Soutenance d’HDR – Valérie Serdon – De la culture matérielle à une archéologie de la perception et des sens

Soutenance publique le 07 janvier de lHDR en Archéologie médiévale de Valérie Serdon, sous la direction de Luc Bourgeois (Université de Caen Normandie).

Jury : Pierre Bauduin (Université de Caen Normandie), Luc Bourgeois (Université de Caen Normandie), Isabelle Cartron(Université de Bordeaux-Montaigne), Alain Dierkens (Université libre de Bruxelles), Émilie d’Orgeix (EPHE Paris) et Philippe Plagnieux (Université de Paris I Sorbonne)

Le dossier intitulé De la culture matérielle à une archéologie de la perception et des sens, de l’armement et des pratiques militaires aux monastères en terre d’Empire au Moyen Âge comprend un rapport de synthèse, un recueil de travaux et un mémoire inédit : L’abbaye Saint-Vanne de Verdun, genèse et devenir d’une abbaye lorraine disparue. Topographie, architecture et décors

 

 

Le mémoire inédit traite de Saint-Vanne, la plus importante des institutions religieuses de Verdun, voisine de quelques centaines de mètres de la cathédrale Notre-Dame, sur les hauteurs de la ville. Située en bordure de la voie de Reims, sur un ancien cimetière, la première basilique Saint-Pierre-Saint-Vanne est mentionnée dans le testament du diacre Adalgisel-Grimo en 634 et gardait les tombes des premiers évêques, attestés comme saints. Organisée en chapitre au IXe siècle par l’évêque Béranger, elle est transformée en monastère bénédictin vers 951-952. Devenu un centre culturel et spirituel d’importance, Saint-Vanne connut un fort rayonnement sous labbatiat de Richard (1004-†1046) qui acquit des reliques et initia un mouvement réformateur, diffusé largement dans le nord de la France et la Lotharingie. Labbaye a pu consolider son domaine foncier grâce à dexcellentes relations avec les évêques ou les grands seigneurs, en tout premier lieu les empereurs germaniques et la puissante maison dArdenne-Verdun qui avait là, sinon sa nécropole familiale du moins une affection particulière, et dont des membres éminents avaient fait partie de la communauté. Avec des domaines suburbains placés sous son autorité, Saint-Vanne constituait une entité spatiale isolée à l’écart de la ville, au XIe siècle. Cest au XIIIe siècle quelle est englobée dans lenceinte urbaine et finalement annexée par les militaires dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Cette histoire est bien connue. En revanche, la réalité architecturale et archéologique de labbaye est restée en dehors du champ de recherches des historiens. Cest que tous les bâtiments de labbaye, situés dans la citadelle moderne, ont aujourdhui disparu, mis à part une tour du massif occidental de labbatiale romane. Une partie notable de l’enquête sest appuyée outre sur une relecture des sources médiévales et modernes publiées parfois de longue date sur l’étude de sources graphiques et archivistiques inédites, confrontées aux données archéologiques nouvelles remises en perspective dans l’espace régional, qui apportent un éclairage singulier sur l’abbaye et son environnement.

Cartulaire, censier, écrits hagiographiques et nécrologes ont servi de base à la tradition verdunoise, largement favorable à labbaye, plus tard reprise au XVIe siècle par un chanoine de la cathédrale, Richard Wassebourg, et après lui par labbé Louis Clouët. Celle-ci est complétée par des écrits datés des xviiie et xixe siècles, restés inédits, de religieux ou de militaires ayant vécu à l’intérieur de l’enceinte de la citadelle, notamment un témoignage exceptionnel, daté de 1745, conservé sous la cote 431 de la Bibliothèque Municipale de Verdun. Lauteur, Dom Pierre le Court, était un religieux de la congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe. La troisième partie de son manuscrit intitulée « monumens de la maison de Saint-Vanne » constitue une source de première importance. Les bâtiments, tels que lon pouvait encore les voir de son vivant (l’église avec les autels), la bibliothèque ainsi que le mobilier liturgique y sont minutieusement décrits. Ce manuscrit livre des informations qui se révèlent à bien des égards très utiles, car elles trahissent des détails topographiques ou chronologiques susceptibles d’éclairer la géographie ancienne du mont Saint-Vanne.

L’aménagement de la citadelle moderne, bien qu’ayant joué un rôle majeur dans l’évolution de la configuration de cette éminence, ne constitue pas le cœur de notre sujet. Néanmoins, les sources modernes et contemporaines – cartes, plans, relevés, vues perspectives, photographies – présentent un intérêt pour la connaissance de l’abbaye médiévale et du quartier associé. Ces documents contiennent en effet des indices précieux sur la topographie naturelle, les nivellements et surcreusements artificiels, la disposition des bâtiments médiévaux et leurs aménagements anciens, antérieurs aux travaux de grande ampleur liés à l’implantation de la citadelle. Ces sources diverses livrent des informations de première main sur la manière dont l’armée, à partir du xvie siècle, a pu s’approprier et transformer le site, comme les édifices et les structures anciennes : il s’agit d’une documentation graphique souvent méconnue ou sous-exploitée. S’agissant des documents graphiques, les plans manuscrits, séparés ou le plus généralement réunis en recueils, se sont révélés particulièrement éclairants. La normalisation progressive des « envois » des directions des fortifications contribue, par l’ampleur des données (coupes, profils et élévations), à compléter ces plans. L’apport de ces représentations peut être enrichi par des pourtraicts de la ville gravés, vraies vues à vol d’oiseau le plus souvent en perspective, ou par des plans dressés à des fins militaires (avec ses plans géométraux, établis à partir d’un levé scientifique) ou encore des levés de façades (comme les cahiers de développement du plan-relief). Artistes, architectes et arpenteurs sont à l’origine d’une riche collection de représentations urbaines, de projets d’aménagement ou d’extension, levés à différentes échelles et souvent de façon très scientifique.

La documentation graphique et écrite réunie représente un volume conséquent et tout l’intérêt de cette enquête a été de la confronter aux données archéologiques nouvelles recueillies par nos soins, dans ce quartier Saint-Vanne, à l’origine extra muros. Au-delà des aménagements construits, tout indice d’anthropisation – l’occupation humaine ayant très sensiblement modifié le couvert végétal et le relief depuis les premières occupations – a été retenu. Parmi ceux-ci, on peut distinguer l’enclos abbatial, les bâtiments de l’abbaye, l’enceinte de la ville, les portes d’accès, les tracés anciens des chemins, les zones funéraires et d’habitat, en plus des zones cultivées et des jardins, de même que les éminences naturelles (ou artificielles) sur lesquelles se sont implantés les premiers bastions, escarpes et parapets. La compréhension de l’ensemble monastique Saint-Vanne et de ses structures est passée par l’étude du sous-sol, bien que les recherches anciennes aient montré les destructions de grande ampleur ayant affecté le site.

Les fouilles archéologiques, conduites de 2011 à 2013, ont révélé un cimetière de lAntiquité tardive, sur lequel s’est établie une nécropole mérovingienne avec des sépultures privilégiées (bijoux, armes, éléments du costume), en lien, peut-être, avec un premier oratoire (structure semi-enterrée en partie fouillée). Les recherches de terrain ont aussi permis de préciser la nature de l’église de Richard, avec une crypte qui sapparente à un modèle bien connu dans lespace lotharingien. Dautre part, elles ont amené des renseignements précieux sur les fondations de l’église du XVe siècle et sur lusage de remplois dans les constructions. Enfin, une étude du bâti de la tour Saint-Vanne a permis de proposer un phasage et des datations plus précises.

Par ailleurs, la confrontation de ces divers types de sources a permis de préciser la genèse, lhistoire de cette abbaye, son insertion dans le tissu urbain, les conditions spirituelles et sociales de son établissement matériel, les projets des différents maîtres douvrage et leur mise en œuvre, la configuration des différentes abbatiales et du complexe conventuel et, au-delà, les liens avec dautres centres de spiritualité et la diffusion de modèles architecturaux. Ces documents témoignent aussi dune prise de conscience patrimoniale dans les premières décennies du XIXe siècle.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus