE SUR LE CHANTIER DE CONSTRUCTION (axe 2), ensuite, recèle de multiples problématiques. Les stratégies d’approvisionnement des chantiers de construction pourront par exemple être envisagées à l’aune des recherches archéologiques comme des études historiques récentes. Ces travaux permettront d’alimenter les débats sur les aires de diffusion des matériaux comme de mettre en évidence l’évolution des techniques de construction, voire des styles, influant sur l’approvisionnement du chantier. A contrario, la rationalisation probable du travail d’exploitation des carrières à la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes est susceptible d’avoir influé sur l’organisation de la construction.
Les techniques de taille et de mise en œuvre pourront par ailleurs être abordées sous de nombreux autres aspects, aussi bien techniques (évolution de l’outillage, des techniques de taille, propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, etc.) que logistiques (le phénomène du remploi, la rationalisation et la standardisation sur le chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, etc.). Le croisement des différentes sources doit également mener, si
possible à une lecture anthropologique du chantier de construction, afin de révéler de manière plus
concrète les hommes qui se cachent derrière les phénomènes techniques et économiques analysés.
Ce colloque réservera par ailleurs un intérêt particulier aux interactions entre la pierre et les autres matériaux de construction. La manière dont la brique s’impose progressivement sur le chantier de construction des Temps modernes et les enjeux liés à la cohabitation de la brique et de la pierre dans l’architecture sont par exemple des questions qui méritent d’être envisagées dans le cadre de ce colloque. Dans le même ordre d’idées, la pétrification de la construction en pan-de-bois aux Temps modernes gagnera également à être interrogée sous l’angle de l’économie de la pierre de taille.

Enfin, afin de faire honneur aux pierres de Meuse, mais également de mettre en évidence un thème de recherche peu traité lors du colloque précédent de cycle, les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur LA PIERRE EN TANT QUE MOBILIER OU ELEMENT DECORATIF (axe 3). En effet, elle permet de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.
Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.
Langues du colloque: français et anglais

Stone by stone_call for papers Pierre à Pierre II_appel à comm

Proposition de communication : avant le 15 février 2018

Colloque : 6-7-8 décembre 2018

Envoi des textes pour la publication : avant le 1er avril 2019 Publication des Actes : 2020
Lieu : Université de Namur (6-7/12) ; Dinant (8/12)

Comité d’organisation : Fr. Blary, K. Boulanger, M. Macaux, C. Moulis, M. Piavaux, C.-M. Vandermensbrugghe, L. Verslype.

Contact : Mathilde MACAUX – AcanthuM- UNamur, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur 00.32.81.724187 – mathilde.macaux@unamur.be

Journée d’étude : « Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques »


L’université de Lorraine propose à ses étudiants de master en Archéologie une manifestation en trois volets : journée d’étude, exposition et publication, qui leur permettra d’appréhender de manière originale le monde de la recherche et de la gestion muséale en participant à la mise en œuvre des trois étapes. Le projet, mis en œuvre par Sandrine Huber et Pascal Vipard, tourne autour d’une exposition temporaire qui sera inaugurée au musée archéologique de l’université de Lorraine en janvier 2018 et qui déclinera les modalités de fonctionnement pratique d’un autel au cœur d’un lieu de culte dans le monde gréco-romain.

Malgré une très riche bibliographie relative aux sacrifices et autres activités autour de l’autel dans les sociétés gréco-romaines, que peut-on dire sur les aspects pratiques du bûcher qui brûlait sur la table d’autel ? Quel était l’impact du feu sur la structure en tant que telle, selon son matériau, terre ou pierre ? Que brûlait-on réellement sur l’autel ? Quelles températures étaient atteintes ? Toutes les sources documentaires sont convoquées, parmi lesquelles la littérature antique, l’épigraphie, l’archéologie, l’archéozoologie, la paléobotanique, l’anthracologie, la pétrographie, la minéralogie, etc.

Première étape, une journée d’étude rassemblera plusieurs chercheurs spécialistes de la question, venant d’horizons disciplinaires variés et permettra aux étudiants de master de compléter leurs connaissances sur le thème d’étude, afin de préparer les visuels de l’exposition ; étudiants de master et doctorants animeront les débats autour des différents exposés (voir le programme ci-joint). La journée d’étude est ouverte au public intéressé : étudiants, chercheurs, spécialistes.

Deuxième étape, une exposition se déploiera autour de deux objets archéologiques originaux prêtés par le musée Lorrain : deux autels en pierre de grandes dimensions, qui seront assortis d’une borne multimédia, destinée à long terme au public du nouveau musée Lorrain (ouverture en 2023). La borne assurera la présentation interactive d’une base de statue et d’un autel réalisés par des soldats d’une légion romaine (la XIVe Gemina, basée à Mayence), qui ont été découverts dans la carrière romaine de Norroy-lès-Pont-à-Mousson ; la borne permettra de prendre connaissance du travail d’extraction de la roche par des soldats spécialisés pour fabriquer la base de statue et l’autel, de l’inscription latine qui ornait la base de statue et du culte particulier rendu par les carriers – ceux-là même qui ont fabriqué les deux objets – à Hercule Saxsetanus, leur patron. La diffusion, bien connue depuis peu, du calcaire de Norroy (bassins mosellan et rhénan, également outre-Manche) est également présentée.

Enfin, lors d’une troisième étape, étudiants de master et doctorants en Archéologie travailleront, au premier semestre 2018, à l’élaboration de la publication d’un ouvrage consacré à la thématique, ce qui leur permettra de participer, aux côtés des deux porteurs du projet, à toute la chaîne éditoriale d’une publication scientifique.

Le projet est porté par l’UFR SHS-Nancy, en collaboration avec le laboratoire EA 1132 – Hiscant-MA, le musée Lorrain et l’ADRAL (Association pour le Développement de l’Archéologie en Lorraine).

Programme de la journée d’étude : Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques_6_10_2017_UL_Nancy_HD

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Publication : La guerre au Moyen Âge. Engins et techniques de siège

Valérie Serdon, La guerre au Moyen Âge, Engins et techniques de siège, éditions Jean-Paul Gisserot, 2017.

La guerre de siège — si elle joue un rôle vital dans la stratégie militaire au Moyen Âge — est un phénomène ancien ; elle constitue même le ressort dramatique de l’un des premiers récits littéraires connus, l’Iliade, narrant la prise de Troie par les Achéens non par des moyens traditionnels mais par un subterfuge, un cheval de bois (Garlan, 1974). L’art d’assiéger une ville ou une place forte appelé aussi « poliorcétique » — science d’abord développée par les Grecs et ensuite par les techniciens militaires romains — se trouve aussi au cœur de récits historiques et traités didactiques plus tardifs.

Au XIXe siècle, le domaine des techniques de siège est réservé à des chercheurs pourvus d’une solide formation militaire (parfois eux-mêmes officiers ou étroitement liés aux états-majors). Ils ont porté une attention particulière aux machines et procédés d’attaque qui s’inscrivent dans une tradition remontant à l’Antiquité. D’autre part, la pyrotechnie a suscité un véritable engouement ; la révolution qu’elle provoque dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’art de la guerre » a été maintes fois soulignée. Depuis, d’excellents travaux de synthèse sur le siège médiéval sont parus en langue anglaise ; ils témoignent de la diversité des sources utilisées et d’un renouvellement des problématiques scientifiques (Bradbury ; France ; Rogers). Ils s’intéressent aux changements induits dans l’utilisation des machines et à l’adaptation des fortifications aux progrès de la poliorcétique. Au-delà de l’armement, de la tactique, de la logistique opérationnelle, l’approche sociologique dans ce domaine n’a pas été négligée, notamment par les enjeux politiques et les conséquences pour les populations, les efforts financiers et matériels consentis par les villes pour assurer leur défense (Salamagne ; Raynaud ; Butaud ; Toureille).

Continuer la lecture de Publication : La guerre au Moyen Âge. Engins et techniques de siège

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

11e Congrès international de la Society for Emblem Studies (3-7 juillet)

Nancy et l’Université de Lorraine accueillent du 3 au 7 juillet 2017 le 11e Congrès international de la Society for Emblem Studies qui intéresse directement l’histoire de l’art. Plusieurs communications concernent la Lorraine, en relation par exemple avec l’exposition du musée de l’École de Nancy, Verreries parlantes d’Émile Gallé. Matière à poésie. Des visites de l’exposition sont d’ailleurs organisées dans le cadre du congrès.

Pour en savoir plus :

Site de la société des Amis des Études Emblémistes en France.

Programme complet du congrès : programme SES 2017.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence d’A. Ribeiro Arnold sur la restauration du mobilier de Saint-Vanne (CLSH, 6 avril, 18h)

Anna Ribeiro Arnold, conservateur-restaurateur au Laboratoire d’archéologie des métaux, à Jarville, donnera une conférence intitulée :

L’apport de la conservation-restauration à l’étude des objets archéologiques de l’abbaye de Saint-Vanne

le jeudi 6 avril 2017, 18h-19h, salle G 04 sur le CLSH (Nancy).

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence de F. Médard sur les textiles archéologiques (CLSH, G04, 30 mars, 18h00)

Fabienne Médard, docteur en archéologie préhistorique et spécialiste des textiles anciens donnera une conférence intitulée :

Les textiles archéologiques. Contextes de découverte et conditions de conservation

le jeudi 30 mars 2017, 18h, salle G 04 du CLSH, Nancy.

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Le Savoir en Objets (28 mars, CLSH)

À l’occasion des Journées Art et Culture dans l’Enseignement Supérieur (JACES), les collections scientifiques de l’Université de Lorraine sont l’objet d’une rencontre de présentation autour de vingt-cinq objets emblématiques de ce patrimoine, le mardi 28 mars 2017, de 16h à 20h, sur le Campus LSHS de Nancy.

Un opuscule de 52 pages réunit par ailleurs ces présentations sous forme de photographies commentées et sera distribué aux premiers visiteurs. [Màj du 30/03/17 : il peut être téléchargé au format pdf ici]

Les collections du département d’histoire de l’art et d’archéologie (UFR SHS-Nancy) y sont tout particulièrement représentées, à travers les collections du musée archéologique, la collection de plaques photographiques pédagogiques anciennes et les archives scientifiques de Paul Perdrizet (photographie ci-dessus).

Programme complet à télécharger.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : Michel Pastoureau, « L’historien de l’art face à la couleur : l’exemple du Moyen Âge » (23 mars, 18h, A 42)

Michel Pastoureau, directeur d’études honoraire à l’Ecole Pratique des Hautes Études viendra donner une conférence sur le campus LSHS de Nancy le jeudi 23 mars 2017 à 18h (Amphi A 42) sur :

« L’historien de l’art face à la couleur : l’exemple du Moyen Âge »

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : le rôle de l’image dans l’enseignement d’archéologie et d’histoire de l’art à l’université de Nancy (1887-1928)

affiche-exposition-rieahasd

La Faculté des lettres de Nancy fut l’une des premières en France à disposer, sous le nom d’Institut d’archéologie classique (IAC), d’une institution spécifique consacrée à la recherche et à l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art. Créé en 1902, il associait un musée de moulages de sculptures antiques, une bibliothèque spécialisée et une riche collection de photographies. Cette collection se trouve encore aujourd’hui dans les locaux du département d’histoire de l’art et d’archéologie à Nancy. Elle compte près de 9000 plaques de verre et plus de 4500 épreuves sur papier et fait l’objet, depuis trois ans, d’un programme de conservation et d’étude.

Cette collection était d’abord un instrument pédagogique : elle fournissait aux enseignants de l’IAC les images nécessaires à l’illustration de leurs cours, en particulier les cycles de grandes conférences publiques ouvertes au public, sur des sujets aussi variés que l’archéologie mycénienne, la sculpture grecque, ou la peinture italienne du XVe s.

L’exposition présente ainsi des sélections thématiques de photographies de cette collection correspondant à l’illustration originelle d’un choix de sept leçons ou cycles de cours publics, sous forme surtout de projections. Les cours retenus permettent à la fois de montrer l’évolution technique et scientifique de l’usage des photographies, depuis la leçon inaugurale d’archéologie de Charles Diehl, en 1887, jusqu’aux cours des années 1920, et cette diversité des thèmes et périodes abordés.

Plan de l’exposition :

– Introduction sur l’usage de l’image dans l’enseignement universitaire dans les années 1880-1920.

1. Charles Diehl, « Cours inaugural d’archéologie », publié dans les Annales de l’Est, 1888.

2. Paul Perdrizet, « Au musée archéologique universitaire », conférence publique, résumé publié dans le Bulletin des sociétés artistiques de l’Est de la France, 1907.

3. Albert Grenier, « La Gaule cisalpine », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1911.

4. Paul Perdrizet, « L’art symbolique du Moyen Âge », cours public de la faculté des lettres, publié dans le Bulletin de la société industrielle de Mulhouse, 1909.

5. Paul Perdrizet, « La peinture italienne au XVe s. », cours public de la faculté des lettres, publié en 1905.

6. Marcel Bulard, « Les découvertes de l’École française dans l’île de Délos », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1928.

7. Marcel Bulard, « Les sculpteurs florentins du XVe siècle », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1922 (Daniela Gallo).

Cette exposition s’insère dans le cadre d’un programme « carte blanche » accordé par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) au département d’histoire de l’art et d’archéologie pour l’année 2016. Ce programme, intitulé « Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques spécialisées au service de l’enseignement universitaire de l’archéologie et de l’histoire de l’art », étudie la construction contemporaine et parallèle de deux bibliothèques et photothèques, celle de l’IAC à Nancy et celle de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à Paris.

L’exposition est réalisée par le département d’histoire de l’art et d’archéologie, en partenariat avec le CRULH (EA 3945), et avec le soutien de l’UFR SHS-Nancy et du conseil scientifique de l’UL.

Commissariat de l’exposition : Daniela Gallo et Samuel Provost.

Assistante : Lucie Oswald.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : une nouvelle klinè du IVe s. près d’Amphipolis (6 décembre)

provost-samuel_kline

Conférence de Samuel Provost, le mardi 6 décembre, à 18H00, CLSH, salle A 412.

Parmi les monuments inédits relevés par Paul Perdrizet (1870-1938) lors de sa mission de prospection archéologique et épigraphique de la région du Pangée (Macédoine orientale), en 1899, figure une rare klinè à décor sculpté polychrome. Paul Perdrizet en avait découvert de tout petits fragments lorsqu’il avait exploré une première fois une tombe de type dit « macédonien », sans doute peu de temps après son pillage, en novembre 1894, quelques kilomètres au nord d’Amphipolis. Lorsqu’il revint presque cinq ans plus tard dans la région, il n’eut de cesse de chercher les fragments disparus des deux lits funéraires dont il avait restitué l’emplacement dans la tombe. Il parvint à ses fins et localisa un pied et une partie de la frise de la façade d’une klinè. S’il les fit dessiner plus tard par un artiste de la fabrique Gallé, il ne publia pas cette découverte remarquable, perdue jusqu’à présent, comme les fragments eux-mêmes.

La conférence reviendra d’abord sur les conditions de cette découverte et les raisons de son oubli, avant d’examiner la place du monument dans le corpus de ces monuments funéraires macédoniens.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : l’École française d’Athènes, le fonds Gilliéron (mardi 15 novembre, 18h)

conference_farnoux_2016Alexandre Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes, donnera le mardi 15 novembre, à 18h00 (CLSH, salle A 226), une double conférence dans le cadre des conférences autour du Musée archéologique de l’Université de Lorraine :

Première partie : l’École française d’Athènes.

Deuxième partie : un nouveau fonds d’archives à l’École française d’Athènes, le fonds Gilliéron.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Séminaire : « Les potins au sanglier, état de la question », par Rose Bigoni (18 octobre)

seminaire_bigoniDans le cadre du Séminaire d’archéologie gréco-romaine du parcours Archéologie du master HPEE, Rose Bigoni, régisseuse des collections archéologiques au pôle d’Archéologie préventive de Metz Métropole, présentera une intervention intitulée :

« Les potins au sanglier, état de la question »

Mardi 18 octobre 2016, salle A 412, 18h00-19h30.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : Le Château des fées de Montcy-Notre-Dame. Archéologie d’un site de l’an Mil.

Le projet LAFAM au sein de la MSH Lorraine a pris fin avec la publication d’un second ouvrage, sous la direction de Cédric Moulis et Jean-Pierre Lémant. Cet ouvrage présente les résultats des fouilles et des analyses qui en découlent sur un site aristocratique des boucles de la Meuse ardennaise aux abords de Charleville-Mézières en l’an Mil.

 Livre broché 224 p. ISBN-10 2814302841 ISBN-13 9782814302846 15€
Livre broché
224 p.
ISBN-10 2814302841
ISBN-13 9782814302846
15€

Le Château des fées est édifié sur une motte rocheuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local, à la frontière des diocèses de Reims et de Liège, aux limbes des comtés de Castrice et du Porcien.

Les fouilles dirigées par Jean-Pierre Lémant dans les années 1980-1990 ont permis de redonner à ce site anhistorique toute sa valeur historique et archéologique. Un établissement primitif en bois a d’abord occupé le substrat rocheux. Suite à sa probable destruction en 933 par Richer, évêque de Tongres-Maastricht-Liège, une aula en pierre se substitue au premier ouvrage et une enceinte enserre l’ensemble. La destruction du site intervient vers 1100, suite à un incendie.

Un mobilier bien caractéristique de l’époque a été mis au jour. Les plus belles pièces correspondent à des pièces d’échecs, un fermoir de livre, ou encore de la céramique fine glaçurée importée de la Meuse moyenne. La découverte de fragments de meules en basalte de l’Eifel achève de montrer la prééminence d’une culture matérielle des occupants préférentiellement tournée vers l’est et le nord. L’influence des évêques de Tongres-Maastricht-Liège se reflète très certainement dans l’ensemble de ces orientations.

Les données exhumées des stratigraphies du Château des fées, traitées par différents spécialistes, permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite aristocratie autour de l’an Mil.

Plan de l’ouvrage :
Avant-Propos (André Matthys)
Introduction (Cédric Moulis)
CHAPITRE 1 – Une histoire dans l’ombre
1,1 – Un contexte géologique tourmenté. Frontière naturelle ou carrefour ? (Dominique Harmand)
1,2 – Un contexte historique complexe (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
1,3 – De l’histoire à la légende, de la légende au mythe : naissance du Château des fées (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
CHAPITRE 2 – Les bâtiments et leur évolution
2,1 – Les données des chantiers (Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
2,2 – Les bâtiments (Cédric Moulis)
CHAPITRE 3 – Un mobilier aristocratique
3,1 – La faune (Charlotte Samain)
3,2 – La carpologie (Emmanuelle Bonnaire)
3,3 – La céramique (Sylvie de Longueville)
3,4 – Le verre (Hubert Cabart)
3,5 – Le mobilier métallique (Valérie Serdon-Provost)
3,6 – Les monnaies (Christophe Adam)
3,7 – Le mobilier en matières dures animales (Jean-François Goret)
3,8 – Les meules (Sophie Galland-Créty, Luc Jaccottey)
Conclusion (Cédric Moulis)
Annexes
Bibliographie

L’ouvrage peut être commandé sur le lien suivant : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100686080&fa=details

Paul Perdrizet et la création de la Bibliothèque d’art et d’archéologie Doucet

Communication aux Journées scientifiques des Archives Poincaré, 31 mai 2016, 14h00-14h45.

Paul Perdrizet (1870-1938), professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres de Nancy (de 1899 à 1918), dut à son amitié avec le critique d’art et bibliothécaire René-Jean (1879-1951) d’être associé dès le début de l’entreprise à la création de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, en 1908.

Cette institution parisienne, voulue et entièrement financée par le couturier Jacques Doucet, devint en quelques années la plus importante bibliothèque ouverte aux chercheurs dans ce domaine, bien qu’entièrement privée — avant d’être donnée à la Sorbonne pour constituer le fonds de départ de l’Institut d’histoire de l’art.

L’édition de la correspondance volumineuse entre les deux hommes (300 lettres pour la seule période 1908-1914) permet d’étudier comment Paul Perdrizet, rémunéré comme conseiller, guida la politique d’acquisition de la bibliothèque, dont il était, par un système de prêts généreux, l’un des premiers bénéficiaires.

(Crédits photographiques : archives familiales Gallé-Perdrizet et Maignan)

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Les sources des décors égyptisants sur les verreries et marqueteries Gallé (conférence)

Conférence donnée à l’Association des Amis du Musée de l’École de Nancy, le 2 mai 2016 (résumé).

La découverte du rôle majeur de l’archéologue et historien de l’art Paul Perdrizet dans la direction des Établissements Gallé dès 1910, comme gendre et conseiller d’Henriette Gallé, conduit à réévaluer une partie de la production industrielle de la cristallerie et ébénisterie d’art. L’édition de l’importante correspondance entre Paul Perdrizet et René-Jean, le critique d’art et bibliothécaire de Jacques Doucet à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, à Paris, permet en effet de préciser la chronologie de l’implication croissante de l’universitaire dans l’entreprise familiale. Elle montre aussi que Paul Perdrizet a fait profiter de cette ressource documentaire exceptionnelle les dessinateurs principaux des Établissements Gallé, avec la volonté affichée de renouveler leurs sources d’inspiration. Cette collaboration a eu pour résultat de nombreux projets restés à l’état de simples dessins, mais aussi des vases et des décors de marqueterie qui tranchent effectivement avec la production d’inspiration florale ou paysagère Art Nouveau traditionnelle : le contraste est d’ailleurs si grand, notamment pour les verreries, que ces séries sont souvent mal datées.

Le témoignage d’un ancien décorateur, graveur à l’acide, des Établissements Gallé, René Dézavelle, qui publia ses souvenirs en 1974, dans la Glasfax Newsletter, est pourtant sans équivoque sur le rôle joué par Paul Perdrizet :

Témoignage de René Dézavelle sur le rôle de Paul Perdrizet dans la création de verreries égyptisantes aux Établissements Gallé (© The Glasfax Newsletter)
Témoignage de René Dézavelle sur le rôle de Paul Perdrizet dans la création de verreries égyptisantes aux Établissements Gallé (© The Glasfax Newsletter)

La coupe « fleur de lotus » esquissée par René Dézavelle peut correspondre à plusieurs types de verreries de petite taille (de 10 à 15 cm de haut pour 7 à 10 cm de diamètre maximal) qui se présentent toutes comme des calices de lotus égyptisants, de différentes couleurs. Le premier modèle est représenté par la coupe conservée au Philadelphia Museum of Art. Le second par plusieurs petits vases au profil plus élancé et galbé, dont deux au moins proviennent directement de la collection personnelle de Thérèse Gallé-Bourgogne, la fille aînée d’Émile Gallé, l ‘un rouge, l’autre bleu-vert.

Wallis calices lotus
Deux calices de la XVIIIe dynastie représentés par Henry Wallis.

Les deux types de coupes « fleur de lotus » correspondent aux deux calices égyptiens de la XVIIIe dynastie représentés par le peintre Henry Wallis dans sa publication de la collection McGreggor, en 1898 : Egyptian ceramic art.

1-Coupe Philadelphia Art Museum
© Philadelphia Museum of Art

D’autres vases présentent la même inspiration égyptienne, dont l’un est la réalisation d’un projet signé par Auguste Herbst et conservé au Musée de l’École de Nancy. Il s’agit d’un vase campaniforme qui reprend en fait le profil et le décor stylisé de lotus d’un chapiteau papyriforme de Karnak (voir en tête de cet article), tel qu’il avait été dessiné par Karl Lepsius dans ses Denkmäler aus Aegypten und Aethiopien (Berlin, 1849-1856).

2-Calice à décor de lotus Beaussant-Lefèvre
© Lefèvre-Beaussant 2014

La rareté de ces publications scientifiques en France, l’identité du dessinateur, Auguste Herbst, qui y copia les reproductions archéologiques pour en faire les modèles de vases égyptisants, ainsi que le rôle de Paul Perdrizet dans la constitution des collections égyptologiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, sont autant d’éléments qui conduisent à réviser le témoignage de René Dézavelle : c’est bien Paul Perdrizet qui, dans le contexte général de l’égyptomanie consécutive à la découverte de la tombe de Toutankhamon, encourage les dessinateurs Gallé à réaliser des modèles égyptisants. Mais il le fait en leur donnant accès à la documentation iconographique nécessaire plutôt qu’en leur fournissant des tessons rapportés d’Égypte — en tout cas pour cette série de « fleur de lotus ».

Samuel Provost, UMR 7117 LHSP-AHP / EA 1132 HISCANT-MA.

Citer cet article : Samuel Provost, "Les sources des décors égyptisants sur les verreries et marqueteries Gallé (conférence)," dans ARULA, 02/05/2016, http://arula.hypotheses.org/1530.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus