Archives de catégorie : histoire de l’art

Conférence : La polychromie de l’Aurige de Delphes. Nouvelles données de l’étude en cours


Pour célébrer le retour des quelques moulages d’antiques rescapés du bombardement, le 31 octobre 1918, du musée archéologique de la Faculté des lettres de Nancy, il est vite apparu évident qu’il fallait allier l’histoire et l’actualité de la recherche autour du moulage d’une statue grecque emblématique : l’Aurige de Delphes, dont un moulage accueille désormais les visiteurs du musée archéologique de l’UL sur le campus Lettres et Sciences humaines .

La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours

par Sophie Descamps (musée du Louvre) et Benoît Mille (Centre de recherche et de restauration des Musées de France – C2RMF)

Résumé de la conférence

Les grands bronzes antiques sont rares, alors qu’ils se comptaient par milliers, et plus rares encore ceux qui, comme l’Aurige de Delphes, bénéficient d’une datation, d’une localisation et de l’identité d’un commanditaire. Une convention a été signée entre l’Éphorie des Antiquités de Phocide, l’École française d’Athènes et le musée du Louvre, afin de reprendre et de compléter l’étude de la statue et des fragments qui lui sont associés. Les premiers résultats, obtenus lors d’une mission préliminaire, sont très prometteurs. Ils permettent de poser les bases d’un nouveau projet de recherche, combinant des techniques avancées de contrôle non destructif et des analyses sur prélèvements. Ce projet a pour but de préciser les procédés de fabrication du groupe, de montrer que cet ex-voto a constitué un support privilégié pour de nombreuses innovations techniques, et d’appréhender la polychromie originelle de l’un des jalons majeurs de la sculpture grecque de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

100 ans après : retour des moulages d’antiques du musée archéologique de l’université de Lorraine

2018 correspond à la fois au centenaire de la destruction, lors du bombardement de Nancy le 31 octobre 1918, du musée originel dont le musée archéologique de l’université de Lorraine est le descendant et au retour des moulages d’antiques rescapés de cet événement.

Bref historique

Ces moulages qui avaient survécu au bombardement ont été hébergés, en 1920, sous forme de prêt sur inventaire de l’Université à la Ville de Nancy représentée par son École des Beaux-Arts, et sont ensuite tombés dans l’oubli. En 2017, des statues en plâtre ont été retrouvées dans les collections de moulages de l’École nationale supérieure d’art et de design (ENSAD) de Nancy (ex-École des Beaux-Arts). La comparaison des archives respectives de l’ENSAD et de l’UL a permis d’identifier vingt pièces qui appartiennent à l’UL. Ces moulages concernent des statues, la plupart fragmentaires, ainsi que des reliefs, dont la hauteur oscille entre 77 cm et 3,28 m. L’état fragmentaire correspond pour certaines œuvres à l’état de la statue originale au moment de sa découverte, pour d’autres œuvres aux aléas de leur histoire depuis le bombardement en 1918.

Restauration des moulages

Les vingt œuvres ont été restaurées sous la forme d’un atelier pédagogique de restauration à l’automne 2017, sous la direction de Florence Godinot, restauratrice de sculpture agréée des Monuments historiques ; cet atelier a permis à une dizaine d’étudiants en licence et master Histoire de l’art et Archéologie de s’initier à la restauration des objets en plâtre.

Exposition des moulages sur le CLSH

Les statues ont été installées en février 2018 sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy, en divers endroits, publics et protégés. Ainsi le musée archéologique sort désormais de ses murs à la rencontre de ses publics. Les usagers du CLSH et les visiteurs peuvent ainsi côtoyer par exemple, à la BU Lettres, la Vénus de Milo, une Cariatide de l’Érechteion sur l’Acropole d’Athènes, des statues de jeunes hommes et femmes, etc. Une statue colossale du dieu Apollon (haut. 3,28 m), dont l’original se dressait sur l’un des frontons du temple de Zeus à Olympie, sert de gardien au vaste hall du bâtiment J. Quant au dieu du vin Dionysos (l’original se trouve au British Museum à Londres), sa copie de plâtre accueille, allongée et appuyée sur un coude, les visiteurs au pied d’un escalier du bâtiment A (l’original, sur le fronton oriental du Parthénon au sommet de l’Acropole d’Athènes, surplombait le fidèle venu honorer Athéna à une hauteur de 15,50 m). Une déesse ailée (les ailes sont perdues) tient compagnie aux étudiants à la Maison des étudiants. Les lecteurs de la BUFR Histoire-Histoire de l’art-Archéologie-Géographie peuvent, quant à eux, admirer un relief représentant la naissance de Vénus. Enfin, une statue de la déesse Déméter accueille, à leur sortie de l’ascenseur au 3e étage du bâtiment au 91 avenue de la Libération, les visiteurs de la Maison des sciences de l’homme, de plusieurs laboratoires de recherche et des Écoles doctorales en Sciences humaines et sociales. Le musée archéologique n’est pas en reste, accueillant trois belles pièces, parmi lesquelles le célèbre Aurige de Delphes (statue d’un conducteur de char dont l’original, en bronze, faisait partie d’un groupe sculpté offert en ex-voto au dieu Apollon à l’issue d’une victoire à la course de quadriges), ainsi qu’une tête de cheval provenant du même fronton du Parthénon que le Dionysos cité plus haut.

Patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’UL

Exposer ces sculptures de plâtre en divers endroits du campus Lettres et Sciences humaines s’est imposé instantanément lors de leur redécouverte. Cela participe de la politique de réhabilitation du musée archéologique de l’Université de Lorraine qui se veut au cœur des formations développées sur ce campus, mais pas seulement. Le musée est conçu comme un outil pédagogique, scientifique et de promotion du CLSH et de l’université de Lorraine. Il s’agit d’une plateforme pédagogique transversale, qui permet d’associer l’enseignement des sciences humaines et sociales à celui des sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Nous voulons que les étudiants deviennent acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : la gestion muséale, la conservation préventive-restauration, la muséographie-scénographie, la médiation culturelle et les autres métiers du patrimoine en rapport avec les musées. Que la majorité des disciplines convoquées sur le campus (Histoire de l’art et Archéologie, Histoire, Géographie, Information-Communication, Sociologie, Sciences de l’éducation, Sciences du langage, Philosophie, Études culturelles, Langues, Culture et Tourisme, etc.) puissent exploiter cet échantillon patrimonial à deux niveaux : patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’Université de Lorraine, puisque ces moulages relèvent de l’histoire de la pédagogie dans notre université.

Pour en savoir plus sur les pérégrinations des moulages d’antiques de l’UL :  Samuel Provost, « L’Institut d’archéologie classique de la faculté des lettres de Nancy (1887-1945) », dans Daniela Gallo, Samuel Provost (dir.), Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie, Paris, Éditions des Cendres, 2018 (sous presse).

EnregistrerEnregistrer

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Exposition : « Le rôle de l’image dans l’enseignement d’histoire de l’art… » (Metz, BU Saulcy)

L’exposition sur les archives pédagogiques et iconographiques du département d’histoire de l’art et d’archéologie, créée l’an dernier dans le cadre d’une carte blanche accordée par l’INHA, est reprise jusqu’au 16 février par la Bibliothèque universitaire du campus du Saulcy, à Metz.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée d’étude : Apprentissage et création (Lille, 11 décembre 2017)

L’IRHIS (CNRS/Université de Lille) organise une série de journées d’études sur le thème « Apprentissage et création : lieux, communautés, réseaux, transmission familiale ». La première, consacrée aux « Lieux de transmission » aura lieu le 11 décembre.

Programme de la journée du 11 décembre 2017

Présentation du programme :

L’axe Arts et Mémoires d’Europe du laboratoire IRHiS, en collaboration avec le projet ANR/FNS GAWS (Garzoni : Apprenticeship, Work and Society in Early Modern Venice, XVI-XVIII centuries), organise deux journées d’études (11 décembre 2017 et 29 mai 2018) consacrées au thème de l’apprentissage artistique en Europe, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, pour explorer les notions de « lieu », « communauté », « réseau » et « transmission familiale ».

Des recherches récentes ont montré que l’apprentissage et « ses lieux » de formation, ayant subi des transformations considérables au fil des siècles, n’en demeurent pas moins un enjeu dans la compréhension de la dynamique de la transmission des savoirs. De plus, la diversité de ces lieux, à laquelle s’ajoute le caractère stratégique, souvent incertain, de la transmission et de la relation d’échange entre maître et apprenti sont des éléments importants pour comprendre comment les individus d’abord, et les communautés ensuite négocient, coopèrent, échangent, s’imitent, se concurrencent. De l’intimité des ateliers, à l’univers complexe des chantiers ou des corporations, de l’analyse commerciale et lucrative à l’étude de l’intégration de l’artiste/ artisan dans le corps social, l’apprentissage et plus largement la transmission des savoir-faire artistiques devraient être ouverts à des analyses plurielles (historique, sociologique, économique, philosophique, anthropologique…), afinn de cerner les étapes des processus de création, les voies de la transmission ainsi que la circulation des savoirs, des modèles et des idées. Dans ce processus, un rôle clé est joué également par la famille et plus généralement les réseaux, qui protègent, alimentent, garantissent (parfois limitent ?) cette transmission et influencent profondément son modus operandi, et également le fonctionnement de ses « lieux » et l’appartenance à une communauté plus large.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Apprentissage et création (Lille, 11 décembre 2017)

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : « Les Établissements Gallé de 1914 à 1919 » (Hôtel départemental, 5 octobre)

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale en Meurthe-et-Moselle, Samuel Provost présentera, le 5 octobre 2017, à 18h00, une conférence à l’hôtel départemental de Meurthe-et-Moselle, avec pour titre :

« Les défis d’une entreprise d’art en temps de guerre : les Établissements Gallé de 1914 à 1919 »

Conseil départemental, 48, esplanade Jacques Baudot, Nancy

Entrée libre

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : D’Attel de Luttange, ce célèbre inconnu (Verdun, 8 septembre)

Le Musée de la Princerie, à Verdun, accueille du 8 septembre au 30 octobre 2017 une exposition intitulée, « D’Attel de Luttange, ce célèbre inconnu »,

L’inauguration de l’exposition, le vendredi 8 septembre, est précédée d’une journée d’études sur le thème : « Jean-François Didier d’Attel de Luttange (1787-1858) savant ou fou littéraire ? », au Centre mondial de la paix de Verdun (entrée libre), dans le cadre du programme de recherche dirigé par Jean-Christophe Blanchard et soutenu par la MSH Lorraine.

Invitation à l’exposition et renseignements :

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

11e Congrès international de la Society for Emblem Studies (3-7 juillet)

Nancy et l’Université de Lorraine accueillent du 3 au 7 juillet 2017 le 11e Congrès international de la Society for Emblem Studies qui intéresse directement l’histoire de l’art. Plusieurs communications concernent la Lorraine, en relation par exemple avec l’exposition du musée de l’École de Nancy, Verreries parlantes d’Émile Gallé. Matière à poésie. Des visites de l’exposition sont d’ailleurs organisées dans le cadre du congrès.

Pour en savoir plus :

Site de la société des Amis des Études Emblémistes en France.

Programme complet du congrès : programme SES 2017.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque : le XIXe siècle en lumière (Rennes, 18-19 mai)


L’université de Rennes 2 organise les 18 et 19 mai prochains un colloque intitulé

« le XIXe siècle en lumière : redécouverte et revalorisation de l’enluminure médiévale en France au temps du livre industriel. »

Jeudi 18 mai

Les précurseurs (modérateur : Marie Jacob)
10h20 : Anne Ritz-Guilbert (École du Louvre) : François-Roger de Gaignières et l’Armoirial du dénombrement de la Comté de Clermont-en-Beauvaisis

10h40 : Francesca Manzari (Université de Roma – La Sapienza) : L’Essai sur l’art de vérifier l’âge des miniatures des manuscrits de l’abbé Rive : sources d’inspiration et éléments d’innovation.
11h00 : Simona Moretti (Université de Milan) : « Art ingénieux qui donne de la couleur et du corps aux pensées » : Jean-Baptiste Seroux d’Agincourt et l’enluminure médiévale

11h20 : Gennaro Toscano (Bibliothèque nationale de France) : « Ces peintures sont pour les manuscrits un des principaux objets du luxe bibliographique » : Aubin-Louis Millin et l’art de l’enluminure

Le regard des érudits (modérateur : Chrystèle Blondeau)
14h00 : Charlotte Denoël (Bibliothèque nationale de France) : Perspectives historiographiques sur l’enluminure du premier Moyen Âge
14h20: Fabienne Henryot (Bibliothèque universitaire de Lausanne – ENSSIB) : L’expertise du livre d’heures au XIXe siècle : étude bibliométrique
14h40 : Nathalie Roman (Universités de Lausanne et de Neufchâtel) : L’œil de Paul Durrieu
15h00 : Samuel Provost (Université de Lorraine, Nancy) : L’enluminure dans l’œuvre de Paul Perdrizet : autour du Speculum Humanae Salvationis et des recherches sur la Vierge de Miséricorde

Fac-similés et copies (modérateur : Patricia Plaud-Dilhuit)
16h10 : Jocelyn Bouquillard (Bibliothèque Sainte-Geneviève) : Les fac-similés lithographiés d’enluminures publiés sous la Monarchie de Juillet par le comte Auguste de Bastard.
16h30 : Nathalie Pineau-Farge (Institut Catholique de Paris) : Les illustrations des éditions de chroniques médiévales supervisées par Henriette de Witt à la fin du XIXe siècle

Vendredi 19 mai

Collections et marché de l’art (modérateur : Elisabeth Antoine-König)

9h30 : Claire De Lalande (Musée Dobrée, Nantes) : Thomas Dobrée ou l’exigence d’un collectionneur.
9h50 : Hélène Jacquemard (Musée Condé, Chantilly) : Les manuscrits enluminés de la collection du duc d’Aumale : l’héritage et le goût.
11h00 : Geneviève Mariéthoz (Université de Genève) : L’histoire mouvementée de la Bible de Pierre de Pampelune.
11h20 : Pierre-Gilles Girault (Monastère royal de Brou) : Faux et faussaires, autour du Spanish Forger
11h40 : Frédéric Tixier (Université de Lorraine, Nancy) : Un fou de lettres ? Les abécédaires de Jules Maciet au musée des Arts décoratifs de Paris : découpages et (re)créations d’enluminures médiévales au XIXe siècle

Les artistes et l’enluminure médiévale (modérateur : Isabelle Saint-Martin)
14h30 : Claudia Rabel (Institut de Recherches et d’Histoire des Textes, CNRS) : Le livre dans le tableau : les peintres romantiques et le manuscrit enluminé.
14h50 : François-René Martin (École nationale supérieure des Beaux-Arts) : Révoil et le Maître du Coeur d’Amour épris.
15h10 : Lilie Fauriac (Université Paris I – Sorbonne) : Le monde enluminé de Gustave Moreau (1826-1898).
16h20 : Catherine Yvard (Victoria and Albert Museum, Londres) : Le Manuscrit Steger ou l’enluminure maison en France à la fin du XIXe siècle.
16h40 : Nicolas Trotin (École Pratique des Hautes Études, Paris) : Quand les dominicaines de la Congrégation de Sainte Catherine de Sienne enluminaient des manuscrits.

Affiche-Programme du colloque.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Séminaire « Apprentissage, travail et création » à Lille 3 (23 janvier)

 

Le séminaire « Apprentissage, travail et création » organisé par l’UMR 8529 IRHIS accueille le lundi 23 janvier 2017 une séance consacrée à Nancy avec deux communications autour de Paul Perdrizet, touchant son enseignement d’une part, et les Établissements Gallé à l’époque où il en exerce la direction, d’autre part.

__________________

Enseigner l’histoire de l’art médiéval à Nancy au début du XXe siècle : Paul Perdrizet et l’héritage d’Émile Mâle

Frédéric Tixier (EA 3945 CRULH, Université de Lorraine)

Au début du XXe siècle, l’histoire de l’art en tant que discipline scientique à part entière s’institu onnalise. Différentes chaires professorales sont alors créées dans les universités ou les grandes écoles et des réflexions sont menées sur des aspects d’ordre méthodologique. À Nancy, Paul Perdrizet marque de son empreinte l’enseignement de l’histoire de l’art et de l’archéologie. Ce grand spécialiste de l’art antique a cependant un second centre d’intérêt puisqu’il soutient en 1908, sous la direction d’Émile Mâle, deux thèses d’État consacrées à des questions d’iconographie médiévale. En parallèle, il dispense plusieurs cours d’histoire de l’art du Moyen Âge (sur les primitifs italiens ou l’art symbolique par exemple) selon une approche très influencée par les écrits d’Émile Mâle, en particulier son ouvrage fondamental sur L’art religieux du XIIIe siècle en France. Étude sur l’iconographie du Moyen Âge et ses sources d’inspiration de 1898. Cette intervention souhaite donc questionner la vision de Paul Perdrizet de l’art médiéval, son apprentissage de la discipline en partie autodidacte et sa manière de transmettre son savoir auprès de ses étudiants et à l’Université populaire de Nancy.

___________________

De La formation à la tentation de l’émancipation
des ouvriers d’art et dessinateurs des Établissements Gallé à Nancy

Samuel Provost (UMR 7117 LHSP-AHP, Université de Lorraine)

La manufacture d’art Émile Gallé à Nancy combine, dans l’ordre de leur création, dans le dernier quart du XXe s., une faïencerie, une ébénisterie et une cristallerie. Elle doit à la renommée artistique de son créateur la nécessité de se doter d’un appareil industriel pour répondre à la demande croissante en meubles et cristaux d’art du style Art nouveau qu’il a contribué à théoriser aussi bien qu’à populariser dans les années 1880-1890. Le recrutement et la formation de la main-d’œuvre sont dès lors des questions cruciales, dans une région où la densité d’implantation des industries verrières entraîne à la fois des opportunités et une concurrence marquée. Bien que les archives de la fabrique soient largement perdues ou détruites, d’autres sources, telles que des témoignages personnels et des correspondances privées, de la direction comme des ouvriers, permettent d’examiner comment Émile Gallé et ses successeurs ont répondu aux besoins croissants de main-d’œuvre qualifiée, notamment pour les ateliers de décor sur verre.

On étudiera ainsi d’abord les modalités de la formation des différents corps de métier concernés et le souci d’Émile Gallé de la développer à l’extérieur de la fabrique, ce qu’il manifeste dans les projets de l’association de l’École de Nancy comme dans son soutien aux réformes de l’enseignement des arts appliqués réclamées par un Victor Prouvé, par exemple. Dans un second temps, on verra comment le développement de cette main-d’œuvre qualifée, dans un contexte de forte croissance de la demande pour les verreries décoratives produites en série, a pu entraîner des tentatives d’essaimage de la part d’ouvriers frustrés de ne pouvoir exprimer leurs talents de créateurs dans le cadre de la fabrique Gallé.

(intervention lue par Frédéric Tixier)

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journées d’études : Liturgie et Architecture (24-25 novembre)

colloque_architecture_2016

La liturgie et l’architecture paraissent entretenir un lien évident, qui peut s’expliciter de la façon suivante : « Dans ce domaine, la principale interrogation demeure celle de la création des formes architecturales déterminées par les pratiques liturgiques ou bien, à l’inverse, celle de l’influence du cadre architectural sur le déroulement de la liturgie». (Eric Palazzo,  Liturgie et société au Moyen Âge, Paris, 2000). En termes plus récents, cette interrogation apparaît comme une variante du vaste débat entre «forme et fonction» qui irrigue encore de nos jours les milieux de l’architecture : à quelle donnée reviendrait la primauté ?

Mais en l’occurrence, la question pourrait paraître se limiter au seul moment du  chantier, de la construction à neuf. Or l’un des deux paramètres de la problématique a pu connaître des évolutions spécifiques ou des nouveautés indépendantes de l’influence de l’autre. Ainsi, au temps de la Renaissance, le vocabulaire et les références de l’architecture religieuse ont changé avant que ne soit entreprise la réforme liturgique du Concile de Trente. De même, l’application de cette dernière s’est souvent faite dans des églises construites au Moyen Âge, auxquelles il a bien fallu s’adapter et qu’aussi on a adaptées. On étudiera donc les différents aménagements et réaménagements intérieurs d’édifices religieux ou encore l’émergence des pratiques liturgiques (par exemple les processions) et leurs implications sur les bâtiments. En fait les interrogations, quand on les veut plus précises, sont multiples. Par exemple, comment s’est faite l’explosion du nombre des autels et des fondations à partir du XVe siècle? Inversement comment en a-t-on réduit le nombre au XVIIIe siècle ? Autre exemple, comment les fidèles ont-ils été cantonnés dans leurs bancs à partir du milieu du XVIIe siècle ? Et du coup, quelle position et quelle attitude adoptaient-ils dans les églises antérieurement ? Sans oublier l’analyse de l’évolution du mobilier liturgique ou sacramentel (confessionnaux, chaires à prêcher…) dont on dit souvent qu’il se transforme et se généralise avec l’esprit tridentin. Surtout il serait vraiment souhaitable de dépasser les généralités déjà connues pour en voir et étudier des applications concrètes ou des exemples particuliers.

Chevauchant les grandes ères imposées par les découpages académiques, une notion semble avoir traversé les siècles : celle du «voir» et du «faire –voir » que Roland  Recht a illustrée pour la seconde partie du Moyen Âge (Le croire et le voir. L’art des cathédrales (XIIe-XVe siècles, 1999) mais qui semble une constante encore valable pour les Temps modernes et la réforme tridentine. La problématique ne pourrait-elle pas alors se concentrer autour des enjeux du «voir» dans les églises, ses exigences, ses conditions et ses contraintes ?

En tout cas, c’est certainement une raison suffisante pour adopter une ampleur chronologique inhabituelle qui conduira les réflexions du XIIIe au XVIIIe siècle et permettra le dialogue de chercheurs trop souvent cantonnés dans leur période.

Géographiquement la «dorsale catholique» ou l’axe lotharingien, de la Belgique à l’Italie, semble un lieu privilégié d’observation de ces changements liturgiques et architecturaux à travers les siècles. On rappellera que c’est à Liège en 1264 que l’évêque Robert de Thourotte instaura la fête du Saint-Sacrement, fête qui fut instituée pour l’Église universelle par le pape Urbain IV, le champenois Jacques Pantaléon qui fut un temps évêque de Verdun. Sur l’autre versant temporel, saint Charles Borromée, saint François de Sales et saint Pierre Fourrier montrèrent tous les trois – avec bien d’autres – le souci de la diffusion de la vie spirituelle chez les fidèles dans le cadre concret de leurs communautés et de leurs églises. C’est avec ces questions et ces intentions en tête que l’ANR LODOCAT–Chrétientés en Lotharingie et Dorsale Catholique (IXe-XVIIIe s.) organisée des journées d’étude le jeudi 24 et le vendredi 25 novembre 2016, à l’université de Lorraine, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy, 23, boulevard Albert 1er (10 mn à pied de la gare SNCF).

Programme des journées d’étude

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Ouverture d’ARULA à l’histoire de l’art à l’Université de Lorraine

Après quatre ans d’existence, l’équipe de rédaction du carnet de recherche ARULA, constituée par les enseignants-chercheurs du département d’histoire de l’art et d’archéologie et les personnels de recherche en archéologie des laboratoires correspondants à l’université de Lorraine, a décidé d’élargir à l’histoire de l’art son domaine éditorial.

Cette évolution doit permettre de mieux rendre compte des activités de recherche des enseignants-chercheurs du département d’histoire de l’art et d’archéologie. Elle reflète également l’importance nouvelle prise par des projets développés autour du patrimoine lorrain (dont celui de la faculté des lettres de Nancy), dont les thématiques ressortent davantage de l’histoire de l’art et de l’historiographie de l’archéologie que de la seule archéologie.

L’objectif de cet élargissement thématique est donc d’augmenter la visibilité des activités de recherche en histoire de l’art et en archéologie à l’Université de Lorraine, dans une période de développement grâce à des partenariats internes (MusArkéo pour la muséographie en lien avec le musée archéologique universitaire) ou externes (le programme autour de Frank Lloyd Wright avec le musée d’Orsay).

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus