Archives de catégorie : Musée archéologique de l’université de Lorraine

Exposition : Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques

L’université de Lorraine propose à ses étudiants de master en Archéologie une manifestation en trois volets : journée d’étude, exposition et publication, qui leur permet d’appréhender de manière originale le monde de la recherche et de la gestion muséale en participant à la mise en œuvre des trois étapes.

Pour la présentation du projet et du premier volet (journée d’étude), voir : https://arula.hypotheses.org/1753

Le musée archéologique de l’UL (MAUL) accueille pour une durée d’un an, du 17 février 2018 au 15 janvier 2019, l’exposition qui constitue le deuxième volet du projet.  Le prêt de trois autels romains au MAUL par le Musée Lorrain a été l’occasion de  s’interroger sur la façon dont ces objets, instruments fondamentaux de la communication entre les hommes et les dieux, fonctionnaient concrètement lors des sacrifices. Cette exposition a été préparée par les étudiants sous la conduite de Sandrine Huber et Pascal Vipard, en collaboration avec le Palais des ducs de Lorraine – Musée Lorrain.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Conférence : La polychromie de l’Aurige de Delphes. Nouvelles données de l’étude en cours


Pour célébrer le retour des quelques moulages d’antiques rescapés du bombardement, le 31 octobre 1918, du musée archéologique de la Faculté des lettres de Nancy, il est vite apparu évident qu’il fallait allier l’histoire et l’actualité de la recherche autour du moulage d’une statue grecque emblématique : l’Aurige de Delphes, dont un moulage accueille désormais les visiteurs du musée archéologique de l’UL sur le campus Lettres et Sciences humaines .

La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours

par Sophie Descamps (musée du Louvre) et Benoît Mille (Centre de recherche et de restauration des Musées de France – C2RMF)

Résumé de la conférence

Les grands bronzes antiques sont rares, alors qu’ils se comptaient par milliers, et plus rares encore ceux qui, comme l’Aurige de Delphes, bénéficient d’une datation, d’une localisation et de l’identité d’un commanditaire. Une convention a été signée entre l’Éphorie des Antiquités de Phocide, l’École française d’Athènes et le musée du Louvre, afin de reprendre et de compléter l’étude de la statue et des fragments qui lui sont associés. Les premiers résultats, obtenus lors d’une mission préliminaire, sont très prometteurs. Ils permettent de poser les bases d’un nouveau projet de recherche, combinant des techniques avancées de contrôle non destructif et des analyses sur prélèvements. Ce projet a pour but de préciser les procédés de fabrication du groupe, de montrer que cet ex-voto a constitué un support privilégié pour de nombreuses innovations techniques, et d’appréhender la polychromie originelle de l’un des jalons majeurs de la sculpture grecque de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

100 ans après : retour des moulages d’antiques du musée archéologique de l’université de Lorraine

2018 correspond à la fois au centenaire de la destruction, lors du bombardement de Nancy le 31 octobre 1918, du musée originel dont le musée archéologique de l’université de Lorraine est le descendant et au retour des moulages d’antiques rescapés de cet événement.

Bref historique

Ces moulages qui avaient survécu au bombardement ont été hébergés, en 1920, sous forme de prêt sur inventaire de l’Université à la Ville de Nancy représentée par son École des Beaux-Arts, et sont ensuite tombés dans l’oubli. En 2017, des statues en plâtre ont été retrouvées dans les collections de moulages de l’École nationale supérieure d’art et de design (ENSAD) de Nancy (ex-École des Beaux-Arts). La comparaison des archives respectives de l’ENSAD et de l’UL a permis d’identifier vingt pièces qui appartiennent à l’UL. Ces moulages concernent des statues, la plupart fragmentaires, ainsi que des reliefs, dont la hauteur oscille entre 77 cm et 3,28 m. L’état fragmentaire correspond pour certaines œuvres à l’état de la statue originale au moment de sa découverte, pour d’autres œuvres aux aléas de leur histoire depuis le bombardement en 1918.

Restauration des moulages

Les vingt œuvres ont été restaurées sous la forme d’un atelier pédagogique de restauration à l’automne 2017, sous la direction de Florence Godinot, restauratrice de sculpture agréée des Monuments historiques ; cet atelier a permis à une dizaine d’étudiants en licence et master Histoire de l’art et Archéologie de s’initier à la restauration des objets en plâtre.

Exposition des moulages sur le CLSH

Les statues ont été installées en février 2018 sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy, en divers endroits, publics et protégés. Ainsi le musée archéologique sort désormais de ses murs à la rencontre de ses publics. Les usagers du CLSH et les visiteurs peuvent ainsi côtoyer par exemple, à la BU Lettres, la Vénus de Milo, une Cariatide de l’Érechteion sur l’Acropole d’Athènes, des statues de jeunes hommes et femmes, etc. Une statue colossale du dieu Apollon (haut. 3,28 m), dont l’original se dressait sur l’un des frontons du temple de Zeus à Olympie, sert de gardien au vaste hall du bâtiment J. Quant au dieu du vin Dionysos (l’original se trouve au British Museum à Londres), sa copie de plâtre accueille, allongée et appuyée sur un coude, les visiteurs au pied d’un escalier du bâtiment A (l’original, sur le fronton oriental du Parthénon au sommet de l’Acropole d’Athènes, surplombait le fidèle venu honorer Athéna à une hauteur de 15,50 m). Une déesse ailée (les ailes sont perdues) tient compagnie aux étudiants à la Maison des étudiants. Les lecteurs de la BUFR Histoire-Histoire de l’art-Archéologie-Géographie peuvent, quant à eux, admirer un relief représentant la naissance de Vénus. Enfin, une statue de la déesse Déméter accueille, à leur sortie de l’ascenseur au 3e étage du bâtiment au 91 avenue de la Libération, les visiteurs de la Maison des sciences de l’homme, de plusieurs laboratoires de recherche et des Écoles doctorales en Sciences humaines et sociales. Le musée archéologique n’est pas en reste, accueillant trois belles pièces, parmi lesquelles le célèbre Aurige de Delphes (statue d’un conducteur de char dont l’original, en bronze, faisait partie d’un groupe sculpté offert en ex-voto au dieu Apollon à l’issue d’une victoire à la course de quadriges), ainsi qu’une tête de cheval provenant du même fronton du Parthénon que le Dionysos cité plus haut.

Patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’UL

Exposer ces sculptures de plâtre en divers endroits du campus Lettres et Sciences humaines s’est imposé instantanément lors de leur redécouverte. Cela participe de la politique de réhabilitation du musée archéologique de l’Université de Lorraine qui se veut au cœur des formations développées sur ce campus, mais pas seulement. Le musée est conçu comme un outil pédagogique, scientifique et de promotion du CLSH et de l’université de Lorraine. Il s’agit d’une plateforme pédagogique transversale, qui permet d’associer l’enseignement des sciences humaines et sociales à celui des sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Nous voulons que les étudiants deviennent acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : la gestion muséale, la conservation préventive-restauration, la muséographie-scénographie, la médiation culturelle et les autres métiers du patrimoine en rapport avec les musées. Que la majorité des disciplines convoquées sur le campus (Histoire de l’art et Archéologie, Histoire, Géographie, Information-Communication, Sociologie, Sciences de l’éducation, Sciences du langage, Philosophie, Études culturelles, Langues, Culture et Tourisme, etc.) puissent exploiter cet échantillon patrimonial à deux niveaux : patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’Université de Lorraine, puisque ces moulages relèvent de l’histoire de la pédagogie dans notre université.

Pour en savoir plus sur les pérégrinations des moulages d’antiques de l’UL :  Samuel Provost, « L’Institut d’archéologie classique de la faculté des lettres de Nancy (1887-1945) », dans Daniela Gallo, Samuel Provost (dir.), Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie, Paris, Éditions des Cendres, 2018 (sous presse).

EnregistrerEnregistrer

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Journée d’étude : « Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques »


L’université de Lorraine propose à ses étudiants de master en Archéologie une manifestation en trois volets : journée d’étude, exposition et publication, qui leur permettra d’appréhender de manière originale le monde de la recherche et de la gestion muséale en participant à la mise en œuvre des trois étapes. Le projet, mis en œuvre par Sandrine Huber et Pascal Vipard, tourne autour d’une exposition temporaire qui sera inaugurée au musée archéologique de l’université de Lorraine en janvier 2018 et qui déclinera les modalités de fonctionnement pratique d’un autel au cœur d’un lieu de culte dans le monde gréco-romain.

Malgré une très riche bibliographie relative aux sacrifices et autres activités autour de l’autel dans les sociétés gréco-romaines, que peut-on dire sur les aspects pratiques du bûcher qui brûlait sur la table d’autel ? Quel était l’impact du feu sur la structure en tant que telle, selon son matériau, terre ou pierre ? Que brûlait-on réellement sur l’autel ? Quelles températures étaient atteintes ? Toutes les sources documentaires sont convoquées, parmi lesquelles la littérature antique, l’épigraphie, l’archéologie, l’archéozoologie, la paléobotanique, l’anthracologie, la pétrographie, la minéralogie, etc.

Première étape, une journée d’étude rassemblera plusieurs chercheurs spécialistes de la question, venant d’horizons disciplinaires variés et permettra aux étudiants de master de compléter leurs connaissances sur le thème d’étude, afin de préparer les visuels de l’exposition ; étudiants de master et doctorants animeront les débats autour des différents exposés (voir le programme ci-joint). La journée d’étude est ouverte au public intéressé : étudiants, chercheurs, spécialistes.

Deuxième étape, une exposition se déploiera autour de deux objets archéologiques originaux prêtés par le musée Lorrain : deux autels en pierre de grandes dimensions, qui seront assortis d’une borne multimédia, destinée à long terme au public du nouveau musée Lorrain (ouverture en 2023). La borne assurera la présentation interactive d’une base de statue et d’un autel réalisés par des soldats d’une légion romaine (la XIVe Gemina, basée à Mayence), qui ont été découverts dans la carrière romaine de Norroy-lès-Pont-à-Mousson ; la borne permettra de prendre connaissance du travail d’extraction de la roche par des soldats spécialisés pour fabriquer la base de statue et l’autel, de l’inscription latine qui ornait la base de statue et du culte particulier rendu par les carriers – ceux-là même qui ont fabriqué les deux objets – à Hercule Saxsetanus, leur patron. La diffusion, bien connue depuis peu, du calcaire de Norroy (bassins mosellan et rhénan, également outre-Manche) est également présentée.

Enfin, lors d’une troisième étape, étudiants de master et doctorants en Archéologie travailleront, au premier semestre 2018, à l’élaboration de la publication d’un ouvrage consacré à la thématique, ce qui leur permettra de participer, aux côtés des deux porteurs du projet, à toute la chaîne éditoriale d’une publication scientifique.

Le projet est porté par l’UFR SHS-Nancy, en collaboration avec le laboratoire EA 1132 – Hiscant-MA, le musée Lorrain et l’ADRAL (Association pour le Développement de l’Archéologie en Lorraine).

Programme de la journée d’étude : Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques_6_10_2017_UL_Nancy_HD

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Les collections scientifiques universitaires (Les Rendez-vous de Science & You, 30 juin)

Les collections scientifiques universitaires réunissent quantité d’objets témoignant des activités de recherche et d’enseignement des siècles passés. Spécimens, échantillons, modèles, cartes, photographies, instruments, livres rares… tous ont servi la construction des savoirs et savoir-faire en sciences exactes, humaines et sociales.

Si un grand intérêt est porté à certaines collections et objets particuliers, notamment par les travaux des musées scientifiques de la métropole du Grand Nancy et de l’Université de Lorraine, de la direction de la documentation et de l’édition, ou l’implication de chercheurs passionnés, il n’y a, à l’heure actuelle, aucune démarche globale de sauvegarde du patrimoine scientifique universitaire lorrain. De nombreux objets restent dans l’indifférence la plus totale.

Le Rendez-vous Science & You #5 a pour objectif d’informer, de sensibiliser et de faire discuter chercheurs, communicants, personnels et professionnels du patrimoine autour de la question de la sauvegarde des collections et objets scientifiques.

PROGRAMME

9h-9h20 : Accueil café (Salle A015)

9h20-9h30 : Mot d’accueil, Alain Guyot, chargé de mission Cultures, Université de Lorraine (Salle A104)

9h30-10h20 : Table ronde « Le patrimoine scientifique universitaire : définition et spécificités »

  • Marie-Laure Baudement-Sirugue, conservateur en chef du patrimoine, Université de Bourgogne,
    Marie Gloc, conservateur des monuments historiques, DRAC Grand Est,
    Mireille-Bénédicte Bouvet, conservateur régional de l’Inventaire de Lorraine

10h20-12h30 : Partages d’expériences (15 min de présentation + 5 min de questions)

  • 10h20 : L’inventaire du patrimoine de l’Université de Strasbourg : retour sur 13 ans d’enquête, Delphine Issenmann, chargée de l’inventaire et des collections au Jardin des sciences, Université de Strasbourg
  • 10h40 : La conservation du patrimoine scientifique, exemples du Muséum-Aquarium de Nancy, Sandra Delaunay, responsable du département des collections, Muséum-Aquarium de Nancy
  • 11h : Le patrimoine scientifique comme support d’enseignement en géologie, Bernard Lathuilière, professeur en paléontologie, UMR Georessources

Pause (10min)

•  11h30 : La valorisation du patrimoine scientifique à l’Université de Bourgogne, Jo-Ann Campion, chargée des collections, Université de Bourgogne
•   11h50 : L’apport du patrimoine scientifique à la recherche contemporaine : l’exemple du fonds Perdrizet pour l’archéologie et l’histoire de l’art, Samuel Provost, maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

12h45-13h45 : Repas (Buffet en salle A033)

14h-16h : Discussions thématiques. Les questions et réponses viennent de la salle autour de sujets pratiques.

14h00 : Le choix de ce que l’on garde
14h20 : L’urgence logistique
14h40 : Faire un musée, la bonne idée ?
15h00 : Entre Musée et Université, qui fait quoi ?
15h20 : La sauvegarde du patrimoine, la restauration, combien ça coûte ?
15h40 : Les bases de données, quels outils pour l’inventaire ?

POUR PARTICIPER

Rendez-vous de Science&You #5 : les collections et objets scientifiques
Vendredi 30 juin 2017 de 9h à 17h
Salle A104 – accueil en salle A015
Campus Lettres et Sciences Humaines
34 boulevard Albert 1er à Nancy

Plan du campus et accès

Inscription gratuite mais obligatoire : https://goo.gl/forms/XYh7DQqmTAAlpehD2

Source : Factuel

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Le Savoir en Objets (28 mars, CLSH)

À l’occasion des Journées Art et Culture dans l’Enseignement Supérieur (JACES), les collections scientifiques de l’Université de Lorraine sont l’objet d’une rencontre de présentation autour de vingt-cinq objets emblématiques de ce patrimoine, le mardi 28 mars 2017, de 16h à 20h, sur le Campus LSHS de Nancy.

Un opuscule de 52 pages réunit par ailleurs ces présentations sous forme de photographies commentées et sera distribué aux premiers visiteurs. [Màj du 30/03/17 : il peut être téléchargé au format pdf ici]

Les collections du département d’histoire de l’art et d’archéologie (UFR SHS-Nancy) y sont tout particulièrement représentées, à travers les collections du musée archéologique, la collection de plaques photographiques pédagogiques anciennes et les archives scientifiques de Paul Perdrizet (photographie ci-dessus).

Programme complet à télécharger.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : les moulages d’antiques de l’Université de Lorraine (février-septembre 2016)

Exposition : Les moulages d’antiques de l’Université de Lorraine : vestiges d’un musée imaginaire à Nancy au début du XXe siècle.

Musée archéologique de l’Université de Lorraine, CLSH (Nancy), de février à septembre 2016.

par Chloé Héninger

Affiche exposition moulages

L’actuel musée archéologique de l’Université de Lorraine rassemble des collections héritées d’un premier musée, situé auparavant dans les locaux de la Faculté des Lettres lorsqu’elle était installée à l’angle de la Place Carnot et de la rue de Serre. Ce musée archéologique originel, créé par le professeur Paul Perdrizet au début des années 1900, disposait d’une collection de moulages comprenant les copies en plâtre de plus de 450 œuvres antiques.

Le musée archéologique propose, entre février et septembre 2016, une exposition temporaire retraçant l’historique de cette collection de moulages, ainsi que son usage pédagogique au sein de l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art.

À partir des années 1880, la plupart des grandes universités françaises se dotent d’un musée de moulages pour accompagner l’enseignement de l’archéologie, une discipline en plein essor qui développe ses propres méthodes de recherche. Ces gypsothèques ne sont alors pas conçues comme de simples espaces d’exposition, où l’on admirerait les chefs-d’œuvre de l’art hellénique, mais bien comme de véritables outils pédagogiques, avec une présentation méthodique des moulages facilitant l’étude et les comparaisons. L’objectif est d’offrir aux yeux du visiteur, et surtout de l’étudiant, le panorama le plus complet possible de la sculpture grecque.

Au début du XXe siècle, le musée archéologique de la Faculté des Lettres était fortement ancré dans le milieu culturel et artistique nancéien ; il ouvrait notamment ses portes aux étudiants de l’École des Beaux-arts – qui venaient s’initier au dessin d’après l’antique, étape indispensable de leur formation artistique – et était visité par les artistes de l’École de Nancy, dont le chef de file Émile Gallé avait réalisé certaines des vitrines qui abritaient les collections.

PHOTO 7

Suite au bombardement allemand de la ville de Nancy, le 31 octobre 1918, la collection de moulages a été en grande partie détruite. Les plâtres, trop imposants et dont le déplacement aurait été trop coûteux, n’avaient pu être mis en caisses et déménagés comme les objets archéologiques. Les quelques moulages de grande taille restés intacts ont alors été déposés à l’École des Beaux-arts et la Faculté a conservé une soixantaine de petites plâtres (statuettes, inscriptions, fragments de céramique, objets divers) ainsi que des copies en galvanoplastie, faisant l’objet de l’exposition actuelle. Les archives relatives à la constitution du musée, reléguées dans un local désaffecté du campus, n’ont été redécouvertes qu’au début des années 2010 et leur étude a permis d’établir un catalogue rétrospectif de la gypsothèque.

Cette exposition temporaire propose donc une première redécouverte de ce patrimoine universitaire oublié, témoin de l’engouement d’une époque pour l’art grec et jalon essentiel de l’histoire de l’enseignement de l’archéologie an tournant du siècle dernier.

Image 37

Commissaire de l’exposition : Chloé Héninger

Responsabilité scientifique : Sandrine Huber, Samuel Provost 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

La main du peintre. Peindre et dorer les figurines en terre cuite à l’époque hellénistique

Image 37

Deuxième conférence                                                                                                  autour du musée archéologique de l’université de Lorraine

La main du peintre. Peindre et dorer les figurines en terre cuite à l’époque hellénistique

Image 32

par Brigitte Bourgois, conservatrice en chef du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF) et Violaine Jeammet, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre

mercredi 2 décembre 2016      18 heures

Campus Lettres et Sciences humaines, 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY

salle A104

 

Image 31La polychromie sur les figurines en terre cuite de la Grèce antique est attestée depuis longtemps mais, contrairement à la grande sculpture et à l’architecture, elle n’est devenue objet d’étude approfondie que fort récemment. Aussi les travaux menés dans ce domaine par le musée du Image 33Louvre et le C2RMF depuis plus de quinze ans font ils figure de pionniers en croisant observation de la surface par vidéomicroscopie et analyses de pigments. C’est ainsi que nous sommes aujourd’hui en mesure de mieux appréhender et caractériser les techniques de peinture et de dorure utilisées par les artisans du monde grec hellénistique et d’apprécier les subtilités d’un art véritablement pictural (nuances chromatiques, effets de clair-obscur, éclat de la dorure etc.). Au-delà de l’examen matériel, cette étude permet également de poser la question du statut des artisans….et des œuvres.

Cette conférence fait suite à celle qui a été présentée par Anne Coulié, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, le  14 octobre 2015 (voir http://arula.hypotheses.org/1400).

Informations sur le musée : http://www.univ-lorraine.fr/le-musee-archeologique

Affiche de la manifestation : Affiche conférence -2015_12_02_La main du peintre

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Les vases du Dipylon : des fragments à l’atelier. Conférence autour du musée archéologique de l’université de Lorraine

Image 37

L’UFR Sciences sociales et humaines-Nancy organise un cycle de conférences dans le cadre d’un projet destiné à développer le musée archéologique de l’université de Lorraine en un musée-école qui bénéficiera directement aux étudiants des formations aux métiers du patrimoine et à plusieurs autres filières de sciences humaines et sociales.

Le projet « MUS-ARCHÉO. L’Antique au présent. Autour du musée archéologique de l’université de Lorraine » – opération réalisée avec le concours financier du Conseil régional de Lorraine – a pour objectif de concevoir ce musée comme un outil pédagogique, scientifique. Une plateforme pédagogique transversale associe l’enseignement des sciences humaines et sociales aux sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Les étudiants sont acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : gestion muséale, conservation préventive-restauration, muséographie-scénographie, médiation culturelle et métiers du patrimoine. Des expositions semestrielles sont organisées.

Dans ce cadre sont organisées des conférences, présentées par des professionnels du Patrimoine et des Musées, en adéquation avec l’offre de formation proposée en sciences humaines et sociales et avec les collections conservées dans le musée, sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy. Pour des informations sur le musée, voir http://www.univ-lorraine.fr/le-musee-archeologique

Image 38

Deux conférences sont d’ores et déjà au programme ce semestre, dont celle que présentera :

Anne Coulié, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre,

le  14 octobre 2015 à 18h, salle A104 au Campus Lettres et Sciences humaines, 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY

Affiche : Affiche conférence -2015_10_14_ Les vases du Dipylon

 

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts