Exposition : le rôle de l’image dans l’enseignement d’archéologie et d’histoire de l’art à l’université de Nancy (1887-1928)

affiche-exposition-rieahasd

La Faculté des lettres de Nancy fut l’une des premières en France à disposer, sous le nom d’Institut d’archéologie classique (IAC), d’une institution spécifique consacrée à la recherche et à l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art. Créé en 1902, il associait un musée de moulages de sculptures antiques, une bibliothèque spécialisée et une riche collection de photographies. Cette collection se trouve encore aujourd’hui dans les locaux du département d’histoire de l’art et d’archéologie à Nancy. Elle compte près de 9000 plaques de verre et plus de 4500 épreuves sur papier et fait l’objet, depuis trois ans, d’un programme de conservation et d’étude.

Cette collection était d’abord un instrument pédagogique : elle fournissait aux enseignants de l’IAC les images nécessaires à l’illustration de leurs cours, en particulier les cycles de grandes conférences publiques ouvertes au public, sur des sujets aussi variés que l’archéologie mycénienne, la sculpture grecque, ou la peinture italienne du XVe s.

L’exposition présente ainsi des sélections thématiques de photographies de cette collection correspondant à l’illustration originelle d’un choix de sept leçons ou cycles de cours publics, sous forme surtout de projections. Les cours retenus permettent à la fois de montrer l’évolution technique et scientifique de l’usage des photographies, depuis la leçon inaugurale d’archéologie de Charles Diehl, en 1887, jusqu’aux cours des années 1920, et cette diversité des thèmes et périodes abordés.

Plan de l’exposition :

– Introduction sur l’usage de l’image dans l’enseignement universitaire dans les années 1880-1920.

1. Charles Diehl, « Cours inaugural d’archéologie », publié dans les Annales de l’Est, 1888.

2. Paul Perdrizet, « Au musée archéologique universitaire », conférence publique, résumé publié dans le Bulletin des sociétés artistiques de l’Est de la France, 1907.

3. Albert Grenier, « La Gaule cisalpine », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1911.

4. Paul Perdrizet, « L’art symbolique du Moyen Âge », cours public de la faculté des lettres, publié dans le Bulletin de la société industrielle de Mulhouse, 1909.

5. Paul Perdrizet, « La peinture italienne au XVe s. », cours public de la faculté des lettres, publié en 1905.

6. Marcel Bulard, « Les découvertes de l’École française dans l’île de Délos », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1928.

7. Marcel Bulard, « Les sculpteurs florentins du XVe siècle », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1922 (Daniela Gallo).

Cette exposition s’insère dans le cadre d’un programme « carte blanche » accordé par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) au département d’histoire de l’art et d’archéologie pour l’année 2016. Ce programme, intitulé « Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques spécialisées au service de l’enseignement universitaire de l’archéologie et de l’histoire de l’art », étudie la construction contemporaine et parallèle de deux bibliothèques et photothèques, celle de l’IAC à Nancy et celle de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à Paris.

L’exposition est réalisée par le département d’histoire de l’art et d’archéologie, en partenariat avec le CRULH (EA 3945), et avec le soutien de l’UFR SHS-Nancy et du conseil scientifique de l’UL.

Commissariat de l’exposition : Daniela Gallo et Samuel Provost.

Assistante : Lucie Oswald.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : une nouvelle klinè du IVe s. près d’Amphipolis (6 décembre)

provost-samuel_kline

Conférence de Samuel Provost, le mardi 6 décembre, à 18H00, CLSH, salle A 412.

Parmi les monuments inédits relevés par Paul Perdrizet (1870-1938) lors de sa mission de prospection archéologique et épigraphique de la région du Pangée (Macédoine orientale), en 1899, figure une rare klinè à décor sculpté polychrome. Paul Perdrizet en avait découvert de tout petits fragments lorsqu’il avait exploré une première fois une tombe de type dit « macédonien », sans doute peu de temps après son pillage, en novembre 1894, quelques kilomètres au nord d’Amphipolis. Lorsqu’il revint presque cinq ans plus tard dans la région, il n’eut de cesse de chercher les fragments disparus des deux lits funéraires dont il avait restitué l’emplacement dans la tombe. Il parvint à ses fins et localisa un pied et une partie de la frise de la façade d’une klinè. S’il les fit dessiner plus tard par un artiste de la fabrique Gallé, il ne publia pas cette découverte remarquable, perdue jusqu’à présent, comme les fragments eux-mêmes.

La conférence reviendra d’abord sur les conditions de cette découverte et les raisons de son oubli, avant d’examiner la place du monument dans le corpus de ces monuments funéraires macédoniens.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journées d’études : Liturgie et Architecture (24-25 novembre)

colloque_architecture_2016

La liturgie et l’architecture paraissent entretenir un lien évident, qui peut s’expliciter de la façon suivante : « Dans ce domaine, la principale interrogation demeure celle de la création des formes architecturales déterminées par les pratiques liturgiques ou bien, à l’inverse, celle de l’influence du cadre architectural sur le déroulement de la liturgie». (Eric Palazzo,  Liturgie et société au Moyen Âge, Paris, 2000). En termes plus récents, cette interrogation apparaît comme une variante du vaste débat entre «forme et fonction» qui irrigue encore de nos jours les milieux de l’architecture : à quelle donnée reviendrait la primauté ?

Mais en l’occurrence, la question pourrait paraître se limiter au seul moment du  chantier, de la construction à neuf. Or l’un des deux paramètres de la problématique a pu connaître des évolutions spécifiques ou des nouveautés indépendantes de l’influence de l’autre. Ainsi, au temps de la Renaissance, le vocabulaire et les références de l’architecture religieuse ont changé avant que ne soit entreprise la réforme liturgique du Concile de Trente. De même, l’application de cette dernière s’est souvent faite dans des églises construites au Moyen Âge, auxquelles il a bien fallu s’adapter et qu’aussi on a adaptées. On étudiera donc les différents aménagements et réaménagements intérieurs d’édifices religieux ou encore l’émergence des pratiques liturgiques (par exemple les processions) et leurs implications sur les bâtiments. En fait les interrogations, quand on les veut plus précises, sont multiples. Par exemple, comment s’est faite l’explosion du nombre des autels et des fondations à partir du XVe siècle? Inversement comment en a-t-on réduit le nombre au XVIIIe siècle ? Autre exemple, comment les fidèles ont-ils été cantonnés dans leurs bancs à partir du milieu du XVIIe siècle ? Et du coup, quelle position et quelle attitude adoptaient-ils dans les églises antérieurement ? Sans oublier l’analyse de l’évolution du mobilier liturgique ou sacramentel (confessionnaux, chaires à prêcher…) dont on dit souvent qu’il se transforme et se généralise avec l’esprit tridentin. Surtout il serait vraiment souhaitable de dépasser les généralités déjà connues pour en voir et étudier des applications concrètes ou des exemples particuliers.

Chevauchant les grandes ères imposées par les découpages académiques, une notion semble avoir traversé les siècles : celle du «voir» et du «faire –voir » que Roland  Recht a illustrée pour la seconde partie du Moyen Âge (Le croire et le voir. L’art des cathédrales (XIIe-XVe siècles, 1999) mais qui semble une constante encore valable pour les Temps modernes et la réforme tridentine. La problématique ne pourrait-elle pas alors se concentrer autour des enjeux du «voir» dans les églises, ses exigences, ses conditions et ses contraintes ?

En tout cas, c’est certainement une raison suffisante pour adopter une ampleur chronologique inhabituelle qui conduira les réflexions du XIIIe au XVIIIe siècle et permettra le dialogue de chercheurs trop souvent cantonnés dans leur période.

Géographiquement la «dorsale catholique» ou l’axe lotharingien, de la Belgique à l’Italie, semble un lieu privilégié d’observation de ces changements liturgiques et architecturaux à travers les siècles. On rappellera que c’est à Liège en 1264 que l’évêque Robert de Thourotte instaura la fête du Saint-Sacrement, fête qui fut instituée pour l’Église universelle par le pape Urbain IV, le champenois Jacques Pantaléon qui fut un temps évêque de Verdun. Sur l’autre versant temporel, saint Charles Borromée, saint François de Sales et saint Pierre Fourrier montrèrent tous les trois – avec bien d’autres – le souci de la diffusion de la vie spirituelle chez les fidèles dans le cadre concret de leurs communautés et de leurs églises. C’est avec ces questions et ces intentions en tête que l’ANR LODOCAT–Chrétientés en Lotharingie et Dorsale Catholique (IXe-XVIIIe s.) organisée des journées d’étude le jeudi 24 et le vendredi 25 novembre 2016, à l’université de Lorraine, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy, 23, boulevard Albert 1er (10 mn à pied de la gare SNCF).

Programme des journées d’étude

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : l’École française d’Athènes, le fonds Gilliéron (mardi 15 novembre, 18h)

conference_farnoux_2016Alexandre Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes, donnera le mardi 15 novembre, à 18h00 (CLSH, salle A 226), une double conférence dans le cadre des conférences autour du Musée archéologique de l’Université de Lorraine :

Première partie : l’École française d’Athènes.

Deuxième partie : un nouveau fonds d’archives à l’École française d’Athènes, le fonds Gilliéron.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus