Colloque : « Composer avec l’ennemi en 14-18 ? » (Charleroi, 26-27 octobre)

Le Musée du Verre de Charleroi organise, les 26 et 27 octobre 2017, un colloque européen avec pour titre :

« Composer avec l’ennemi en 14-18 ? La poursuite de l’activité en zones de guerre »

Comment parvenait-on à travailler en zones occupées ou sur la ligne de front pendant le premier conflit mondial?

Pascal Deloge et Pierre Tilly mettent en avant le développement d’une « stratégie du moindre mal » pour expliquer la poursuite de l’activité industrielle en Belgique pendant la Grande Guerre. Certains secteurs ont en effet poursuivi leur fabrication au gré des humeurs de l’occupant. Tout comme dans le Nord de la France occupée (Colloque « Guerre mondiale et bassins industriels en territoire occupé » Maubeuge, 2014), la Belgique, moteur industriel d’avant-guerre n’a pas vécu la destruction systématique de son appareil de production.

Les célébrations du centenaire sont l’occasion de confronter le discours orienté des vainqueurs d’après-guerre (Charles de Kerchove de Denterghem, 1927) à la réalité des faits, à l’aune des sources d’archives toujours disponibles. Dans le secteur verrier par exemple, l’historiographe belge a pour habitude de faire, de l’industriel Emile Fourcault le seul « traître à sa patrie ». Or, les documents d’époque montrent qu’un grand nombre de verreries ont maintenu leur fabrication pendant le conflit. Son retentissant procès n’est-il pas finalement l’arbre qui cache la forêt? Il paraît désormais évident que l’industrie du verre – qui n’a encore jamais été étudiée à ce jour – ne constitue pas le seul exemple de la poursuite des activités en zones de guerre.

L’occasion est donc ici donnée d’étudier le fonctionnement quotidien de l’industrie pendant le conflit et au-delà, d’estimer à qui finalement, cela a profité, entre redistribution des parts de marché et remise à niveau de l’outil de production.

Ces rencontres sont l’occasion de confronter les réalités vécues par le secteur industriel en Belgique comme dans le Nord et l’Est de la France, afin de poursuivre et d’élargir le champ de réflexion entamée par Pascal Deloge et Pierre Tilly.

Programme du colloque Composer avec l’ennemi 14-18

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée d’étude : « Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques »


L’université de Lorraine propose à ses étudiants de master en Archéologie une manifestation en trois volets : journée d’étude, exposition et publication, qui leur permettra d’appréhender de manière originale le monde de la recherche et de la gestion muséale en participant à la mise en œuvre des trois étapes. Le projet, mis en œuvre par Sandrine Huber et Pascal Vipard, tourne autour d’une exposition temporaire qui sera inaugurée au musée archéologique de l’université de Lorraine en janvier 2018 et qui déclinera les modalités de fonctionnement pratique d’un autel au cœur d’un lieu de culte dans le monde gréco-romain.

Malgré une très riche bibliographie relative aux sacrifices et autres activités autour de l’autel dans les sociétés gréco-romaines, que peut-on dire sur les aspects pratiques du bûcher qui brûlait sur la table d’autel ? Quel était l’impact du feu sur la structure en tant que telle, selon son matériau, terre ou pierre ? Que brûlait-on réellement sur l’autel ? Quelles températures étaient atteintes ? Toutes les sources documentaires sont convoquées, parmi lesquelles la littérature antique, l’épigraphie, l’archéologie, l’archéozoologie, la paléobotanique, l’anthracologie, la pétrographie, la minéralogie, etc.

Première étape, une journée d’étude rassemblera plusieurs chercheurs spécialistes de la question, venant d’horizons disciplinaires variés et permettra aux étudiants de master de compléter leurs connaissances sur le thème d’étude, afin de préparer les visuels de l’exposition ; étudiants de master et doctorants animeront les débats autour des différents exposés (voir le programme ci-joint). La journée d’étude est ouverte au public intéressé : étudiants, chercheurs, spécialistes.

Deuxième étape, une exposition se déploiera autour de deux objets archéologiques originaux prêtés par le musée Lorrain : deux autels en pierre de grandes dimensions, qui seront assortis d’une borne multimédia, destinée à long terme au public du nouveau musée Lorrain (ouverture en 2023). La borne assurera la présentation interactive d’une base de statue et d’un autel réalisés par des soldats d’une légion romaine (la XIVe Gemina, basée à Mayence), qui ont été découverts dans la carrière romaine de Norroy-lès-Pont-à-Mousson ; la borne permettra de prendre connaissance du travail d’extraction de la roche par des soldats spécialisés pour fabriquer la base de statue et l’autel, de l’inscription latine qui ornait la base de statue et du culte particulier rendu par les carriers – ceux-là même qui ont fabriqué les deux objets – à Hercule Saxsetanus, leur patron. La diffusion, bien connue depuis peu, du calcaire de Norroy (bassins mosellan et rhénan, également outre-Manche) est également présentée.

Enfin, lors d’une troisième étape, étudiants de master et doctorants en Archéologie travailleront, au premier semestre 2018, à l’élaboration de la publication d’un ouvrage consacré à la thématique, ce qui leur permettra de participer, aux côtés des deux porteurs du projet, à toute la chaîne éditoriale d’une publication scientifique.

Le projet est porté par l’UFR SHS-Nancy, en collaboration avec le laboratoire EA 1132 – Hiscant-MA, le musée Lorrain et l’ADRAL (Association pour le Développement de l’Archéologie en Lorraine).

Programme de la journée d’étude : Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques_6_10_2017_UL_Nancy_HD

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts