Les ‘Athéniens de Nancy’ : Émile Burnouf, Paul Perdrizet et Joseph Laurent (vidéo)

Captation vidéo de l’intervention de Samuel Provost à la journée d’études Voyage et pratiques savantes et érudites (XVIIe-XIXe siècles), organisée en partenariat par
le Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (E.A. 3945)
et Littératures Imaginaires Sociétés (E.A. 7305)
dans le cadre du projet ERUHILOR (20 septembre 2020).

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=10619

La Faculté des lettres de Nancy fut, dès sa recréation en 1854, considérée comme une « petite colonie athénienne » dans l’Est de la France, du fait de la présence dominante dans le corps enseignant des anciens membres de l’École française d’Athènes. Cette présence fut sans cesse renouvelée au cours des XIXe et XXe siècles, garantissant aux étudiants et au public des conférences de la faculté des lettres la primeur des découvertes archéologiques en Grèce et plus largement en Méditerranée orientale. Dans le premier demi-siècle de son existence, l’activité scientifique de l’ÉfA est largement dominée par les voyages d’exploration dont sont chargés ses membres scientifiques en Grèce et dans l’Empire ottoman. Il est donc intéressant d’étudier comment les pratiques de ces savants pour documenter leurs missions ont pu évoluer au cours de la période.

Les archives scientifiques conservées à l’université de Lorraine permettent de le faire avec précision pour trois d’entre eux :

  • Émile Burnouf (1821-1907), professeur de lettres à Nancy en 1854 et surtout directeur de l’ÉfA de 1867 à 1875, orientaliste mais aussi collaborateur de Schliemann à Troie. Ses archives ont été léguées par ses héritiers à la faculté des lettres et font l’objet d’un inventaire détaillé dans Calames.
  • Joseph Laurent (1870-1953), maître de conférences (1899) puis professeur d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Nancy (1919), spécialiste de l’Anatolie byzantine. Il a légué à sa retraite ses albums photographiques à la faculté des lettres, documentant à la fois ses voyages et sa participation aux fouilles de Delphes sous la direction de Théophile Homolle.
  • Paul Perdrizet (1870-1938), maître de conférences de littérature grecque (1899) puis professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres (1908-1919), dont les archives scientifiques ont été intégralement léguées à la faculté après sa mort, et concernent l’ensemble de ses travaux archéologiques, en Grèce, Syrie et Égypte.

L’objet de cette communication est ainsi de présenter ces archives et de montrer comment elles documentent en particulier l’avènement de la photographie archéologique et l’évolution de ses modalités comme de ses objectifs scientifiques.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Soutenance de thèse de Simon Ritz : Senon-Amel (Meuse) : contribution d’une agglomération bipolaire à l’histoire du fait urbain dans le nord-est de la Gaule, du second âge du Fer au haut Moyen Âge (20 novembre)

Simon  RITZ soutiendra, le 20 novembre 2020 à 14h00, sa thèse de doctorat d’histoire intitulée :

Senon-Amel (Meuse) : contribution d’une agglomération bipolaire à l’histoire du fait urbain dans le nord-est de la Gaule, du second âge du Fer au haut Moyen Âge.

(École doctorale SLTC, laboratoire HISCANT-MA)

Soutenance en visio-conférence (lien à venir).

JURY

 
Directeur de these – HUBER – Sandrine – Université de Lille
CoDirecteur de these – NOUVEL – Pierre – Université de Bourgogne-Franche-Comté
Rapporteur – BARRAL – Philippe – Université de Bourgogne-Franche-Comté
Rapporteur – MONTEIL – Martial – Université de Nantes
Examinateur – BOISSAVIT-CAMUS – Brigitte – Université de Paris Nanterre
Examinateur – DABAS – Michel – Archéologie & Philologie d’Orient et d’Occident (AOrOc) UMR 8546 CNRS-ENS-EPHE (PSL)
Examinateur – VIPARD – Pascal – Université de Lorraine
 

RÉSUMÉ DE LA THÈSE

Depuis une quinzaine d’années, l’agglomération antique de Senon-Amel fait l’objet de nouvelles recherches pluridisciplinaires associant des techniques d’investigation non destructives (prospections pédestres, aériennes, géophysiques, LiDAR) et des opérations de fouilles (préventives et programmées). Ces nouvelles données montrent que le site se développe sous la forme de deux pôles de vestiges à caractère urbain, distants de 1,5 km et occupés simultanément pendant la majeure partie de l’Antiquité romaine, du milieu du Ier siècle apr. J.-C. au milieu du IVe siècle apr. J.-C. au moins.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’évocation architecturale de l’abbaye Saint-Vanne : regards croisés entre archéologues et architecte perspectiviste 3D (vidéo)

L’évocation architecturale de l’abbaye Saint-Vanne : regards croisés entre archéologues et architecte perspectiviste 3D (vidéo)

Captation vidéo de l’intervention de Valérie Serdon-Provost et Isabelle Mangeot au colloque Sciences Ouvertes 2020 : Prendre soin de ses données et les valoriser (Université de Lorraine, 8 octobre 2020)

Captation vidéo : L’abbaye Saint-Vanne : acquisition des données et évocation 3D

 

 

La modélisation 3D de l’abbaye Saint-Vanne de Verdun, aujourd’hui disparue, fait suite à un projet collectif de recherche mené par Valérie Serdon depuis 2011, associant étudiants et chercheurs français et étrangers.  Elle permet de rendre lisible l’avancement des recherches sur le terrain et de donner des clés de compréhension du passé de ce monastère lorrain, qui a connu un rayonnement international au Moyen Âge et à l’Époque moderne. Les restitutions proposées s’appuient sur la collecte de données archéologiques réalisée in situpendant plusieurs années (prospection géophysique, fouille et relevé du bâti), le traitement long et minutieux de ces informations issues du terrain et l’étude de fonds documentaires iconographiques et textuels, de toutes périodes. Le projet s’inscrit dans une perspective nouvelle visant à restituer les volumes disparus, modifiant profondément les habitudes de travail des archéologues et des historiens d’art ; la réalité virtuelle constitue, en effet, à la fois le vecteur d’un questionnement scientifique renouvelé, un puissant outil de mise en valeur du patrimoine culturel — par les nouvelles technologies — et un formidable vecteur de diffusion des connaissances auprès des spécialistes et du grand public. Les restitutions proposées ont nécessité une collaboration étroite avec un architecte et permettent d’approfondir l’analyse des données de terrain (forme des bâtiments, matériaux et techniques de construction), et d’être plus précis dans les hypothèses de restitutions. Il s’agira d’exposer, dans cette courte présentation, la nature spécifiques des données récoltées, les moyens particuliers de les traiter et enfin les outils de réflexion et de valorisation pour les rendre intelligibles.

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id_col=688

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus