projet LAFAM – Rapport d’activité 2011

Si les travaux concernant le château des Fées (Ardennes) ont débuté avec la découverte et la fouille du site dans les années 1980 par Jean-Pierre Lémant (Société Archéologique du Sillon Mosan), l’étude archéologique exhaustive n’a été entreprise qu’à partir de 2009. Suite aux premières réflexions, il est apparu essentiel de replacer l’histoire de ce château dans un contexte élargi et particulièrement marqué par le concept de frontière, aux confins du massif ardennais et du bassin parisien. Une équipe pluridisciplinaire d’une vingtaine de chercheurs s’est ainsi constituée autour de Cédric Moulis (EA 1132 Hiscant-MA, Université de Lorraine) pour former le projet LAFAM : L’Ardenne, des Frontières en l’An Mil.

Dans ce cadre, deux workshops ont été organisés en 2011. Le premier s’est tenu dans les locaux de la MSH Lorraine, à Nancy, le 4 avril. Cette journée a réuni 25 chercheurs et a été l’occasion d’insérer officiellement le projet au sein de l’axe 1 « Frontières, territoires, échanges » de la MSH Lorraine. Quatre communications ont émaillé la journée :

-Michel Bur (Professeur émérite, Université Nancy 2) : Entre Barrois et Porcien, la frontière d’Empire autour de l’an mil.

-Marc Suttor (Maître de conférences, Université d’Artois) : La Meuse en l’an mil, une région stratégique.

-Colette Méchin (Chargée de Recherche, CNRS-Université de Strasbourg) : Les frontières d’usage en France de l’Est ; approche ethnologique.

-Dominique Harmand (Professeur de géographie, CERPA, Université Nancy 2) : Le contexte géomorphologique de la région de Charleville-Mézières : frontière ou carrefour ?

Ces communications de grand qualité ont servi a poser le contexte dans lequel s’inscrit notre projet de recherche. Michel Bur a rappelé l’ensemble des éléments historiques et historiographiques qui positionne notre perception de la question des frontières sur ce secteur. Marc Suttor a rappelé le rôle éminent d’un vecteur de communication tel que la Meuse dans la structuration d’une frontière. Colette Méchin a développé les jalons et la méthodologie à mettre en œuvre pour appréhender les frontières invisibles, celles des cultures et des usages. Enfin, Dominique Harmand a brossé le contexte géologique dans lequel les frontières ardennaises prennent place, introduisant en cela l’importance de la géographie dans le positionnement des frontières. Les participants sont repartis de cette journée convaincus que le sujet est porteur de questions scientifiques nouvelles ou de positions anciennes qu’il convient d’affiner voire de renouveler.

 

Le 12 septembre, un second workshop s’est déroulé au musée de l’Ardenne, à Charleville-Mézières. Quatre communicants se sont succédés à la tribune devant une vingtaine d’auditeurs :

-Sylvain Gouguenheim (Professeur, ENS Lyon) : La construction des principautés et la définition des frontières vers l’an Mil ; essai de synthèse historiographique.

-Herold Pettiau (Laboratoire d’histoire, Université de Luxembourg) : Itinéraires et présences de souverains en Lotharingie (ca. 850-ca. 950). Questions sur la place de la région mosane.

-Frédéric Chantinne et Philippe Mignot (Archéologues, Direction de l’archéologie, Service public de Wallonie, Belgique) : Historiographie des recherches menées sur les centres aristocratiques, les fortifications et les châteaux dans le sud du diocèse de Liège (IXe-XIe siècles).

-Patrice Bertrand (Conservateur du patrimoine, DRAC Champagne-Ardenne) : La question de l’architecture mosane vers l’an Mil dans la vallée de la Meuse française.

Ces communications ont été l’occasion de mieux cerner notre secteur d’étude vis-à-vis des régions environnantes. L’après-midi a été l’occasion de présenter les pièces archéologiques retrouvées lors des fouilles du château des Fées et conservées au musée de l’Ardenne, puis de visiter le site archéologique lui-même.

 

Outre ces deux temps forts du projet, l’année 2011 a été mise à contribution pour faire avancer l’étude du mobilier archéologique du château des Fées. Sylvie de Longueville (SPW, Belgique) a terminé l’étude céramologique. Il s’avère que les éléments les plus intéressants proviennent de secteurs de production très réputés que sont les ateliers mosans proches d’Andenne et à Autelbas. Ceci doit permettre de revoir les courants commerciaux de ces céramiques, plus tournés vers le sud que supposé auparavant, mais surtout ils démontrent encore l’influence culturelle des régions situées au nord de notre site. Toutefois, l’essentiel de la collection est une céramique modelée à pâte coquillier dont la production semble locale.

La recherche carpologique menée au château des Fées par Emmanuelle Bonnaire (EA 3795 Gegenaa, Reims) est une analyse inédite dans ce type de contexte en Champagne-Ardenne et même aux alentours. Les échantillons étudiés proviennent de la couche d’incendie de l’aula et révèlent une quantité importante de céréales. Le seigle est l’espèce majoritaire et est accompagné de blé nu, probablement du blé froment (blé tendre). La première céréale est une espèce dite rustique, tandis que la seconde est plus exigeante pour sa culture. Parmi les légumineuses, la lentille est la principale espèce rencontrée. La proportion du seigle par rapport au blé nu est intéressante à noter : nous sommes sur ce site sur un mode de consommation plutôt à rapprocher de ce qui se pratique en Allemagne. Ces résultats préliminaires nous donnent un premier aperçu de l’économie végétale du site : l’alimentation humaine est indirectement appréhendée, ainsi que l’agriculture et ses pratiques.

Valérie Serdon-Provost (UMR 3945 CRUHL, Université de Lorraine) a complété l’étude des pièces métalliques par l’étude du mobilier domestique. On repère ainsi un matériel classique et des éléments de parure démontrant partiellement un niveau social aristocratique. Les rares comparaisons possibles pour la région et la période ne permettent pas pour l’heure de remarquer une influence quelconque dans l’approvisionnement de ce type de mobilier.

Quelques fragments de creusets laissent entrevoir un artisanat de petits objets de métal, éventuellement des objets de parure. Enfin, à travers l’étude stylistique de la construction mosane aux X-XIIe siècles, et en s’appuyant sur de nombreux exemples, Patrice Bertrand (DRAC Champagne-Ardenne) tente de replacer le château des Fées dans un contexte de construction en pierre particulier, et spécifique à la région. L’ensemble de ces observations amène à considérer les occupants du château des Fées comme issus de la petite aristocratie locale. On pratique le jeu d’échec, on s’adonne à la chasse, on produit des objets de parure et on mange dans une vaisselle importée de qualité, dans des bâtiments vitrés.

Ces nouvelles données archéologiques s’ajoutent donc aux travaux réalisés depuis 2009 sur le château des Fées, à savoir : analyse historique, analyse géologique, analyse de la topographie du site, analyses physico-chimiques (mortiers, C14, dendrochronologies), étude du bâti, étude de la tabletterie, étude des fers de traits, étude du verre plat et creux. Un embryon de synthèse de l’ensemble de ces données a été esquissé lors du colloque « Archéologie des résidences aristocratiques du Xe siècle dans la Francia Media » organisé par Jean-Michel Poisson et Philippe Mignot, qui s’est déroulé les 30 et 31 mai 2011 à Amay (Belgique).

En 2012, l’étude archéozoologique et l’analyse des meules en basalte compléteront les informations archéologiques de ce site.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.