Chapelle des templiers de Xugney, bilan archéologique 2011

Cette dernière année d’intervention sur la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Xugney (Rugney, Vosges, XIIe siècle) a permis de compléter les données recueillies depuis 2006 sur différents points.

 

Structuration de la nef 

La présence de trous de boulins sur l’élévation sud est très fluctuante d’une travée à l’autre. Ils témoignent ainsi d’une étape de chantier importante, où les maçonneries des trois travées, à l’intérieur comme à l’extérieur, sont mises à niveau. Sur l’élévation nord, nous ne remarquons aucune cohérence dans les niveaux de platelage, mais ils sont quelquefois en concordance avec l’extérieur, notamment sur la travée 3. Ces éléments montrent la complexité du développement du chantier sur ce pan de mur. La base du gouttereau nord présente une série d’assises d’un module semblable aux parties hautes. Le mortier est un liant beige qui s’apparente à celui observé dans les autres parties du bâtiment datées de la seconde moitié du XIIe siècle. Il est associé à un enduit blanc semblable à celui observé sur deux des pans du chevet pentagonal.

 

Armature dans les élévations de la nef

Une prospection radar intra-muros n’ayant pu fournir d’information significative, trois sondages ont été pratiqués au-dessus de la corniche haute. Le premier, dans la première travée du gouttereau nord, a permis la découverte à 28 cm de profondeur d’une poutre en chêne observée sur 83 cm de long et dont la section (12 cm) et l’alignement est identique à celle observée en 2010 dans la seconde travée. L’analyse dendrochronologique effectuée sur ce nouvel élément indique un terminus post quem après 1138. Le second sondage, situé dans la seconde travée du gouttereau sud, ne montre plus que le négatif de la poutre. Le troisième, dans le mur pignon, s’est révélé négatif jusqu’à 53 cm de profondeur. La nef semble donc toutefois armée par une structure ligneuse, posée au niveau de la corniche haute, à la retombée des voûtes du bâtiment. Reliées entre-elles, elles maintiennent les sommiers destinés à recueillir la retombée des arcs formerets, doubleau et des arêtes. Ce renfort est une réponse pour endiguer la poussée de la voûte d’arêtes, ce qui de facto privilégie l’hypothèse d’un voûtement dès l’apparition de la chapelle.

 

Voûtement de la nef

La faible épaisseur des murs, la largeur des travées, et le parement au-dessus des formerets laissaient présager que le bâtiment ne fût jamais voûté. Après analyse fine de la structure, de nombreux arguments militent en faveur d’un voûtement dès la construction de la chapelle : découverte d’un voussoir torique avec une marque de tâcheron identique à celles retrouvées sur la chapelle, chapiteaux des pilastres engagés conçus pour accueillir la retombée en sifflet de voûtes d’arêtes, un probable vestige du remplissage des voutains. Il nous faut toutefois valider l’hypothèse par l’analyse en lame mince des mortiers prélevés.

 

Traces et signes lapidaires

À partir d’exemples observés à Xugney, nous avons réalisé des tests d’archéologie expérimentale sur la mise en place d’un layage et des signes lapidaires afin d’étudier les gestes et microgestes du tailleur de pierre. Nous avons quantifié le nombre d’impacts visibles sur une face travaillée à la laye par rapport au nombre de coups réels porté par le tailleur. Des phénomènes de latéralité ont également été mis en évidence, mais pour la taille brettelée. Pour les signes lapidaires, une fiche spécifique a été créée. La spirale fourchée, présente 17 fois à Xugney, a été analysée. Le sens de giration de la spirale, les à-coups portés au tracé, les stigmates du pivotement du ciseau, permettent de démontrer que ce symbole n’est pas utilisé par un tailleur, mais bien par une équipe. L’ensemble de ces données amène à mieux appréhender le travail du tailleur de pierre, le temps qu’il peut mettre à la réalisation d’un module, et donc l’organisation du chantier.

 

Relevé de la tour d’entrée de la commanderie

La tour sud-est est conservée sur une hauteur 6 m pour un diamètre de 4,50 m, et présente un parement composé de moellons calcaires et dolomitiques assisés dont les couleurs varient du beige au rouge. L’épaisseur des murs ne dépasse pas 65 cm. L’ensemble est lié au mortier de chaux, mais l’édifice a été repris en sous-œuvre, ou rejointoyé, avec un ciment gris. Elle possède trois arquebusières monolithiques au rez-de-chaussée, composées d’une fente verticale de 21 cm de haut au centre de laquelle est percé du trou de 8 cm de diamètre. La niche ne permet pas une large couverture des côtés, le tir est donc essentiellement perpendiculaire à l’ouverture. L’ensemble de cette construction datée des XVI-XVIIe siècles répond selon toute vraisemblance aux impératifs de défense légère face aux troubles liés aux guerres de religion puis à la guerre de Trente ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *