100 ans après : retour des moulages d’antiques du musée archéologique de l’université de Lorraine

2018 correspond à la fois au centenaire de la destruction, lors du bombardement de Nancy le 31 octobre 1918, du musée originel dont le musée archéologique de l’université de Lorraine est le descendant et au retour des moulages d’antiques rescapés de cet événement.

Bref historique

Ces moulages qui avaient survécu au bombardement ont été hébergés, en 1920, sous forme de prêt sur inventaire de l’Université à la Ville de Nancy représentée par son École des Beaux-Arts, et sont ensuite tombés dans l’oubli. En 2017, des statues en plâtre ont été retrouvées dans les collections de moulages de l’École nationale supérieure d’art et de design (ENSAD) de Nancy (ex-École des Beaux-Arts). La comparaison des archives respectives de l’ENSAD et de l’UL a permis d’identifier vingt pièces qui appartiennent à l’UL. Ces moulages concernent des statues, la plupart fragmentaires, ainsi que des reliefs, dont la hauteur oscille entre 77 cm et 3,28 m. L’état fragmentaire correspond pour certaines œuvres à l’état de la statue originale au moment de sa découverte, pour d’autres œuvres aux aléas de leur histoire depuis le bombardement en 1918.

Restauration des moulages

Les vingt œuvres ont été restaurées sous la forme d’un atelier pédagogique de restauration à l’automne 2017, sous la direction de Florence Godinot, restauratrice de sculpture agréée des Monuments historiques ; cet atelier a permis à une dizaine d’étudiants en licence et master Histoire de l’art et Archéologie de s’initier à la restauration des objets en plâtre.

Exposition des moulages sur le CLSH

Les statues ont été installées en février 2018 sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy, en divers endroits, publics et protégés. Ainsi le musée archéologique sort désormais de ses murs à la rencontre de ses publics. Les usagers du CLSH et les visiteurs peuvent ainsi côtoyer par exemple, à la BU Lettres, la Vénus de Milo, une Cariatide de l’Érechteion sur l’Acropole d’Athènes, des statues de jeunes hommes et femmes, etc. Une statue colossale du dieu Apollon (haut. 3,28 m), dont l’original se dressait sur l’un des frontons du temple de Zeus à Olympie, sert de gardien au vaste hall du bâtiment J. Quant au dieu du vin Dionysos (l’original se trouve au British Museum à Londres), sa copie de plâtre accueille, allongée et appuyée sur un coude, les visiteurs au pied d’un escalier du bâtiment A (l’original, sur le fronton oriental du Parthénon au sommet de l’Acropole d’Athènes, surplombait le fidèle venu honorer Athéna à une hauteur de 15,50 m). Une déesse ailée (les ailes sont perdues) tient compagnie aux étudiants à la Maison des étudiants. Les lecteurs de la BUFR Histoire-Histoire de l’art-Archéologie-Géographie peuvent, quant à eux, admirer un relief représentant la naissance de Vénus. Enfin, une statue de la déesse Déméter accueille, à leur sortie de l’ascenseur au 3e étage du bâtiment au 91 avenue de la Libération, les visiteurs de la Maison des sciences de l’homme, de plusieurs laboratoires de recherche et des Écoles doctorales en Sciences humaines et sociales. Le musée archéologique n’est pas en reste, accueillant trois belles pièces, parmi lesquelles le célèbre Aurige de Delphes (statue d’un conducteur de char dont l’original, en bronze, faisait partie d’un groupe sculpté offert en ex-voto au dieu Apollon à l’issue d’une victoire à la course de quadriges), ainsi qu’une tête de cheval provenant du même fronton du Parthénon que le Dionysos cité plus haut.

Patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’UL

Exposer ces sculptures de plâtre en divers endroits du campus Lettres et Sciences humaines s’est imposé instantanément lors de leur redécouverte. Cela participe de la politique de réhabilitation du musée archéologique de l’Université de Lorraine qui se veut au cœur des formations développées sur ce campus, mais pas seulement. Le musée est conçu comme un outil pédagogique, scientifique et de promotion du CLSH et de l’université de Lorraine. Il s’agit d’une plateforme pédagogique transversale, qui permet d’associer l’enseignement des sciences humaines et sociales à celui des sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Nous voulons que les étudiants deviennent acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : la gestion muséale, la conservation préventive-restauration, la muséographie-scénographie, la médiation culturelle et les autres métiers du patrimoine en rapport avec les musées. Que la majorité des disciplines convoquées sur le campus (Histoire de l’art et Archéologie, Histoire, Géographie, Information-Communication, Sociologie, Sciences de l’éducation, Sciences du langage, Philosophie, Études culturelles, Langues, Culture et Tourisme, etc.) puissent exploiter cet échantillon patrimonial à deux niveaux : patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’Université de Lorraine, puisque ces moulages relèvent de l’histoire de la pédagogie dans notre université.

Pour en savoir plus sur les pérégrinations des moulages d’antiques de l’UL :  Samuel Provost, « L’Institut d’archéologie classique de la faculté des lettres de Nancy (1887-1945) », dans Daniela Gallo, Samuel Provost (dir.), Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie, Paris, Éditions des Cendres, 2018 (sous presse).

EnregistrerEnregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.