Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos

Image 27

Sixième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 3 novembre 2015 à 18h

par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

Image 3

On se souvient de l’engouement polémique suscité à la fin des années
1970 et au début des années 1980 par les publications de M. Détienne, de St. Georgoudi et de J.-P. Vernant sur « la cuisine du sacrifice ». Ces discussions, limitées alors au monde grec, restèrent très historiques et anthropologiques et ne touchèrent pas le monde de l’archéologie. Celui-ci s’avisa du profit qu’on pouvait tirer des analyses archéozoologiques et paléobotaniques que plus tardivement, grâce aux travaux de protohistoriens français, comme J.-L. Brunaux, qui s’associèrent à des spécialistes de la faune ancienne, comme P. Méniel. C’est d’abord J. Scheid, puis W. Van Andringa, qui comprirent tout le profit qu’on pouvait tirer de ces nouvelles approches et initièrent, pour le monde romain, une véritable archéologie des pratiques religieuses. Ils établirent ainsi le lien très étroit entre le sacrifice et la consommation publique ou privée de la viande, prolongeant, d’une certaine manière, les hypothèses de St. Georgoudi et de J.-P. Vernant.

Marc_Thasos_P1010646 - détailAu même moment, la mise au jour d’un macellum, au sud du centre monumental de Thasos, fournissait des bases archéologiques solides à ces réflexions. Si la découverte d’un macellum d’époque impériale, dans le prolongement de l’espace politique et religieux de l’agora, n’apportait rien, en soit, de vraiment nouveau, le fait que celui-ci prolongeait un édifice daté du tout début de l’époque hellénistique, de même plan et probablement de même fonction, repose de manière nouvelle la question de l’origine de ce type monumental.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_03_Marc

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

SÉMINAIRE « ARCHÉOLOGIE DE LA RELIGION ET DU RITE » : programme actualisé

Image 27

Le programme du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » fait l’objet de quelques modifications dans la deuxième moitié du semestre :

03.11.15     Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos, par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

10.11.15     Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, par Marie-Dominique Nenna (CNRS, Centre d’Études Alexandrines, USR 3134)

17.11.15     Les pratiques de dépôt de mobilier (sanctuaires, nécropoles, habitat) au second âge du Fer, par Stéphane Marion (SRA Lorraine, UMR 8546 AOROC)

24.11.15     GD 42 ou le Pythion de Délos, par Agnès Febvey (université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)

01.12.15     Évolution des pratiques funéraires dans les nécropoles de Cumes : de Kymè à Cuma, par Gaël Brkojewitsch (Metz Métropole, Pôle d’archéologie préventive)

08.12.15     Les rituels de la crémation dans le monde romain, par  Henri Duday (CNRS, UMR 5199 PACEA)

Toutes les séances auront lieu en salle A 104, sauf la dernière communication , le 8 décembre, qui aura lieu en salle A 226.

Programme actualisé : Séminaire Archéologie religion_rite_Programme actualisé

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

Temples proto-archaïques crétois : où est l’autel ?

Image 27

Cinquième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 13 octobre 2015 à 18h

par Jérémy Lamaze (université de Lorraine, EA 1132 – HISCANT-MA)

Image 12

Si, d’une manière générale, dans les sanctuaires grecs la présence du temple n’est pas indispensable, celle d’un autel est primordiale pour l’accomplissement des rites. Or, plusieurs édifices crétois d’époque géométrique et orientalisante (ca VIIIe-VIIe s. av. J.-C.), reconnus comme des temples, sont à l’évidence dépourvus de ce genre d’aménagement. En réponse à cette spécificité, les spécialistes ont avancé l’idée que les foyers découverts à l’intérieur de ces édifices remplissaient une fonction similaire à celle des autels en plein air qui caractérisent les sanctuaires grecs et destinés au sacrifice animal. À partir des contextes de Prinias (pseudo « temple A »), de Dréros (Delphinios) et de Kommos (« temple B »), que nous comparerons à une série de monuments crétois, nous tenterons de replacer ces exemples parmi d’autres temples contemporains du monde grec. Nous verrons que les édifices cultuels crétois du Premier Âge du fer n’en sont pas à une spécificité près, eu égard au reste de la Grèce : point de péristasis, ni de colonnade, avant l’époque romaine sur l’île, par exemple. Trop souvent laissées de côté, les analyses ostéologiques, ainsi que le mobilier associé, seront à la base de notre propos pour tenter de résoudre cette apparente contradiction, d’autant que l’absence d’un réel dépôt votif et/ou d’un symbole de culte – éléments qui constituent les critères d’identification d’un temple – permet légitimement de remettre en cause l’hypothèse cultuelle pour nombre de ces contextes.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_10_13_Lamaze

 

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

Les vases du Dipylon : des fragments à l’atelier. Conférence autour du musée archéologique de l’université de Lorraine

Image 37

L’UFR Sciences sociales et humaines-Nancy organise un cycle de conférences dans le cadre d’un projet destiné à développer le musée archéologique de l’université de Lorraine en un musée-école qui bénéficiera directement aux étudiants des formations aux métiers du patrimoine et à plusieurs autres filières de sciences humaines et sociales.

Le projet « MUS-ARCHÉO. L’Antique au présent. Autour du musée archéologique de l’université de Lorraine » – opération réalisée avec le concours financier du Conseil régional de Lorraine – a pour objectif de concevoir ce musée comme un outil pédagogique, scientifique. Une plateforme pédagogique transversale associe l’enseignement des sciences humaines et sociales aux sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Les étudiants sont acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : gestion muséale, conservation préventive-restauration, muséographie-scénographie, médiation culturelle et métiers du patrimoine. Des expositions semestrielles sont organisées.

Dans ce cadre sont organisées des conférences, présentées par des professionnels du Patrimoine et des Musées, en adéquation avec l’offre de formation proposée en sciences humaines et sociales et avec les collections conservées dans le musée, sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy. Pour des informations sur le musée, voir http://www.univ-lorraine.fr/le-musee-archeologique

Image 38

Deux conférences sont d’ores et déjà au programme ce semestre, dont celle que présentera :

Anne Coulié, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre,

le  14 octobre 2015 à 18h, salle A104 au Campus Lettres et Sciences humaines, 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY

Affiche : Affiche conférence -2015_10_14_ Les vases du Dipylon

 

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

Recherches archéologiques dans les sanctuaires du monde égéen : sanctuaires et temples de Kythnos

Image 27

Quatrième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 6 octobre 2015 à 18h

par Alexandros Alexandros Mazarakis-Ainian (université de Thessalie, Volos)

Capture d’écran 2015-10-05 à 13.37.41

Plusieurs sanctuaires de la capitale antique de l’île de Kythnos, dans les Cyclades (Grèce), nous sont connus par la prospection intensive qui fut conduite durant de nombreuses années. Au moins quatre sanctuaires ont été identifiés à l’intérieur de la cité, ainsi qu’un sanctuaire suburbain, à petite distance en dehors des murailles. La plupart semblent avoir été fondés au début de l’époque archaïque (vers 700 av. J.-C.) et tous furent fréquentés au moins jusqu’à la fin de l’époque hellénistique. Au sommet de l’acropole fut identifié un sanctuaire de Déméter, très probablement un Thesmophoreion et lié à l’époque classique au sanctuaire d’Éleusis. Un deuxième complexe religieux est en cours de fouille depuis 2015 en contrebas de l’acropole, qui comprend deux bâtiments monumentaux, celui du Sud comportant deux compartiments distincts et un autel à l’extérieur, alors que le bâtiment Nord pourrait être une stoa. Un troisième sanctuaire devait se trouver au sommet de la colline Nord de la cité antique. À l’extrémité nord du Plateau médian, les fouilles de 2002-2006 ont dégagé dans sa totalité un quatrième sanctuaire qui comprenait un temple bâti sur une terrasse monumentale et deux autels ; seule la petite chambre arrière – l’« adyton » du temple – était bien préservée et était pleine d’offrandes précieuses datant du début du VIIe s. av. J.-C. jusqu’à la fin de l’époque classique et provenant de régions très variées, souvent lointaines, du monde méditerranéen, ce qui suggère un rayonnement important du sanctuaire en question : relevons entre autres une centaine de bijoux en or, une quantité plus grande de bijoux en argent, des centaines d’offrandes en bronze, os ou ivoire, corail, verre, ambre, faïence, pierres semi-précieuses, des dizaines de vases entiers ou presque entiers provenant surtout des îles des Cyclades (notamment Paros), de l’Ionie du Nord, de Corinthe et d’Athènes. Un deuxième groupe d’offrandes semblables et de la même gamme chronologique a été exhumé dans un dépôt votif avoisinant.

Capture d’écran 2015-10-05 à 13.38.02

Alexandros Mazarakis-Ainian présentera les données de la prospection de surface et de la fouille, qui permettent de réviser nos perceptions concernant le sanctuaire grec aux époques archaïque et classique. Le matériel recueilli est d’une richesse exceptionnelle pour un lieu de culte d’une île des Cyclades qui n’était pas renommée durant l’Antiquité pour sa prospérité économique. L’objectif est d’essayer de saisir la nature du culte, le statut et l’identité des dédicants, et quelques-unes des pratiques dédicatoires dans le sanctuaire, afin de le placer dans le contexte des sanctuaires contemporains du monde égéen.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_10_06_Mazarakis-Ainian2

 

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts