Les ‘Athéniens de Nancy’ : Émile Burnouf, Paul Perdrizet et Joseph Laurent (vidéo)

Captation vidéo de l’intervention de Samuel Provost à la journée d’études Voyage et pratiques savantes et érudites (XVIIe-XIXe siècles), organisée en partenariat par
le Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (E.A. 3945)
et Littératures Imaginaires Sociétés (E.A. 7305)
dans le cadre du projet ERUHILOR (20 septembre 2020).

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=10619

La Faculté des lettres de Nancy fut, dès sa recréation en 1854, considérée comme une « petite colonie athénienne » dans l’Est de la France, du fait de la présence dominante dans le corps enseignant des anciens membres de l’École française d’Athènes. Cette présence fut sans cesse renouvelée au cours des XIXe et XXe siècles, garantissant aux étudiants et au public des conférences de la faculté des lettres la primeur des découvertes archéologiques en Grèce et plus largement en Méditerranée orientale. Dans le premier demi-siècle de son existence, l’activité scientifique de l’ÉfA est largement dominée par les voyages d’exploration dont sont chargés ses membres scientifiques en Grèce et dans l’Empire ottoman. Il est donc intéressant d’étudier comment les pratiques de ces savants pour documenter leurs missions ont pu évoluer au cours de la période.

Les archives scientifiques conservées à l’université de Lorraine permettent de le faire avec précision pour trois d’entre eux :

  • Émile Burnouf (1821-1907), professeur de lettres à Nancy en 1854 et surtout directeur de l’ÉfA de 1867 à 1875, orientaliste mais aussi collaborateur de Schliemann à Troie. Ses archives ont été léguées par ses héritiers à la faculté des lettres et font l’objet d’un inventaire détaillé dans Calames.
  • Joseph Laurent (1870-1953), maître de conférences (1899) puis professeur d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Nancy (1919), spécialiste de l’Anatolie byzantine. Il a légué à sa retraite ses albums photographiques à la faculté des lettres, documentant à la fois ses voyages et sa participation aux fouilles de Delphes sous la direction de Théophile Homolle.
  • Paul Perdrizet (1870-1938), maître de conférences de littérature grecque (1899) puis professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres (1908-1919), dont les archives scientifiques ont été intégralement léguées à la faculté après sa mort, et concernent l’ensemble de ses travaux archéologiques, en Grèce, Syrie et Égypte.

L’objet de cette communication est ainsi de présenter ces archives et de montrer comment elles documentent en particulier l’avènement de la photographie archéologique et l’évolution de ses modalités comme de ses objectifs scientifiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.