Tous les articles par Cédric Moulis

Appel à communication. Colloque « Pierre à pierre » II

La première édition de ces rencontres consacrées à l’économie de la pierre aux périodes historiques, qui s’est tenue à Nancy en 2015, a permis de rappeler la vitalité des recherches menées autour de ce thème, en insistant sur les travaux récents réalisés en Lorraine. Ces rencontres ont également permis de conclure à la nécessité de voir les débats se prolonger au fil d’un cycle de rencontres internationales consacrées à l’économie de la pierre et organisées tous les trois ans. Le deuxième colloque de ce cycle se tiendra à Namur et à Dinant en décembre 2018. Il sera co-organisé par l’Université de Namur, par l’Université de Lorraine, par l’Université catholique de Louvain, par l’Université libre de Bruxelles, par l’INRAP et par la Maison du Patrimoine médiéval mosan.
Ce colloque permettra de centrer les réflexions sur la vallée mosane, célèbre pour ses ressources lithiques, et dont les tronçons de la Meuse moyenne comme de la basse Meuse constituent depuis l’Antiquité l’une des artères économiques majeures dans cette région d’Europe ; il visera également à élargir les questionnements aux régions limitrophes, telles que le Brabant, le Hainaut, les Ardennes, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la région d’Utrecht et du Gelderland, etc.
Afin de perpétuer l’approche largement diachronique privilégiée à Nancy en 2015, la période
couverte est à nouveau très vaste, puisqu’elle s’étend du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle.
Dans le prolongement des débats de 2015, également, le colloque « Pierre à Pierre II » souhaite privilégier trois grands axes thématiques.

LA GEOGRAPHIE DE LA PIERRE (axe 1), tout d’abord, prendra en compte à la fois les lieux d’extraction et les aires chrono-culturelles de diffusion des matériaux. On s’intéressera ainsi particulièrement aux carrières mosanes afin de faire progresser la cartographie diachronique de l’activité extractive mais aussi, au gré des possibilités offertes par les vestiges d’extraction traditionnelle et des sources écrites disponibles, aux modalités d’exploitation des gisements. Les considérations sur le travail en carrière seront également l’occasion de faire progresser les débats relatifs aux interactions entre la logistique du chantier, l’organisation de l’atelier et le travail en carrière, qu’il s’agisse de techniques d’extraction ou du façonnage des blocs.

LA PIERRE SUR LE CHANTIER DE CONSTRUCTION (axe 2), ensuite, recèle de multiples problématiques. Les stratégies d’approvisionnement des chantiers de construction pourront par exemple être envisagées à l’aune des recherches archéologiques comme des études historiques récentes. Ces travaux permettront d’alimenter les débats sur les aires de diffusion des matériaux comme de mettre en évidence l’évolution des techniques de construction, voire des styles, influant sur l’approvisionnement du chantier. A contrario, la rationalisation probable du travail d’exploitation des carrières à la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes est susceptible d’avoir influé sur l’organisation de la construction.
Les techniques de taille et de mise en œuvre pourront par ailleurs être abordées sous de nombreux autres aspects, aussi bien techniques (évolution de l’outillage, des techniques de taille, propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, etc.) que logistiques (le phénomène du remploi, la rationalisation et la standardisation sur le chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, etc.). Le croisement des différentes sources doit également mener, si
possible à une lecture anthropologique du chantier de construction, afin de révéler de manière plus
concrète les hommes qui se cachent derrière les phénomènes techniques et économiques analysés.
Ce colloque réservera par ailleurs un intérêt particulier aux interactions entre la pierre et les autres matériaux de construction. La manière dont la brique s’impose progressivement sur le chantier de construction des Temps modernes et les enjeux liés à la cohabitation de la brique et de la pierre dans l’architecture sont par exemple des questions qui méritent d’être envisagées dans le cadre de ce colloque. Dans le même ordre d’idées, la pétrification de la construction en pan-de-bois aux Temps modernes gagnera également à être interrogée sous l’angle de l’économie de la pierre de taille.

Enfin, afin de faire honneur aux pierres de Meuse, mais également de mettre en évidence un thème de recherche peu traité lors du colloque précédent de cycle, les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur LA PIERRE EN TANT QUE MOBILIER OU ELEMENT DECORATIF (axe 3). En effet, elle permet de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.
Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.
Langues du colloque: français et anglais

Stone by stone_call for papers Pierre à Pierre II_appel à comm

Proposition de communication : avant le 15 février 2018

Colloque : 6-7-8 décembre 2018

Envoi des textes pour la publication : avant le 1er avril 2019 Publication des Actes : 2020
Lieu : Université de Namur (6-7/12) ; Dinant (8/12)

Comité d’organisation : Fr. Blary, K. Boulanger, M. Macaux, C. Moulis, M. Piavaux, C.-M. Vandermensbrugghe, L. Verslype.

Contact : Mathilde MACAUX – AcanthuM- UNamur, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur 00.32.81.724187 – mathilde.macaux@unamur.be

Publication : Le Château des fées de Montcy-Notre-Dame. Archéologie d’un site de l’an Mil.

Le projet LAFAM au sein de la MSH Lorraine a pris fin avec la publication d’un second ouvrage, sous la direction de Cédric Moulis et Jean-Pierre Lémant. Cet ouvrage présente les résultats des fouilles et des analyses qui en découlent sur un site aristocratique des boucles de la Meuse ardennaise aux abords de Charleville-Mézières en l’an Mil.

 Livre broché 224 p. ISBN-10 2814302841 ISBN-13 9782814302846 15€
Livre broché
224 p.
ISBN-10 2814302841
ISBN-13 9782814302846
15€

Le Château des fées est édifié sur une motte rocheuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local, à la frontière des diocèses de Reims et de Liège, aux limbes des comtés de Castrice et du Porcien.

Les fouilles dirigées par Jean-Pierre Lémant dans les années 1980-1990 ont permis de redonner à ce site anhistorique toute sa valeur historique et archéologique. Un établissement primitif en bois a d’abord occupé le substrat rocheux. Suite à sa probable destruction en 933 par Richer, évêque de Tongres-Maastricht-Liège, une aula en pierre se substitue au premier ouvrage et une enceinte enserre l’ensemble. La destruction du site intervient vers 1100, suite à un incendie.

Un mobilier bien caractéristique de l’époque a été mis au jour. Les plus belles pièces correspondent à des pièces d’échecs, un fermoir de livre, ou encore de la céramique fine glaçurée importée de la Meuse moyenne. La découverte de fragments de meules en basalte de l’Eifel achève de montrer la prééminence d’une culture matérielle des occupants préférentiellement tournée vers l’est et le nord. L’influence des évêques de Tongres-Maastricht-Liège se reflète très certainement dans l’ensemble de ces orientations.

Les données exhumées des stratigraphies du Château des fées, traitées par différents spécialistes, permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite aristocratie autour de l’an Mil.

Plan de l’ouvrage :
Avant-Propos (André Matthys)
Introduction (Cédric Moulis)
CHAPITRE 1 – Une histoire dans l’ombre
1,1 – Un contexte géologique tourmenté. Frontière naturelle ou carrefour ? (Dominique Harmand)
1,2 – Un contexte historique complexe (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
1,3 – De l’histoire à la légende, de la légende au mythe : naissance du Château des fées (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
CHAPITRE 2 – Les bâtiments et leur évolution
2,1 – Les données des chantiers (Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
2,2 – Les bâtiments (Cédric Moulis)
CHAPITRE 3 – Un mobilier aristocratique
3,1 – La faune (Charlotte Samain)
3,2 – La carpologie (Emmanuelle Bonnaire)
3,3 – La céramique (Sylvie de Longueville)
3,4 – Le verre (Hubert Cabart)
3,5 – Le mobilier métallique (Valérie Serdon-Provost)
3,6 – Les monnaies (Christophe Adam)
3,7 – Le mobilier en matières dures animales (Jean-François Goret)
3,8 – Les meules (Sophie Galland-Créty, Luc Jaccottey)
Conclusion (Cédric Moulis)
Annexes
Bibliographie

L’ouvrage peut être commandé sur le lien suivant : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100686080&fa=details

Poste de Professeur en archéologie médiévale à pourvoir

L’université de Lorraine recrute un Professeur d’archéologie médiévale. La  date limite de candidature est fixée au 31 mars.

Vous trouverez toutes les informations utiles en cliquant sur le lien suivant : https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ListesPostesPublies/ANTEE/2016_1/0542493S/FOPC_0542493S_782.pdf

Colloque International – 11-12 décembre 2015

Fortification et artillerie en Europe autour de 1500. Le temps des ruptures.

12279135_10208479341689369_9140775186834515963_n

Programme des deux jours :

12239544_10208479355929725_4045320335147591185_n

Informations pratiques :
10-11 décembre
Entrée libre
Déjeuners du vendredi 11 et du samedi 12 sur réservation avant le 8 décembre.
Prix : 17 euros.
Possibilité d’hébergement.
Réservations, conditions déjeuner et hébergement : marie-odile.lambert@epinal.fr
Renseignements colloque : contact@vieux-chatel.fr

Avis de Publication : « L’Ardenne. Des frontières en l’an Mil »

couv

L’étude des formations territoriales et des frontières a souvent été utilisée comme prétexte à toutes formes de revendications spatiales et/ou culturelles. Longtemps liée à la seule analyse historique, elle peut être aujourd’hui renouvelée par des apports d’ordre archéologique, en matière d’espace, de comportements sociétaux, d’économie.

C’est dans cet esprit qu’intervient au sein de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine le projet LAFAM (L’Ardenne. Des frontières en l’an Mil) sur les boucles mosanes et l’Ardenne méridionale. Le principal objectif est d’y cerner les conditions d’apparition des diverses limites et frontières – tant politiques que sociales, culturelles, religieuses et économiques – qui divisent ce territoire et d’en comprendre l’organisation dans un contexte de morcellement féodal alors à son maximum autour de l’an Mil.

Pour parvenir à ces résultats, il a fallu entreprendre une démarche historique inédite pour ce secteur. In fine, nous pouvons y entrevoir l’implantation humaine et mieux cerner les frontières et influences de tous ordres qui le composèrent voici mille ans. Ce travail permet à la population actuelle de se réapproprier une histoire, une culture et un passé que les vicissitudes du temps ont fini par transformer ou effacer.

Sommaire :

Bernadette Clasquin – Préface
Cédric Moulis – Introduction
Dominique Harmand – Les boucles de Meuse autour de Montcy-Notre-Dame. Frontière naturelle ou carrefour ?
Sylvain Gouguenheim – Les frontières de l’an Mil. Esquisse de synthèse historiographique
Hérold Pettiau – Un espace frontalier avant l’an Mil : quelques remarques sur la région mosane et le sud de l’Ardenne dans les itinéraires de souverains entre le royaume franc occidental et le regnum Lotharii de 843 à 935
Michel Bur – De Mézières à Bar-le-Duc. La frontière d’Empire autour de l’an Mil
Marc Suttor – La Meuse en l’an Mil, une région stratégique
Jean-Gabriel Harter – La construction féodale au sein du diocèse de Reims et son rapport à la Meuse (Xe-XIe siècles)
Frédéric Chantinne et Philippe Mignot – Châteaux et territoires dans le sud du diocèse de Liège aux Xe-XIe siècles
Patrice Bertrand – Architectures, autour de l’an Mil, autour de la Meuse
Cédric Moulis – Pour une nouvelle lecture des frontières en Ardenne méridionale en l’an Mil

Pour commander l’ouvrage : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100478460&fa=details

Exposition : Le Château des fées en l’an Mil. Une sentinelle aux portes de l’Ardenne

INVIT_Page_1

Lieu de l’exposition : Musée de l’Ardenne – Charleville-Mézières (08)

Le Château des fées est édifié sur une motte schisteuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse au nord de Charleville-Mézières. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local. Un bâtiment primitif en bois a d’abord occupé le socle schisteux. Une aula en pierre de 17,50 x 9,80 m se substitue au premier ouvrage dans la première moitié du Xe siècle. Une enceinte castrale enserrait l’ensemble et accueillait une basse-cour. La destruction du site intervient au tout début du XIIe siècle, suite à un incendie. Les analyses physico-chimiques, les carreaux d’arbalète, les pointes de flèches, les monnaies, la tabletterie et le mobilier céramique exhumés des stratigraphies du Château des fées permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite noblesse autour de l’an Mil.

L’exposition rassemble des panneaux et du mobilier étudié par une dizaine de spécialistes travaillant sur des domaines précis des sciences historiques, géologiques, archéologiques de France et de Belgique. Elle fait la synthèse de fouilles inédites qui présentent un intérêt de comparaison pour les archéologues. Peu de sites sont encore renseignés avec précision sur cette période. Il vient compléter la liste des sites explorés par les collègues belges, de Picardie et de Rhône-Alpes sur la question des résidences aristocratiques des environs de l’an Mil – question sujette à de nombreuses remises en perspectives à chaque nouvelle publication tant le champ d’étude reste vaste.

Appel à contribution – Colloque

« Pierre à pierre » – Économie de la pierre aux périodes historiques en Lorraine et régions limitrophes (Ier siècle av. J.-C. – XVIIe siècle)

affiche pierre_à_pierre

Les travaux de recherche du PCR sur « La pierre en Lorraine aux périodes antiques et médiévales : de l’extraction à la mise en œuvre » trouvera son aboutissement dans une publication, aux Presses Universitaires de Nancy, dont la sortie est prévue en 2015. Dans la continuité, les organisateurs souhaitent poursuivre et diversifier leurs questionnements, en élargissant le champ d’étude aux régions limitrophes (Alsace, Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat, Wallonie) et à des domaines non traités au sein de ce PCR. La diachronie est privilégiée du Ier av. J.-C. au XVIIe siècle.

Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Le traitement technique et technologique de la pierre se décline généralement en trois grandes étapes : l’extraction, la diffusion et la mise en œuvre.

Pour l’extraction, trois sujets encore peu abordés dans nos régions seront privilégiés. Nous ne bénéficions en effet pas encore, pour le nord-est de la France, de typologie – a fortiori de typochronologie – des carrières et lieux d’extraction de la pierre. Les spécificités liées aux sites souterrains ou à ciel ouvert méritent d’être approfondies, en faisant notamment le lien entre les propriétés mécaniques de la roche extraite et la logique d’exploitation constatée. La gestion des déchets est en ce sens un des éléments permettant de mieux cerner ces logiques d’exploitation.

La diffusion de la pierre pourra également être traitée, sous des aspects aussi divers que les aires de diffusion et leur fluctuation dans le temps, les rapports entre volumes extraits et volumes transportés, ou encore le lien entre les infrastructures (réseau routier, bassin hydrographique…) et les moyens de transports employés (charrettes, barques, radeaux…). Les apports méthodologiques sur le rapprochement entre site d’extraction et site de mise en œuvre seront également les bienvenus.

La mise en œuvre de la pierre pourra quant à elle être abordée sous de nombreux aspects, aussi bien techniques (organisation et propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, l’outillage…) que logistiques (le phénomène du remploi, la standardisation du chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, signes lapidaires…).

Les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur la pierre en tant que mobilier ou élément décoratif. En effet, elle se retrouve au cœur de la vie quotidienne domestique (mortier, meule, pierre ollaire, mesure de capacité…), mais elle permet également de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 mn et le poster. Les posters seront présentés à l’occasion de courtes interventions de 5 mn lors d’une session dédiée et seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.

  • Proposition de communication : avant 1er mai 2015
  • Envoi des résumés : avant 1er juillet 2015
  • Colloque : 5-6 novembre 2015
  • Retour des textes finaux : avant 1er mars 2016
  • Publication des Actes : fin 2016

Comité d’organisation

  • K. Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • C. Kraemer, Université de Lorraine, EA 1132
  • C. Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • V. Muller, Université de Lorraine, EA 1132
  • L. Voinson, Université de Lorraine, EA 1132

Comité scientifique

  • Jean-Claude Bessac, CNRS, UMR 5140
  • Karine Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • Ivan Ferraresso, INRAP GEN, associé EA 1132
  • Dominique Heckenbenner, Conservateur du patrimoine honoraire
  • Jean-Denis Laffite, INRAP GEN
  • Cédric Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • Vianney Muller, Université de Lorraine, EA 1132

Contact : lucie.voinson@univ-lorraine.fr

Télécharger la fiche de proposition : FICHE COLLOQUE PIERRE A PIERRE

Tour seigneuriale de Darnieulles (Vosges) : De nouvelles observations

L’étude des élévations de la tour seigneuriale s’est terminée lors d’un chantier de trois semaines en juin 2014. Un sondage a été pratiqué à l’emplacement de la tourelle semi-circulaire. Enfin, l’étude de l’enceinte du XIVe siècle de la maison forte a débuté.

L’élévation extérieure nord
Avec l’élévation est, c’est la moins bien conservée de l’ensemble, mais elle reste observable sur 9,50 m de hauteur et 10 m de longueur. L’analyse parementale a permis de mieux appréhender l’environnement de la tour, dont l’évolution se décline en 4 phases sur ce mur. La phase 1 correspond à l’édification de la tour à la fin du XIe siècle. L’imposante brèche dans la partie gauche du mur rend possible l’idée d’une tourelle chaînée aux maçonneries et similaire à celle de l’élévation sud. Lors de la phase 2, deux trous s’alignant avec plusieurs autres traces ont été percés à près de 6 m du sol. Il pourrait s’agir de la création d’un corps de logis pour l’enceinte du XIVe siècle. Lors de la phase 3, cette maçonnerie en appui est démolie. Un bâtiment (un corps de logis ?) présentant une toiture parallèle à la tour est alors édifié. On remarque deux niveaux d’empochements (un plancher et une charpente ?), espacés les uns des autres d’environ 2,30 m. Il est envisagé que cette configuration soit à mettre en lien avec les vestiges de la porterie des XVIIe-XVIIIe siècles. La phase 4 correspond à l’état actuel, soit à un bâtiment démantelé. Il est fort probable que sa démolition ait engendré des dégradations du parement de la tour.

 

Elévation nord
Elévation nord

Le sondage
Un sondage de 19 m2 contre l’élévation sud de la tour seigneuriale, à l’extérieur, a permis de comprendre l’implantation de la tourelle semi-circulaire et de caractériser son environnement. Malgré la maigreur des indices, il semblerait que le site soit occupé au cours de l’Antiquité (tardive ?) dans une première phase. L’endroit est rendu intéressant par la configuration topographique de la roche calcaire, qui présente un tertre légèrement surélevé par rapport au fond du vallon. Le site cesse d’être ensuite occupé pour des raisons qui nous échappent totalement.
La seconde phase débute à la fin du XIe siècle avec la construction de la tour seigneuriale. Les fondations de la tourelle semi-circulaire, d’aspect tronconique et accolées aux fondations de la tour quadrangulaire, ont une profondeur de 70 cm. Les pierres calcaires, de toutes tailles et formes, qui la constitue sont maçonnées à la chaux, sans organisation particulière. Elles sont dissimulées par le remblai issu du creusement d’un fossé, dont l’amorce est bien reconnue en stratigraphie. En élévation, le parement est conservé sur 53 cm de hauteur et constitué de moellons calcaires de 18 x 7 cm en moyenne. Le piétinement engendré par les travaux et les déchets de matériaux (essentiellement le mortier) créent un premier niveau de sol extérieur compact et dur au pied des maçonneries. Le niveau de sol repéré à l’intérieur de la tourelle est composé d’un lit de mortier épais.

Tourelle semi-circulaire
Tourelle semi-circulaire

Le secteur devient ensuite un lieu de rejet alimentaire. En effet, dans les US en contact avec le niveau de sol, ont été trouvés des tessons de céramique et des restes fauniques en quantité non négligeable. Le mobilier céramique est néanmoins très fragmenté. La pâte, sombre, micacée, et cuite en atmosphère réductrice, est généralement peu épaisse et comporte des inclusions siliceuses fines. Les tessons appartiennent à des formes fermées globulaires montées en technique mixte et sont datables des Xe-XIIIe siècles. Ce mobilier retrouvé à proximité, l’absence de passage permettant d’entrer dans la tourelle et la présence du pendage du fossé semblent démontrer que cette construction semi-circulaire est une latrine à fosse, et non un accès à la tour seigneuriale, comme supposé jusqu’à présent.
Lors de la troisième phase, le profil du fossé, légèrement transformé par son comblement naturel progressif, se fige à nouveau à l’occasion d’une seconde campagne de travaux. Celle-ci peut être certainement rattachée au XIVe siècle, qui voit l’apparition de l’enceinte de la maison forte. Ce nouveau sol reprend toutefois en partie l’altimétrie de l’antérieur. Après 1582, peut-être au XVIIIe siècle, la tourelle perd son intérêt. Elle est alors démantelée, ce qui engendre un nouveau remblai. Le fossé est comblé dans le même temps, ce qui nivelle le secteur. La ruine progressive du site occasionne également de nouveaux remblais. Les sols ont été remués au cours de ces différentes phases, ce qui explique vraisemblablement le degré de fragmentation élevé des mobiliers céramiques et fauniques.

Conférence sur la tour seigneuriale de Darnieulles – 24 mai 2014

Tract APAVA-Conf du 24 mai 14

La tour d’habitation de Darnieulles fut la propriété d’un lignage de chevaliers locaux dont les premières mentions remontent à la fin du XIe siècle. Elle s’insère au sein d’un ensemble plus vaste, une maison forte, qui se développe à partir du XIVe siècle.
L’objectif historique et patrimonial est de replacer cet édifice dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales des XIe-XIIe siècles. L’édifice semble être un subtil compromis entre les grands donjons résidentiels de l’ouest de la France, des petits donjons résidentiels de l’est du pays et des logis seigneuriaux germaniques.
L’objectif archéologique des opérations menées sur le site est de réaliser une couverture analytique complète de la tour afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux ainsi que les éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… Pour ce faire, des relevés d’élévation et des sondages sont pratiqués sur le site. L’étude intègre également un travail de thèse sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles.

Le chantier 2014 se déroule du 2 au 22 juin et sera accessible aux visiteurs lors des Journées Nationales de l’Archéologie des 6, 7 et 8 juin.

http://journees-archeologie.fr/c-2014/fiche-initiative/469/Tour-seigneuriale-de-Darnieulles

Tour seigneuriale de Darnieulles – Apports de la campagne 2013

élévation ouest de la tour

En 2013, le chantier s’est concentré sur l’analyse des élévations extérieures. Le relevé pierre à pierre a été effectué sur 353 m2 de murs. La tour (11,15  x 15,15 m) est conservée sur une hauteur maximale de 12,10 m. L’état de conservation des élévations extérieures est hétérogène, mais suffisant pour comprendre les grands principes de construction qui ont été employés à son édification.

 

Les élévations extérieures

Comme pour l’intérieur, le parement est constitué de moellons calcaires grossièrement taillés, issus des couches du Muschelkalk supérieur (t5). On retrouve ponctuellement dans le parement un calcaire alvéolé et une dolomie. On remarque enfin dans les parties les plus hautes l’emploi de grès vosgien rouge, peut-être le fruit d’un remaniement. Les assises des élévations extérieures sont très régulières. Le gabarit moyen des pierres (20,2 x 8,6 cm) est sensiblement supérieur à celles du parement intérieur (18,6 x 8,3 cm). Les angles du bâtiment sont chainés par du grès à Voltzia (Lg.48 à 63 cm, lg 22 à 42 cm, ht. 26 à 30 cm). Chaque changement de pierre dans la chaine d’angle est souvent l’occasion de réaliser une assise de réglage.

Le parement est très régulier, on observe quelques dédoublements d’assises dans la seconde moitié de l’élévation. Les assises de réglages sont surtout bien visibles dans le blocage. L’analyse du parement et des niveaux de réglages démontre que nous sommes face à un chantier sans standardisation, où la logique de construction est simplement conditionnée à l’arrivage des pierres. En d’autres endroits des élévations, les assises de réglages se remarquent dans le parement soit par l’emploi de pierres plus fines, soit par deux rangs plus gros de part et d’autre du niveau de réglage.

Les trous de boulin observés sur le parement intérieur en 2012 se retrouvent sur le parement extérieur puisqu’ils sont traversant pour l’immense majorité d’entre eux. Plusieurs sont bouchés par une ou plusieurs pierres en façade. Quatre nouveaux trous ont toutefois été comptabilisés, portant le total à 105. Leur section, carrée, avoisine toujours les 10 à 12 cm, et leur ordonnancement reste très régulier.

Les mortiers se composent principalement de sable et de nodules de chaux. À 8 m de hauteur, un négatif de végétaux imprégné dans le mortier témoigne d’un arrêt saisonnier du chantier. Enfin, un pré-enduit a été observé de façon très sporadique.

TOUTES LES UM EXTERIEUR

La tourelle semi-circulaire

La tourelle semi-circulaire accolée à la face sud permettait l’accès à la tour d’habitation.  Elle mesurait 10 m de haut, pour un diamètre de 3,70 m. L’épaisseur des murs oscille entre 90 et 96 cm, ce qui ménage un espace intérieur de 1,80 m. Elle est saillante de 2,40 m. Elle est munie d’un parement intérieur et d’un parement extérieur dont le gabarit des pierres est identique à celui des pierres de la tour seigneuriale. Elle est correctement chainée et ancrée à cette tour, leur construction est donc simultanée. Trois petites fentes donnaient un peu d’éclairage dans la cage d’escalier. La fréquence des assises de réglages varie entre 34 cm et plus de 60 cm. L’étude macroscopique des mortiers permet d’identifier trois liants différents. Les niveaux de réglage sont en corrélation avec l’utilisation de mortiers spécifiques, ce qui implique une réflexion d’ensemble sur les considérations techniques inhérentes à la construction de cette tourelle.

 

Le sondage

Le sondage (3 x 3 m) pratiqué sous la cheminée au sein du bâtiment n’a pas permis de répondre à toutes les interrogations initiales. Nous avons toutefois pu mettre en évidence le niveau de sol composé par une terre rouge indurée relativement plane remplie d’inclusions de charbons de bois et de chaux. Les fondations de la tour présentent un ressaut de 22 cm de large qui se prolonge sur 40 à 50 cm de profondeur jusqu’à atteindre le sol géologique calcaire. Sur les parties hautes du sondage, nous avons retrouvé une couche d’incendie où l’apparence de poutres brulées apparait assez nettement. Mêlées à de nombreuses tuiles plates, il pourrait s’agir des vestiges de la toiture effondrée du bâtiment.

DSC_0240

Le sondage a révélé un mobilier relativement pauvre. Seules les couches de remblais au-dessus du niveau de sol initial ont livré du mobilier archéologique. Nous retenons essentiellement quatre tessons céramiques à pâte grossière, qui s’apparentent à des fragments de pot globulaire ou de cruche à fond lenticulaire, vraisemblablement antérieurs au XIIIe siècle. Un carreau d’arbalète présente une tête à profil pyramidal de section carrée typique des formes en usage aux Xe et XIe siècles. L’immense majorité des tuiles découvertes sont plates. La diversité dans la typologie des trous de fixation, des ergots et du gabarit des tuiles induit réfections et remplacements au cours des siècles. Le sondage n’a livré qu’un seul fragment de tegula, dans une couche d’effondrement.

Carreau arbalète

La céramique domestique du Premier Moyen Âge (VI-XIIe siècles)

Rachel Prouteau vous convie à assister à sa soutenance de thèse qui se déroulera le 16 novembre 2013 à l’université de Lorraine.

Depuis un quart de siècle, l’archéologie préventive a permis de découvrir un nombre considérable de sites d’habitats ruraux et urbains du premier Moyen Âge, riches en céramiques. Ce mobilier entièrement neuf a permis d’entreprendre pour la première fois l’étude de la céramique domestique de la vallée de la Moselle. Alors que l’essentiel des connaissances portait jusqu’à présent sur la céramique funéraire, il devenait possible de réaliser l’étude technique de la céramique domestique.

Si des caractéristiques de l’Antiquité tardive sont encore visibles à travers certains récipients à pâte rugueuse et à pâte fine, les VIe-VIIe siècles se déterminent par la production de formes nouvelles probablement issues du monde franc : vases et écuelles carénés, jattes à paroi évasée, tasses, pots globulaires peu décorés à fond plat avec ou sans oreille de préhension. Ce mobilier est comparable aux productions des grands ateliers de la période mérovingienne comme Mayen, Huy et Maastricht.

A partir du VIIIe siècle, une rupture morphologique intervient dans la céramique domestique. On observe une diversification des formes fermées (pots, pots ansés, pots verseurs, cruchons) et des formes ouvertes (poêlons, jattes/écuelles à base en piédestal, écuelles à paroi arrondie, gobelets tronconiques et couvre-feux). Les pots à oreilles de préhension ou à col perforé évoluent vers des formes plus globulaires avec des fonds bombés. Leurs décors se composent d’ondulations associées ou non à des lignes incisées.

Les courants stylistiques introduits dans la région à partir du VIIIe siècle traduisent une forte influence venue de Belgique, du Luxembourg, des Pays-Bas et de la vallée du Rhin, influence qui peut être mise en rapport avec l’expansion carolingienne qui facilita les échanges.

La période des Xe-XIIe siècles habituellement synonyme de révolution en Europe occidentale surprend par une forte continuité technique et morphologique des différents types de récipients. Le nombre de pots à oreilles de préhension diminue au profit de pots à col perforé de trous de suspension. Les formes ouvertes se réduisent aux jattes, aux écuelles à paroi évasée et aux couvre-feux. Les décors sont rares, présents seulement sur quelques pots et pots ansés. Les productions restent caractéristiques de celles de l’Europe du nord-ouest.

Il faut attendre le début du XIIIe siècle pour rencontrer une véritable révolution céramique et entrer dans une nouvelle aire chrono-culturelle.