Les animaux sur le site celtique du Mormont : des dépôts d’ossements aux pratiques

Image 27

Troisième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 29 septembre 2015 à 18h

Patrice Méniel (UMR ARTeHIS, Université de Bourgogne) présentera les résultats des recherches qu’il a conduit sur les animaux sur le site celtique du Mormont (Suisse, Vaud, vers 100 av. notre ère).

mormont crane

 

Les restes animaux recueillis dans plus de 200 fosses se présentent sous forme d’ossements, de parties de corps, de corps incomplets ou complets. Les mammifères domestiques sont au nombre de 335, dont 174 bœufs, 59 porcs, 55 caprinés, dont 20 chèvres et 19 moutons, 40 chevaux et 7 chiens. Les oiseaux et les mammifères sauvages sont très rares. Ces animaux ont fait l’objet de divers traitements. Certains ont été découpés, d’autres animaux non. Ces derniers ont été retrouvés sous forme de squelettes, parfois incomplets. La répartition des diverses formes de dépôts révèle une organisation d’ensemble, avec des amas culinaires en dehors de la zone centrale, alors que les squelettes sont nombreux dans cette zone (mais pas dans son centre) ; quant aux crânes, présents au nord-est et absents au sud-ouest, ils permettent de scinder le site en deux parties. L’interprétation, encore prématurée à ce stade des analyses menées sur les autres mobiliers, aborde diverses hypothèses, comme celle d’un lieu de culte ou d’un camp de réfugiés, d’assiégés ou d’un groupe en transit.

dépôt Mormont

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_29_Méniel

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

Équipements architecturaux et rites dans le sanctuaire romain de Mandeure : questions et réflexions

Image 27

Deuxième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 22 septembre 2015 à 18h

Séverine Blin (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède) présentera les résultats des recherches qu’elle conduit dans le sanctuaire romain de Mandeure.

Image 30
Depuis la reprise des fouilles sur le site de Mandeure en 2001 complétée par l’utilisation de méthodes d’explorations géophysiques, nos connaissances sur le grand sanctuaire, qui se développe au sud-ouest de l’agglomération antique, ont été complètement bouleversées. Les limites ainsi que les composantes monumentales du complexe sacré sont aujourd’hui bien identifiés. Une vingtaine d’hectares entre le Doubs et la falaise sur laquelle s’appuie le théâtre sont attribués à ce vaste sanctuaire, mais si l’on ajoute le plateau qui se développe à l’arrière de l’édifice de spectacle, la surface serait portée aux environs de 30 ha. Le complexe mandurien s’inscrit donc désormais dans la série des grands sanctuaires occidentaux à édifices multiples. La présence d’une vaste enceinte de péribole qui circonscrit un espace sacré composé d’une multitude d’édifices évoque des ensembles connus ailleurs, dans des proportions équivalentes pour la capitale helvète d’Avenches, ou dans des proportions plus réduites pour le sanctuaire de l’Altbachtal, dans la capitale trévire. Comme  ailleurs également, le paysage monumental du sanctuaire de Mandeure est largement dominé par un binôme théâtre-temple, autour duquel se développent d’autres temples, aux dimensions plus réduites. Les fouilles récentes apportent par ailleurs de nombreux éléments sur les cérémonies religieuses. Cette archéologie du rituel vise à reconstituer les sacrifices et les banquets, les liturgies et les processions, les grandes cérémonies et les offrandes plus ordinaires, grâce à l’étude de l’ordonnance architecturale bien sûr, mais aussi grâce à la localisation et à l’identification de l’équipement cultuel, ou encore à la répartition et l’identification de l’instrumentum du culte et des vestiges des gestes rituels. Les traces archéologiques abondantes apportent certes beaucoup à la connaissance des modalités du culte en contexte provincial, mais leur interprétation engendre aussi de nombreuses questions que nous aborderons au fil de cette présentation.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_22_Blin

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

Les grands sanctuaires en Gaule romaine : une réflexion à partir de l’étude du cas de l’agglomération de Senon et du sanctuaire périurbain d’Amel-sur-l’Étang (Meuse)

 


Capture d’écran 2015-09-10 à 18.45.13

La première séance du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine, mardi 15 septembre 2015 à 18h, sera présentée par Simon RITZ, doctorant de l’université de Lorraine, EA 1132 – HISCANT-MA.

Le site de Senon (Meuse) a récemment fait l’objet de sept campagnes de prospections géophysiques, qui ont permis de mettre en évidence les caractères structurels d’une agglomération gallo-romaine d’une trentaine d’hectares. Dans la commune voisine d’Amel-sur-l’Étang, à 1,5 km de Senon, les prospections électriques ont révélé un important sanctuaire périurbain s’étendant sur une vingtaine d’hectares et comprenant cinq temples, un théâtre, des thermes et, vraisemblablement, des structures d’accueil des fidèles. Ces nouvelles données autorisent une réflexion globale sur la structure, les fonctions et la chronologie de cette agglomération, dont le caractère bipolaire reflète un schéma de topographie religieuse tout à fait original, et, plus largement, sur le rôle religieux et politique des grands sanctuaires en Gaule romaine.

Campus Lettres et Sciences humaines 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY : salle A 104

Le séminaire est public

Affiche : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_15_Ritz

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

SÉMINAIRE « ARCHÉOLOGIE DE LA RELIGION ET DU RITE »

Capture d’écran 2015-09-10 à 18.29.39

Les enseignants-chercheurs d’archéologie de l’Université de Lorraine organisent au premier semestre 2015-2016, tous les mardis soir de 18h à 20h, un séminaire intitulé « Archéologie de la religion et du rite ».

Le séminaire rassemble douze chercheurs autour d’un des domaines privilégiés de l’actualité archéologique antique – l’archéologie de la religion et du rite – afin de confronter les méthodes d’approche et les résultats obtenus sous le prisme de trois sociétés antiques majeures : les Grecs, les Celtes et les Romains, entre bassin Égéen, Égypte hellénistique et romaine, péninsule Italique et Gaules. Il s’agit notamment de faire intervenir – en complément des enseignements en archéologie antique dispensés en master par les enseignants-chercheurs titulaires – des archéologues et des spécialistes d’archéosciences (anthropologie funéraire et archéozoologie), dont les noms sont régulièrement cités en cours de licence et master d’archéologie antique et avec lesquels les enseignants-chercheurs en archéologie antique de l’UL travaillent dans le cadre de programme nationaux et internationaux.
Le support de cours dans lequel est organisé le séminaire comporte 12h CM, mais les séances couvriront un créneau horaire de 24h afin de permettre, à l’issue de chacune des interventions, de poursuivre le débat avec les participants au séminaire : étudiants, collègues et acteurs de de la recherche archéologique et antique de la Région Lorraine et au-delà.

Ce séminaire est organisé sous l’égide de l’UFR des sciences humaines et sociales – Nancy de l’université de Lorraine, en collaboration avec la Faculté de médecine de l’université de Lorraine (mention Éthique de la santé et médecine légale, parcours Criminalistique et Archéologie), avec le soutien de l’ADRAL (Association Développement Recherche Archéologique Lorraine) et en adéquation avec les programmes scientifiques de l’HISCANT-MA.

Programme : Séminaire Archéologie religion_rite_Programme

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts