Archives de catégorie : Colloques et tables-rondes

Colloques de l’Université Lorraine et communications extérieures des chercheurs de l’UL

Pierre à Pierre III – Économie de la pierre entre Rhin et Loire aux périodes historiques – Appel à communications

Après deux éditions qui furent de véritables succès – la première à Nancy en 2015 et la seconde à Namur / Dinant en 2018 – le troisième congrès Pierre à Pierre se tiendra dans les Ardennes françaises à Charleville-Mézières et Sedan, du 4 au 6 novembre 2021.

Ce colloque international est organisé par le Service archéologique départemental des Ardennes, l’Université de Reims Champagne Ardenne, l’Université de Lorraine, le Centre Ardennais de Recherches Archéologiques et le Service Régional d’Archéologie DRAC Grand-Est, avec le partenariat de la ville de Charleville-Mézières, du Château fort de Sedan et du Musée de l’Ardenne.

Les colloques Pierre-à-Pierre ont pour vocation d’ouvrir des axes de réflexion sur les constructions, diffusions et usages de la pierre à bâtir ou de la pierre ornementale.

Cette édition 2021 propose un cadre chronologique et géographique volontairement large, puisqu’allant de la Protohistoire jusqu’au XVIIIe siècle, en étant ouvert aux communications diachroniques, et de la Loire jusqu’au Rhin, ce qui inclut potentiellement tout le nord de la France, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, ainsi que 4 fleuves majeurs (Loire, Seine, Meuse et Rhin).

Dans ce large cadre, trois thématiques principales permettront de questionner la pierre du point de vue technique, fonctionnel et symbolique.

Ainsi, il sera possible d’envisager des problématiques sur les stratégies d’emploi des matériaux tant pour la construction que la reconstruction ou la restauration, mais aussi d’ouvrir la réflexion aux moellons et autres simples pierres à bâtir. Un dernier axe permettra de dépasser le domaine du bâti avec des interrogations sur l’emploi de la pierre dans le contexte funéraire.

Axe 1 : Construire et reconstruire en pierre

Directement inspiré des problématiques actuelles liées aux travaux en cours pour la restauration de la cathédrale Notre Dame de Paris, cet axe thématique s’intéresse à la construction en pierre, avec comme idées sous-jacentes d’aborder les stratégies d’emploi au sein d’un même chantier de pierres différentes suivant leurs qualités intrinsèques, mais aussi d’étudier les édifices comme des bâtiments polyphasés et diachroniques, dont les différentes phases de construction, reconstructions, réaménagements, restaurations peuvent avoir conduit à l’emploi de pierres différentes.

S’ouvrent alors des thèmes possibles comme les remplois, les changements d’approvisionnements sur le temps long, ou la mise en avant des paramètres qui ont conduit à la sélection d’une pierre plutôt qu’une autre (choix techniques, esthétiques, économiques…), etc.

Axe 2 : Moellon et pierre de taille

Les pierres ornementales, les marbres et les pierres de taille sont fréquemment au cœur des discussions ou publications scientifiques autour de la Pierre. Mais qu’en est-il des autres pierres, celles qui composent une majorité de murs moins « nobles » ou moins exposés, celles qui remplissent les espaces moins valorisés ou qui étaient recouvertes d’enduits et donc invisibles.

Ce thème se propose d’aborder les « grandes » pierres de taille, les pierres de taille moins connues ou simples pierres à bâtir, utilisées sous couverture, enduits ou comme moellons.

Il peut accepter des communications sur les carrières, la diffusion des pierres, les techniques de taille ou de mise en œuvre. Seront aussi acceptées des études holistiques des géomatériaux sur un édifice ou une région, si celles-ci abordent à la fois les pierres de taille « nobles » et les pierres plus « communes ». Pourront alors être discutées, les stratégies d’approvisionnements ou l’impact territorial ou économique que peuvent avoir les besoins en différentes catégories de matériaux.

Enfin, à cause de sa nature essentielle pour la construction, le thème des pierres à chaux, pourra faire l’objet de quelques communications, si celles-ci sont replacées au sein des différents emplois de géomatériaux dans un cadre donné (pierres de taille, moellons et pierres à chaux).

Axe 3 : La pierre et la mort

Enfin, le troisième thème permet d’ouvrir ce colloque au monde des morts aux travers des pierres funéraires (pierres tombales, monuments ou sarcophages) ou aux représentations anthropomorphes symboliquement figées dans la pierre. Car la pierre, à cause de sa résistance au temps, a souvent été un élément fort des mobiliers funéraires, parfois assortis de traditions culturelles ou techniques spécifiques.

Pour cet axe thématique pourront être abordés des sujets dédiés à l’étude de carrières de sarcophages ou de mobiliers funéraires, de leur diffusion et emplois, mais aussi des aspects plus symboliques, s’ils sont rattachés à des traitement techniques de la pierre ou à des pratiques particulières qui peuvent influencer la signification même de l’usage ou de la présence de ces pierres dans un corpus.

 

À travers ces trois axes principaux, ce colloque, comme ses prédécesseurs, pourra accepter des communications orientées vers l’analyse des sources écrites, aux analyses des géomatériaux, et des résultats issus de programmes de recherche, d’études issues de l’archéologie préventive ou de travaux d’étudiants.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters. Tous deux seront susceptibles d’être intégrés à la publication des actes du colloque.

Langues du colloque : français et anglais

 

Les propositions devront être faites sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum, avec le détail des auteurs, affiliations et mails, résumés en français et anglais et transmises avant le 1er Juin 2021 à lorraine.desart@cd08.fr .

 

Proposition de communication : avant le 1er Juin 2021

Colloque : du 4 au 6 novembre 2021

Date limite de l’envoi des textes pour la publication :  31 décembre 2021

 

Comité scientifique

Lorraine Desart (CD08), Mikel Etchart-Salas (CD08), Gilles Fronteau (Université de Reims), Cédric Moulis (Université de Lorraine), Mathieu Piavaux (Université de Namur), Maxence Pieters (CARA).

Comité d’organisation

Lorraine Desart (CD08), Gilles Fronteau (Université de Reims), Cédric Moulis (Université de Lorraine), François Party (CD08), Maxence Pieters (CARA)

Contacts

lorraine.desart@cd08.fr

Les ‘Athéniens de Nancy’ : Émile Burnouf, Paul Perdrizet et Joseph Laurent (vidéo)

Captation vidéo de l’intervention de Samuel Provost à la journée d’études Voyage et pratiques savantes et érudites (XVIIe-XIXe siècles), organisée en partenariat par
le Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (E.A. 3945)
et Littératures Imaginaires Sociétés (E.A. 7305)
dans le cadre du projet ERUHILOR (20 septembre 2020).

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=10619

La Faculté des lettres de Nancy fut, dès sa recréation en 1854, considérée comme une « petite colonie athénienne » dans l’Est de la France, du fait de la présence dominante dans le corps enseignant des anciens membres de l’École française d’Athènes. Cette présence fut sans cesse renouvelée au cours des XIXe et XXe siècles, garantissant aux étudiants et au public des conférences de la faculté des lettres la primeur des découvertes archéologiques en Grèce et plus largement en Méditerranée orientale. Dans le premier demi-siècle de son existence, l’activité scientifique de l’ÉfA est largement dominée par les voyages d’exploration dont sont chargés ses membres scientifiques en Grèce et dans l’Empire ottoman. Il est donc intéressant d’étudier comment les pratiques de ces savants pour documenter leurs missions ont pu évoluer au cours de la période.

Les archives scientifiques conservées à l’université de Lorraine permettent de le faire avec précision pour trois d’entre eux :

  • Émile Burnouf (1821-1907), professeur de lettres à Nancy en 1854 et surtout directeur de l’ÉfA de 1867 à 1875, orientaliste mais aussi collaborateur de Schliemann à Troie. Ses archives ont été léguées par ses héritiers à la faculté des lettres et font l’objet d’un inventaire détaillé dans Calames.
  • Joseph Laurent (1870-1953), maître de conférences (1899) puis professeur d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Nancy (1919), spécialiste de l’Anatolie byzantine. Il a légué à sa retraite ses albums photographiques à la faculté des lettres, documentant à la fois ses voyages et sa participation aux fouilles de Delphes sous la direction de Théophile Homolle.
  • Paul Perdrizet (1870-1938), maître de conférences de littérature grecque (1899) puis professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres (1908-1919), dont les archives scientifiques ont été intégralement léguées à la faculté après sa mort, et concernent l’ensemble de ses travaux archéologiques, en Grèce, Syrie et Égypte.

L’objet de cette communication est ainsi de présenter ces archives et de montrer comment elles documentent en particulier l’avènement de la photographie archéologique et l’évolution de ses modalités comme de ses objectifs scientifiques.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’évocation architecturale de l’abbaye Saint-Vanne : regards croisés entre archéologues et architecte perspectiviste 3D (vidéo)

L’évocation architecturale de l’abbaye Saint-Vanne : regards croisés entre archéologues et architecte perspectiviste 3D (vidéo)

Captation vidéo de l’intervention de Valérie Serdon-Provost et Isabelle Mangeot au colloque Sciences Ouvertes 2020 : Prendre soin de ses données et les valoriser (Université de Lorraine, 8 octobre 2020)

Captation vidéo : L’abbaye Saint-Vanne : acquisition des données et évocation 3D

 

 

La modélisation 3D de l’abbaye Saint-Vanne de Verdun, aujourd’hui disparue, fait suite à un projet collectif de recherche mené par Valérie Serdon depuis 2011, associant étudiants et chercheurs français et étrangers.  Elle permet de rendre lisible l’avancement des recherches sur le terrain et de donner des clés de compréhension du passé de ce monastère lorrain, qui a connu un rayonnement international au Moyen Âge et à l’Époque moderne. Les restitutions proposées s’appuient sur la collecte de données archéologiques réalisée in situpendant plusieurs années (prospection géophysique, fouille et relevé du bâti), le traitement long et minutieux de ces informations issues du terrain et l’étude de fonds documentaires iconographiques et textuels, de toutes périodes. Le projet s’inscrit dans une perspective nouvelle visant à restituer les volumes disparus, modifiant profondément les habitudes de travail des archéologues et des historiens d’art ; la réalité virtuelle constitue, en effet, à la fois le vecteur d’un questionnement scientifique renouvelé, un puissant outil de mise en valeur du patrimoine culturel — par les nouvelles technologies — et un formidable vecteur de diffusion des connaissances auprès des spécialistes et du grand public. Les restitutions proposées ont nécessité une collaboration étroite avec un architecte et permettent d’approfondir l’analyse des données de terrain (forme des bâtiments, matériaux et techniques de construction), et d’être plus précis dans les hypothèses de restitutions. Il s’agira d’exposer, dans cette courte présentation, la nature spécifiques des données récoltées, les moyens particuliers de les traiter et enfin les outils de réflexion et de valorisation pour les rendre intelligibles.

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id_col=688

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque ArCoGE : Archéologie de la construction en Grand Est

Dans le but d’améliorer la synergie entre les chercheurs mais aussi les professionnels du patrimoine bâti, nous souhaitons mettre en place une journée d’étude consacrée à l’actualité de l’archéologie de la construction au Moyen Âge en région Grand-Est. Nous avons choisi à dessein le mot « construction » plutôt que « bâti », car il nous semble revêtir une palette plus large de thématiques tournant autour de l’économie du chantier, des matériaux et leur mise en œuvre. Le point sera fait sur les dernières découvertes de chacun dans ce domaine dans la région, en traitant aussi bien de méthodologie, que d’un bâtiment en particulier, d’un ensemble de sites, d’une technique, ou des matériaux.

Lieu : Université de Lorraine, Maison des Sciences de l’Homme, 91 avenue de la Libération, salle internationale, Nancy

Dates : 26-27 septembre 2019

Inscription et programme : http://hiscant.univ-lorraine.fr/…/files/doc…/arcoge_prog.pdf

Colloque international Pierre à Pierre II

Économie de la pierre dans la vallée de Meuse et dans les régions limitrophes (Ier s. av. J.-C. – XVIIIe s.)

6-7-8 décembre 2018 – Université de Namur / Dinant

télécharger le programme
Ce colloque fait suite à celui organisé en novembre 2015 à Nancy.

Il élargit davantage le champ d’investigation sur la pierre et démontre la vitalité de la recherche dans ce domaine.

Appel à communications : Colloque Paul Perdrizet (Nancy, 7-9 novembre 2018)

Appel à communication : « colloque Paul Perdrizet » (Nancy, 7-9 novembre 2018)

Les travaux de l’archéologue et historien de l’art Paul Perdrizet (Montbéliard, 1870 – Nancy, 1938) restent des références importantes dans des domaines aussi variés que l’épigraphie grecque (Perdrizet et Lefebvre 1919), les terres cuites de l’Égypte gréco-romaine (Perdrizet 1921) ou encore l’iconographie de la Vierge (Perdrizet 1908) et le culte des saints à la fin du Moyen Âge (Perdrizet 1933), pour ne prendre en exemple que quelques-unes de ses études toujours citées par la recherche contemporaine. Pourtant, cette personnalité riche et complexe n’a pratiquement pas fait l’objet de travaux d’historiographie, hormis quelques contributions ponctuelles sur certaines de ses missions les plus fécondes, comme celle de Chypre en 1896 (Masson 1993). Significativement, le colloque intitulé « Paul Perdrizet », tenu à Strasbourg en 1991, concernait en réalité le centenaire des fouilles de Delphes et l’œuvre de l’archéologue y fut à peine mentionnée. La longue nécrologie que lui consacra Charles Picard, dans l’hommage rendu par l’Académie des inscriptions et belles-lettres en juin 1938, resta donc la source unique des quelques notices biographiques qui ont par la suite été consacrées au savant nancéien (Provost 2015).

La redécouverte en 2012 des archives de Paul Perdrizet que les héritiers de sa veuve, Lucile Gallé-Perdrizet, avaient généreusement confiées à l’université de Nancy en 1981, a été suivie d’un programme d’inventaire et de mise en valeur. Un premier volet s’est traduit en 2016 par la mise en ligne d’une base de données (Archives Perdrizet). Ces travaux préliminaires ont révélé la richesse du fonds Perdrizet aussi bien pour ses activités scientifiques que pédagogiques. Ils ont aussi entraîné la découverte de nouvelles archives familiales éclairant des aspects méconnus de sa personnalité, en particulier sa carrière parallèle d’homme d’affaires et de directeur des Établissements Gallé, la célèbre cristallerie d’art nancéienne, à partir de 1914.

Continuer la lecture de Appel à communications : Colloque Paul Perdrizet (Nancy, 7-9 novembre 2018)

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Appel à communication. Colloque « Pierre à pierre » II

La première édition de ces rencontres consacrées à l’économie de la pierre aux périodes historiques, qui s’est tenue à Nancy en 2015, a permis de rappeler la vitalité des recherches menées autour de ce thème, en insistant sur les travaux récents réalisés en Lorraine. Ces rencontres ont également permis de conclure à la nécessité de voir les débats se prolonger au fil d’un cycle de rencontres internationales consacrées à l’économie de la pierre et organisées tous les trois ans. Le deuxième colloque de ce cycle se tiendra à Namur et à Dinant en décembre 2018. Il sera co-organisé par l’Université de Namur, par l’Université de Lorraine, par l’Université catholique de Louvain, par l’Université libre de Bruxelles, par l’INRAP et par la Maison du Patrimoine médiéval mosan.
Ce colloque permettra de centrer les réflexions sur la vallée mosane, célèbre pour ses ressources lithiques, et dont les tronçons de la Meuse moyenne comme de la basse Meuse constituent depuis l’Antiquité l’une des artères économiques majeures dans cette région d’Europe ; il visera également à élargir les questionnements aux régions limitrophes, telles que le Brabant, le Hainaut, les Ardennes, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la région d’Utrecht et du Gelderland, etc.
Afin de perpétuer l’approche largement diachronique privilégiée à Nancy en 2015, la période
couverte est à nouveau très vaste, puisqu’elle s’étend du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle.
Dans le prolongement des débats de 2015, également, le colloque « Pierre à Pierre II » souhaite privilégier trois grands axes thématiques.

LA GEOGRAPHIE DE LA PIERRE (axe 1), tout d’abord, prendra en compte à la fois les lieux d’extraction et les aires chrono-culturelles de diffusion des matériaux. On s’intéressera ainsi particulièrement aux carrières mosanes afin de faire progresser la cartographie diachronique de l’activité extractive mais aussi, au gré des possibilités offertes par les vestiges d’extraction traditionnelle et des sources écrites disponibles, aux modalités d’exploitation des gisements. Les considérations sur le travail en carrière seront également l’occasion de faire progresser les débats relatifs aux interactions entre la logistique du chantier, l’organisation de l’atelier et le travail en carrière, qu’il s’agisse de techniques d’extraction ou du façonnage des blocs.

LA PIERRE SUR LE CHANTIER DE CONSTRUCTION (axe 2), ensuite, recèle de multiples problématiques. Les stratégies d’approvisionnement des chantiers de construction pourront par exemple être envisagées à l’aune des recherches archéologiques comme des études historiques récentes. Ces travaux permettront d’alimenter les débats sur les aires de diffusion des matériaux comme de mettre en évidence l’évolution des techniques de construction, voire des styles, influant sur l’approvisionnement du chantier. A contrario, la rationalisation probable du travail d’exploitation des carrières à la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes est susceptible d’avoir influé sur l’organisation de la construction.
Les techniques de taille et de mise en œuvre pourront par ailleurs être abordées sous de nombreux autres aspects, aussi bien techniques (évolution de l’outillage, des techniques de taille, propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, etc.) que logistiques (le phénomène du remploi, la rationalisation et la standardisation sur le chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, etc.). Le croisement des différentes sources doit également mener, si
possible à une lecture anthropologique du chantier de construction, afin de révéler de manière plus
concrète les hommes qui se cachent derrière les phénomènes techniques et économiques analysés.
Ce colloque réservera par ailleurs un intérêt particulier aux interactions entre la pierre et les autres matériaux de construction. La manière dont la brique s’impose progressivement sur le chantier de construction des Temps modernes et les enjeux liés à la cohabitation de la brique et de la pierre dans l’architecture sont par exemple des questions qui méritent d’être envisagées dans le cadre de ce colloque. Dans le même ordre d’idées, la pétrification de la construction en pan-de-bois aux Temps modernes gagnera également à être interrogée sous l’angle de l’économie de la pierre de taille.

Enfin, afin de faire honneur aux pierres de Meuse, mais également de mettre en évidence un thème de recherche peu traité lors du colloque précédent de cycle, les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur LA PIERRE EN TANT QUE MOBILIER OU ELEMENT DECORATIF (axe 3). En effet, elle permet de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.
Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.
Langues du colloque: français et anglais

Stone by stone_call for papers Pierre à Pierre II_appel à comm

Proposition de communication : avant le 15 février 2018

Colloque : 6-7-8 décembre 2018

Envoi des textes pour la publication : avant le 1er avril 2019 Publication des Actes : 2020
Lieu : Université de Namur (6-7/12) ; Dinant (8/12)

Comité d’organisation : Fr. Blary, K. Boulanger, M. Macaux, C. Moulis, M. Piavaux, C.-M. Vandermensbrugghe, L. Verslype.

Contact : Mathilde MACAUX – AcanthuM- UNamur, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur 00.32.81.724187 – mathilde.macaux@unamur.be

11e Congrès international de la Society for Emblem Studies (3-7 juillet)

Nancy et l’Université de Lorraine accueillent du 3 au 7 juillet 2017 le 11e Congrès international de la Society for Emblem Studies qui intéresse directement l’histoire de l’art. Plusieurs communications concernent la Lorraine, en relation par exemple avec l’exposition du musée de l’École de Nancy, Verreries parlantes d’Émile Gallé. Matière à poésie. Des visites de l’exposition sont d’ailleurs organisées dans le cadre du congrès.

Pour en savoir plus :

Site de la société des Amis des Études Emblémistes en France.

Programme complet du congrès : programme SES 2017.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque International – 11-12 décembre 2015

Fortification et artillerie en Europe autour de 1500. Le temps des ruptures.

12279135_10208479341689369_9140775186834515963_n

Programme des deux jours :

12239544_10208479355929725_4045320335147591185_n

Informations pratiques :
10-11 décembre
Entrée libre
Déjeuners du vendredi 11 et du samedi 12 sur réservation avant le 8 décembre.
Prix : 17 euros.
Possibilité d’hébergement.
Réservations, conditions déjeuner et hébergement : marie-odile.lambert@epinal.fr
Renseignements colloque : contact@vieux-chatel.fr

Programme EFA-EFR « Archéologie du culte » : colloque international, Rome 18-20 juin 2015

Image 3Après deux journées d’étude, une table ronde et deux séminaires de formation doctorale,  le programme mutualisé entre l’École française d’Athènes et l’École française de Rome « Des espaces et des rites : pour une archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen » accueille un colloque international autour de la naissance des dieux dans le monde antique. Organisé à Rome, dans les locaux de l’École française de Rome, le colloque est porté par les deux Écoles d’Athènes et de Rome avec la collaboration du LabEx Archimède « Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de l’Égypte anciennes ».

Les procédures juridiques, mal décrites par les textes avouons-le, ne suffisent pas à rendre compte de l’acte exceptionnel que constitue la fondation d’un sanctuaire. Les données archéologiques récentes montrent des processus variés qui touchent tout autant la religion que l’organisation humaine, la vie politique et économique des communautés ou la perception des territoires. La fondation d’un lieu de culte était d’abord un acte exceptionnel qui mettait en œuvre un écheveau complexe de motivations et d’agents divers tout autant que de relations choisies dans le paysage, avec les habitats et les territoires puisqu’il s’agissait au premier chef d’installer un dieu dans un lieu propice. Les communications s’orienteront autour des thèmes suivants : les motivations, les agents et les lieux.

Organisation :
Sandrine Agusta-Boularot (Université Paul Valéry Montpellier)
Sandrine Huber (Université de Lorraine)
William Van Andringa (Université de Lille)

Programme : Colloque EFA-EFR_Quand naissent les dieux

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Programme EFA-EFR « Archéologie du culte » : atelier doctoral à Pompéi

Image 4

Archéologie et Religion à Pompéi : définir les lieux de culte, restituer les pratiques religieuses d’une cité antique

Site archéologique de Pompéi, 6 – 11 juillet 2015

Intervenants : William Van Andringa (université de Lille 3), Maddalena Bassani (università degli Studi di Padova), Sylvia Estienne (École Normale Supérieure, Paris), Sandrine Huber (université de Lorraine), Carlo Rescigno (università di Napoli), Françoise Van Haeperen (université de Louvain), avec la collaboration de Massimo Osanna (Soprintendenza archeologica di Pompei, Ercolano e Stabia).

Programme

 L’ambition de cet atelier est de présenter à un public de doctorants et de post-doctorants les méthodes d’approches archéologiques des faits religieux antiques, en prenant appui sur les manifestations religieuses observables à Pompéi. La formation fera alterner les cours théoriques sur l’archéologie des religions antiques et des discussions sur le terrain, dans les temples, les maisons et les nécropoles de Pompéi. L’accent sera mis sur les méthodes et les questionnements adaptés aux recherches sur les lieux de culte et à la mise en évidence des pratiques religieuses et des gestes rituels (nécropoles et lieux de culte). Le statut des espaces religieux et les modalités de leur évolution seront analysés. La caractérisation des lieux de culte et des pratiques amènera à préciser le vocabulaire employé dans la description des monuments et des vestiges religieux. Il sera demandé aux étudiants une participation active, dans le cadre de la discussion des exposés et de la présentation de leurs sujets de recherches.

Le délai de dépôt des candidatures est fixé au 18 mai 2015

 Pour plus de renseignements, voir http://www.efrome.it/la-recherche/actualite-et-appels/evenement/archeologie-et-religion-a-pompei-definir-les-lieux-de-culte-restituer-les-pratiques-religieuse.html

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Appel à contribution – Colloque

« Pierre à pierre » – Économie de la pierre aux périodes historiques en Lorraine et régions limitrophes (Ier siècle av. J.-C. – XVIIe siècle)

affiche pierre_à_pierre

Les travaux de recherche du PCR sur « La pierre en Lorraine aux périodes antiques et médiévales : de l’extraction à la mise en œuvre » trouvera son aboutissement dans une publication, aux Presses Universitaires de Nancy, dont la sortie est prévue en 2015. Dans la continuité, les organisateurs souhaitent poursuivre et diversifier leurs questionnements, en élargissant le champ d’étude aux régions limitrophes (Alsace, Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat, Wallonie) et à des domaines non traités au sein de ce PCR. La diachronie est privilégiée du Ier av. J.-C. au XVIIe siècle.

Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Le traitement technique et technologique de la pierre se décline généralement en trois grandes étapes : l’extraction, la diffusion et la mise en œuvre.

Pour l’extraction, trois sujets encore peu abordés dans nos régions seront privilégiés. Nous ne bénéficions en effet pas encore, pour le nord-est de la France, de typologie – a fortiori de typochronologie – des carrières et lieux d’extraction de la pierre. Les spécificités liées aux sites souterrains ou à ciel ouvert méritent d’être approfondies, en faisant notamment le lien entre les propriétés mécaniques de la roche extraite et la logique d’exploitation constatée. La gestion des déchets est en ce sens un des éléments permettant de mieux cerner ces logiques d’exploitation.

La diffusion de la pierre pourra également être traitée, sous des aspects aussi divers que les aires de diffusion et leur fluctuation dans le temps, les rapports entre volumes extraits et volumes transportés, ou encore le lien entre les infrastructures (réseau routier, bassin hydrographique…) et les moyens de transports employés (charrettes, barques, radeaux…). Les apports méthodologiques sur le rapprochement entre site d’extraction et site de mise en œuvre seront également les bienvenus.

La mise en œuvre de la pierre pourra quant à elle être abordée sous de nombreux aspects, aussi bien techniques (organisation et propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, l’outillage…) que logistiques (le phénomène du remploi, la standardisation du chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, signes lapidaires…).

Les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur la pierre en tant que mobilier ou élément décoratif. En effet, elle se retrouve au cœur de la vie quotidienne domestique (mortier, meule, pierre ollaire, mesure de capacité…), mais elle permet également de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 mn et le poster. Les posters seront présentés à l’occasion de courtes interventions de 5 mn lors d’une session dédiée et seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.

  • Proposition de communication : avant 1er mai 2015
  • Envoi des résumés : avant 1er juillet 2015
  • Colloque : 5-6 novembre 2015
  • Retour des textes finaux : avant 1er mars 2016
  • Publication des Actes : fin 2016

Comité d’organisation

  • K. Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • C. Kraemer, Université de Lorraine, EA 1132
  • C. Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • V. Muller, Université de Lorraine, EA 1132
  • L. Voinson, Université de Lorraine, EA 1132

Comité scientifique

  • Jean-Claude Bessac, CNRS, UMR 5140
  • Karine Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • Ivan Ferraresso, INRAP GEN, associé EA 1132
  • Dominique Heckenbenner, Conservateur du patrimoine honoraire
  • Jean-Denis Laffite, INRAP GEN
  • Cédric Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • Vianney Muller, Université de Lorraine, EA 1132

Contact : lucie.voinson@univ-lorraine.fr

Télécharger la fiche de proposition : FICHE COLLOQUE PIERRE A PIERRE

Table ronde : « Constituer la tombe, honorer les défunts en Méditerranée hellénistique et romaine »

Alexandrie_Table ronde_Constituer la tombe_Affiche

Table ronde organisée par l’École française d’Athènes et le Centre d’études alexandrines, Alexandrie, du 30 octobre au 1er novembre 2014

Programme de la table ronde

Des travaux récents menés sur des ensembles funéraires antiques du bassin méditerranéen ont permis de développer des méthodes adaptées à la mise en évidence des pratiques et des rites funéraires. Il est ainsi désormais possible d’aborder, grâce à la documentation archéologique, les stratégies rituelles mises en oeuvre par les sociétés antiques pour honorer leurs morts. L’étude fine des structures (aires de crémation, tombe, fosse, table à offrandes, etc.), des contextes archéologiques (sols, dépôts, remblais, etc.) et des vestiges cérémoniels (céramique, os animaux, restes carpologiques, etc.) sans oublier les relations que l’on peut établir entre ces vestiges et le mort (d’où l’importance essentielle de l’analyse et des observations anthropologiques), permettent de restituer au tombeau sa fonction essentielle de lieu de culte funéraire.

La définition (juridique, religieuse, mémorielle) de la tombe, bref la constitution de la tombe, sera étudiée. Un volet de la réflexion concernera les méthodes déployées sur le terrain et dans le traitement des sources documentaires. Un autre définira la place du mort dans l’organisation des tombeaux (à Rome, ce sont les restes du défunt qui définissent la tombe comme un ‘lieu religieux’). Il sera également question des rituels funéraires célébrés lors de la mise au tombeau et de la visite faite aux défunts. Cette table ronde sera l’occasion de présenter les méthodes mises en oeuvre dans le cadre d’opérations récentes, en Égypte, au Proche-Orient, en Grèce, en Italie, dans le midi de la France, etc. Les limites de la documentation (et de la méthode) seront évaluées. Un inventaire des pratiques funéraires mises en évidence sera dressé qui permettra d’aborder de façon nouvelle la diversité, au gré des communautés, des stratégies funéraires qui encadraient la transformation du défunt et son installation dans l’altérité de la mort.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Colloque : Conflits et progrès scientifiques et techniques en Lorraine à travers les siècles 17-18 octobre 2014 – Metz

Affiche du colloque
Conflits et progrès scientifiques et techniques

A l’occasion de ce colloque organisé par le Comité d’Histoire Régional, quatre communications porteront plus particulièrement sur des aspects archéologiques, de la Protohistoire au XXe siècle, développés à partir d’exemples régionaux.

Ces communications se répartissent sur les deux journées de colloque :

Vendredi 17 octobre

Conférence d’ouverture :

9h15 : Guerre et progrès chez les gaulois : une relation ambiguë, par Gérard Bataille (Chargé des partenariats scientifiques, INRAP), Jenny Kaurin (post-doctorante, CNRS-Université de Bourgogne) et Stéphane Marion (ingénieur de recherche au S.R.A. de Lorraine)

Samedi 18 octobre

Session 3 : Armement et innovations technologiques

9h00 : La poudre noire : de l’engin pyrotechnique incendiaire au tir de mine, par Francis Pierre (chercheur associé au LAMOP | Société d’études et de sauvegarde des Anciennes Mines)

Session 4 : Fortifications

10h30 : La maçonnerie en épi : une techniques de construction spécifique aux ouvrages militaires des Xe-XIIe siècles ?, par Cédric Moulis (ingénieur d’études, Université de Lorraine)

11h30 : L’emploi du béton dans la Grande Guerre : regard archéologique sur des vestiges contemporains, par Stéphanie Jacquemot (ingénieur d’études, S.R.A. de Lorraine) et Denis Mellinger (Sculpteur et restaurateur du patrimoine)

 

_____________________________

Vendredi 17 et samedi 18 octobre – Institut Régional d’Administration, 15 avenue de Lyon à METZ

Entrée gratuite, inscriptions obligatoire.

Programme complet et inscription :
http://chr.lorraine.eu/informations/documents/63554.pdf

 

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website