Archives par mot-clé : archéologie du bâti

Appel à communication. Colloque « Pierre à pierre » II

La première édition de ces rencontres consacrées à l’économie de la pierre aux périodes historiques, qui s’est tenue à Nancy en 2015, a permis de rappeler la vitalité des recherches menées autour de ce thème, en insistant sur les travaux récents réalisés en Lorraine. Ces rencontres ont également permis de conclure à la nécessité de voir les débats se prolonger au fil d’un cycle de rencontres internationales consacrées à l’économie de la pierre et organisées tous les trois ans. Le deuxième colloque de ce cycle se tiendra à Namur et à Dinant en décembre 2018. Il sera co-organisé par l’Université de Namur, par l’Université de Lorraine, par l’Université catholique de Louvain, par l’Université libre de Bruxelles, par l’INRAP et par la Maison du Patrimoine médiéval mosan.
Ce colloque permettra de centrer les réflexions sur la vallée mosane, célèbre pour ses ressources lithiques, et dont les tronçons de la Meuse moyenne comme de la basse Meuse constituent depuis l’Antiquité l’une des artères économiques majeures dans cette région d’Europe ; il visera également à élargir les questionnements aux régions limitrophes, telles que le Brabant, le Hainaut, les Ardennes, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la région d’Utrecht et du Gelderland, etc.
Afin de perpétuer l’approche largement diachronique privilégiée à Nancy en 2015, la période
couverte est à nouveau très vaste, puisqu’elle s’étend du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle.
Dans le prolongement des débats de 2015, également, le colloque « Pierre à Pierre II » souhaite privilégier trois grands axes thématiques.

LA GEOGRAPHIE DE LA PIERRE (axe 1), tout d’abord, prendra en compte à la fois les lieux d’extraction et les aires chrono-culturelles de diffusion des matériaux. On s’intéressera ainsi particulièrement aux carrières mosanes afin de faire progresser la cartographie diachronique de l’activité extractive mais aussi, au gré des possibilités offertes par les vestiges d’extraction traditionnelle et des sources écrites disponibles, aux modalités d’exploitation des gisements. Les considérations sur le travail en carrière seront également l’occasion de faire progresser les débats relatifs aux interactions entre la logistique du chantier, l’organisation de l’atelier et le travail en carrière, qu’il s’agisse de techniques d’extraction ou du façonnage des blocs.

LA PIERRE SUR LE CHANTIER DE CONSTRUCTION (axe 2), ensuite, recèle de multiples problématiques. Les stratégies d’approvisionnement des chantiers de construction pourront par exemple être envisagées à l’aune des recherches archéologiques comme des études historiques récentes. Ces travaux permettront d’alimenter les débats sur les aires de diffusion des matériaux comme de mettre en évidence l’évolution des techniques de construction, voire des styles, influant sur l’approvisionnement du chantier. A contrario, la rationalisation probable du travail d’exploitation des carrières à la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes est susceptible d’avoir influé sur l’organisation de la construction.
Les techniques de taille et de mise en œuvre pourront par ailleurs être abordées sous de nombreux autres aspects, aussi bien techniques (évolution de l’outillage, des techniques de taille, propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, etc.) que logistiques (le phénomène du remploi, la rationalisation et la standardisation sur le chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, etc.). Le croisement des différentes sources doit également mener, si
possible à une lecture anthropologique du chantier de construction, afin de révéler de manière plus
concrète les hommes qui se cachent derrière les phénomènes techniques et économiques analysés.
Ce colloque réservera par ailleurs un intérêt particulier aux interactions entre la pierre et les autres matériaux de construction. La manière dont la brique s’impose progressivement sur le chantier de construction des Temps modernes et les enjeux liés à la cohabitation de la brique et de la pierre dans l’architecture sont par exemple des questions qui méritent d’être envisagées dans le cadre de ce colloque. Dans le même ordre d’idées, la pétrification de la construction en pan-de-bois aux Temps modernes gagnera également à être interrogée sous l’angle de l’économie de la pierre de taille.

Enfin, afin de faire honneur aux pierres de Meuse, mais également de mettre en évidence un thème de recherche peu traité lors du colloque précédent de cycle, les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur LA PIERRE EN TANT QUE MOBILIER OU ELEMENT DECORATIF (axe 3). En effet, elle permet de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.
Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.
Langues du colloque: français et anglais

Stone by stone_call for papers Pierre à Pierre II_appel à comm

Proposition de communication : avant le 15 février 2018

Colloque : 6-7-8 décembre 2018

Envoi des textes pour la publication : avant le 1er avril 2019 Publication des Actes : 2020
Lieu : Université de Namur (6-7/12) ; Dinant (8/12)

Comité d’organisation : Fr. Blary, K. Boulanger, M. Macaux, C. Moulis, M. Piavaux, C.-M. Vandermensbrugghe, L. Verslype.

Contact : Mathilde MACAUX – AcanthuM- UNamur, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur 00.32.81.724187 – mathilde.macaux@unamur.be

Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

La soutenance de ma thèse, intitulée « Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles) », réalisée sous la direction de Gérard Giuliato, se tiendra le samedi 13 juin 2015 à 14h00 sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine, à Nancy, en salle A 226.

Continuer la lecture de Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l’Université de Lorraine

More Posts - Website

Tour seigneuriale de Darnieulles (Vosges) : De nouvelles observations

L’étude des élévations de la tour seigneuriale s’est terminée lors d’un chantier de trois semaines en juin 2014. Un sondage a été pratiqué à l’emplacement de la tourelle semi-circulaire. Enfin, l’étude de l’enceinte du XIVe siècle de la maison forte a débuté.

L’élévation extérieure nord
Avec l’élévation est, c’est la moins bien conservée de l’ensemble, mais elle reste observable sur 9,50 m de hauteur et 10 m de longueur. L’analyse parementale a permis de mieux appréhender l’environnement de la tour, dont l’évolution se décline en 4 phases sur ce mur. La phase 1 correspond à l’édification de la tour à la fin du XIe siècle. L’imposante brèche dans la partie gauche du mur rend possible l’idée d’une tourelle chaînée aux maçonneries et similaire à celle de l’élévation sud. Lors de la phase 2, deux trous s’alignant avec plusieurs autres traces ont été percés à près de 6 m du sol. Il pourrait s’agir de la création d’un corps de logis pour l’enceinte du XIVe siècle. Lors de la phase 3, cette maçonnerie en appui est démolie. Un bâtiment (un corps de logis ?) présentant une toiture parallèle à la tour est alors édifié. On remarque deux niveaux d’empochements (un plancher et une charpente ?), espacés les uns des autres d’environ 2,30 m. Il est envisagé que cette configuration soit à mettre en lien avec les vestiges de la porterie des XVIIe-XVIIIe siècles. La phase 4 correspond à l’état actuel, soit à un bâtiment démantelé. Il est fort probable que sa démolition ait engendré des dégradations du parement de la tour.

 

Elévation nord
Elévation nord

Le sondage
Un sondage de 19 m2 contre l’élévation sud de la tour seigneuriale, à l’extérieur, a permis de comprendre l’implantation de la tourelle semi-circulaire et de caractériser son environnement. Malgré la maigreur des indices, il semblerait que le site soit occupé au cours de l’Antiquité (tardive ?) dans une première phase. L’endroit est rendu intéressant par la configuration topographique de la roche calcaire, qui présente un tertre légèrement surélevé par rapport au fond du vallon. Le site cesse d’être ensuite occupé pour des raisons qui nous échappent totalement.
La seconde phase débute à la fin du XIe siècle avec la construction de la tour seigneuriale. Les fondations de la tourelle semi-circulaire, d’aspect tronconique et accolées aux fondations de la tour quadrangulaire, ont une profondeur de 70 cm. Les pierres calcaires, de toutes tailles et formes, qui la constitue sont maçonnées à la chaux, sans organisation particulière. Elles sont dissimulées par le remblai issu du creusement d’un fossé, dont l’amorce est bien reconnue en stratigraphie. En élévation, le parement est conservé sur 53 cm de hauteur et constitué de moellons calcaires de 18 x 7 cm en moyenne. Le piétinement engendré par les travaux et les déchets de matériaux (essentiellement le mortier) créent un premier niveau de sol extérieur compact et dur au pied des maçonneries. Le niveau de sol repéré à l’intérieur de la tourelle est composé d’un lit de mortier épais.

Tourelle semi-circulaire
Tourelle semi-circulaire

Le secteur devient ensuite un lieu de rejet alimentaire. En effet, dans les US en contact avec le niveau de sol, ont été trouvés des tessons de céramique et des restes fauniques en quantité non négligeable. Le mobilier céramique est néanmoins très fragmenté. La pâte, sombre, micacée, et cuite en atmosphère réductrice, est généralement peu épaisse et comporte des inclusions siliceuses fines. Les tessons appartiennent à des formes fermées globulaires montées en technique mixte et sont datables des Xe-XIIIe siècles. Ce mobilier retrouvé à proximité, l’absence de passage permettant d’entrer dans la tourelle et la présence du pendage du fossé semblent démontrer que cette construction semi-circulaire est une latrine à fosse, et non un accès à la tour seigneuriale, comme supposé jusqu’à présent.
Lors de la troisième phase, le profil du fossé, légèrement transformé par son comblement naturel progressif, se fige à nouveau à l’occasion d’une seconde campagne de travaux. Celle-ci peut être certainement rattachée au XIVe siècle, qui voit l’apparition de l’enceinte de la maison forte. Ce nouveau sol reprend toutefois en partie l’altimétrie de l’antérieur. Après 1582, peut-être au XVIIIe siècle, la tourelle perd son intérêt. Elle est alors démantelée, ce qui engendre un nouveau remblai. Le fossé est comblé dans le même temps, ce qui nivelle le secteur. La ruine progressive du site occasionne également de nouveaux remblais. Les sols ont été remués au cours de ces différentes phases, ce qui explique vraisemblablement le degré de fragmentation élevé des mobiliers céramiques et fauniques.

Chantier d’archéologie du bâti à Faucogney (27 octobre – 2 novembre 2013)

 

Le chantier est corganisé par l’associations Nord-Est-Archéologie en partenariat avec le Pôle Archéologique de l’Université de Lorraine.

S.H.D., Archives du génie, château de Vincennes, atlas 103
S.H.D., Archives du génie, château de Vincennes, atlas 103

Ce chantier porte spécifiquement sur les signes lapidaires de l’enceinte urbaine de Faucogney. Il vise à renseigner le contexte chronologique mais surtout technique et logistique de sa construction. Plus de 300 marques  sont conservées sur les vestiges de l’enceinte et feront l’objet d’observations permettant de mieux les comprendre (type de signe, position sur la pierre, caractéristiques techniques du sillon, gabarit du bloc, traces d’outils associées, etc…).

Une approche comparative, avec les nombreux cas alsaciens voisins notamment, permettra ensuite de préciser la chronologie de ces marques et, par conséquent, l’érection de l’enceinte, probablement bien antérieure à son apparition dans les textes en 1385.

Des examens complémentaires sur l’église paroissiale de Faucogney et la chapelle Saint-Martin qui comptent également des signes lapidaires complétera les observations.

Renseignements et inscriptions : vianney.muller@univ-lorraine.fr

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l’Université de Lorraine

More Posts - Website

Journée d’étude « Murs et enduits de la maison rurale Lorraine »

Détail du décor géométrique
Décor géométrique brun et bleu de la tour nord de la maison forte de Louvigny réaménagée pendant la première guerre mondiale.

Maisons Paysannes de France et le Comité d’Histoire Régionale de Lorraine proposent le samedi 16 mars à Vaudémont, une journée d’étude consacrée à l’étude des « murs et enduits de la maison rurale Lorraine« .

Le programme de la journée  :

09H00 : Accueil
09H15 : L’usage du mortier de chaux dans le bâti monumental aux XIe-XIIIe siècles en Lorraine par Cédric MOULIS,
ingénieur d’études, Pôle archéologique – Université de Lorraine
10H00 : Le mur médiéval et moderne en contexte domestique, configurations lorraines par Ivan FERRARESSO,
archéologue à l’INRAP
10H45 : Vivre l’architecture en couleur : enduits extérieurs et décors peints. Quelques exemples en Lorraine XVIe-XIXe par Mireille-Bénédicte BOUVET,
directeur du Service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel – Nancy
11H30 : Le torchis, origine de ce matériau, qualités et techniques de mise en œuvre par Gilbert SOMEIL,
entrepreneur en maçonnerie
12H15 : Déjeuner libre, possibilité de déjeuner sur place (18 € par personne hors boisson, à réserver sur le coupon-réponse, à régler sur place)
14H00 : Les matériaux de construction du XXe siècle : l’apport des deux reconstructions par Jean-Yves HENRY, Ingénieur,
Service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel – Nancy
14H45 : Connaissance et restauration des murs, enduits et pierres de taille des maisons rurales lorrainespar Jean-Gabriel MACAIRE,
entrepreneur en maçonnerie
15H30: Visites à Vaudémont par Cédric MOULIS
16H30 : Fin de la rencontre

 

La participation à la journée est gratuite mais sur inscription à faire parvenir avant le 8 mars adresser par mail à chr@lorraine.eu (formulaire_inscription)

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l’Université de Lorraine

More Posts - Website

Premiers résultats sur la tour d’habitation de Darnieulles

La première campagne d’archéologie du bâti effectuée en août 2012 s’est concentrée sur l’étude des élévations intérieures du bâtiment.

Cette tour d’habitation édifiée par les sires de Darnieulles est datée par la critique historique du début du XIIe siècle. De plan quadrangulaire (15 x 11 m), ses murs font 1,25 m d’épaisseur. La face ouest mesure encore 12 m de hauteur. Le bâtiment présente trois niveaux. Le rez-de-chaussée était aveugle et devait être réservé à une fonction de stockage. Son niveau de sol n’est pas reconnu.

L’étage domestique mesure 12,50 m de long, 8,60 m de large, soit une surface de 110 m2, et présente une hauteur de 4,50 m. Il est doté d’éléments de confort, même si aucune latrine n’est reconnue. La cheminée (lg. 1,05 m) présente un conduit en biais. Les piédroits sont réalisés en grès. La hotte, posée sur consoles, n’existe plus, et nous ne pouvons que spéculer sur sa forme circulaire ou rectangulaire. Cette cheminée est l’une des, sinon la, plus ancienne connue dans l’est de la France. Sept fenêtres en sifflet sont réparties en trois types distincts sur l’ensemble des faces du bâtiment. L’étage était sans doute divisé en deux pièces, éventuellement séparées par une cloison en bois. Ce niveau d’habitation manifeste pourrait ainsi être assimilé à l’aula et à la camera. La porte d’entrée culmine au sommet d’une tour demi-circulaire adossée à la tour d’habitation, et dont il ne reste que les arrachements. On y accédait par un escalier en bois, voire une échelle. La porte présente une ouverture de 0,70 x 1,80 m à l’extérieur et 1,05 x 2,35 m à l’intérieur. Elle se fermait avec une poutre en bois logée dans l’épaisseur de la maçonnerie. À l’extérieur, elle est couronnée d’un linteau monolithe plat, sur lequel repose un second linteau à extrados segmentaire, lui-même couvert par un arc de décharge. Des traces de rubéfaction sur le parement au niveau du plancher laissent imaginer un violent incendie. Ce plancher devait reposer sur une armature en bois supportée en partie par des piliers.

Chéneau d’évacuation des eaux pluviales

L’ensemble était couvert d’une charpente composée de deux entrais, dont les logements sont encore identifiables, supportant une toiture en bâtière. Un chéneau d’écoulement des eaux de pluie a été mis en évidence le long du mur sud. Un parapet maçonné protégeait la toiture, qui restait invisible depuis le sol. Le fragment de tuile creuse très épais et ceux de TCA retrouvés au sein des maçonneries suggèrent que le bâtiment était initialement couvert de tegulae. Les morceaux de TCA retrouvés dans les gravats de la partie sommitale de la face sud montrent que l’édifice a été ensuite couvert de tuiles plates et creuses.

Fragment de tegula retrouvé dans la maçonnerie

L’ensemble de la tour est construit avec un calcaire à entroques issu des couches du Muschelkalk supérieur (t5), sur lequel le bâtiment est assis. Il s’agit de moellons (17 x 8 cm de gabarit moyen), assez finement équarris et bien assisés. L’appareillage présente peu de ruptures, essentiellement une reprise au centre de l’élévation sud, datée par C14 des années 1312-1433. Cette reprise pourrait ainsi être contemporaine de la grande phase d’extension du site et sa transformation en maison forte. Tous les éléments architecturés sont réalisés dans un grès à Voltzia à grains fins dont les nuances varient du rose au gris, issu des couches géologiques du Buntsandstein supérieur, qui affleurent à 2 km au sud. Un moyen appareil, situé au même niveau que les fenêtres, renforce la structure de la tour et donne une cohésion aux différentes faces, ce qui pallie à l’absence de contreforts sur le parement extérieur. Les chaînes d’angle sont également réalisées en grès, dont la hauteur des pierres équivaut à 3, voire 4 assises de moellons calcaire.

Le blocage des murs est constitué de calcaire, disposé à plat ou en épi. Ce dernier cas est un bon marqueur chronologique puisque ce principe est connu des bâtiments lorrains pour les XIe-XIIe siècles. La disposition en épi se présente en petites sections de quelques décimètres à 2 mètres. Les assises de réglages sont observables uniquement dans le blocage, à intervalles relativement réguliers (40 à 50 cm en moyenne). D’une face à l’autre du bâtiment, elles ne sont pas forcément alignées, ce qui montre une gestion non harmonisée du montage de la maçonnerie. Les pierres sont liées par un mortier de chaux et de sable beige, dans lequel on remarque par endroit des inclusions de tuileau. Le parement présente des joints creux, permettant l’accroche du pré-enduit. Sa datation (1019 à 1155 par C14) le fait attribuer à l’édification du bâtiment. Dans le cœur de la maçonnerie, le mortier apparaît plus blanc et avec moins d’inclusions. Il était apparemment très fluide, en témoignent les interstices entre les pierres qu’il a comblé par écoulement. Une vingtaine d’échantillons de mortiers ont été prélevés sur les élévations internes. Leur analyse est en cours.

101 trous de boulins, presque tous maçonnés et traversant, ont été recensés. L’ouverture, carrée, mesure en moyenne 11 cm. La gaine est maçonnée et est couverte de pierres formant linteaux. Les trous sont généralement perpendiculaires au mur, mais certains sont disposés en biais. La plupart du temps, un seul boulin les traversait, mais dans les parties basses, on observe des trous au sein desquels deux boulins pouvaient être reliés. La section des boulins était circulaire. Nous comptabilisons jusqu’à dix niveaux de platelage, espacés de 1 m à 1,20 m. Cette fréquence est destinée à faciliter la tâche des maçons en leur évitant des positions de travail inconfortables. Sur les grands côtés, les boulins sont alignés sur cinq rangées verticales alors que les petits côtés n’en comptent que trois. Les niveaux de platelage, identiques sur l’ensemble des élévations, suggèrent une phase unique de travaux. Quelques décalages dans l’organisation verticale des trous s’expliquent toutefois par la proximité d’une ouverture, un changement de perche, ou un oubli de placer le boulin. Ce principe d’échafaudage à platelage régulier et à un rang de perche est une constante dans les constructions militaires, civiles ou religieuses du XIe siècle.

La tour d’habitation de Darnieulles présente certaines caractéristiques techniques et stylistiques qui se rapprochent de donjons plus imposants, tels Vaudémont (54), Salives (25) ou Langeais (37). Ces comparaisons, les analyses physico-chimiques et la mise en œuvre des matériaux nous autorisent à repenser la période d’édification du bâtiment, en l’élargissant au XIe siècle.

Conférence d’Ivan Ferraresso sur «l’archéologie appliquée aux bâtiments» (Metz, 16 septembre, 14h)

Conférence « L’archéologie appliquée aux bâtiments, l’exemple de Metz » par Ivan Ferraresso, archéologue à l’Inrap et doctorant à l’Université de Lorraine (EA 1132 HISCANT-MA).

Régulièrement rénové, le bâti historique de Metz fait l’objet d’interventions archéologiques. Réalisées par les services de l’État (Drac Lorraine) ou l’Inrap, elles permettent de découvrir une architecture en partie masquée ou transformée. Ces opérations offrent une lecture complémentaire aux données issues du sous-sol et révèlent l’évolution des édifices pour tenter de reconstruire le paysage urbain de l’Antiquité à nos jours.
Cette conférence permettra de découvrir les méthodes de fouille, les savoir-faire techniques et les finalités de ce type d’intervention, à partir d’opérations récemment menées à Metz.

Dimanche 16 septembre, à 14 h (durée 1 h)
Hôtel de Ville
1 Place d’Armes
Salon de Guise
57000 Metz.
Tél. : 03 87 55 56 53

Source : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Agenda/Journees-europeennes-du-patrimoine-15-et-16-septembre-2012/Journees-du-patrimoine/p-14945-Lorraine-Journees-europeennes-du-patrimoine-2012.htm

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Soutenance de thèse : L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace, Xe-XIIIe siècles

De la fin des invasions magyares, dans le second tiers du Xe siècle, jusqu’en 1300, l’Alsace connut un accroissement continu de chantiers de constructions fortifiées privées. Celui-ci se traduisit par l’édification de dizaines de châteaux dont les ruines jalonnent, du Nord au Sud, le versant oriental du massif vosgien et qui ne manquèrent pas de susciter la curiosité de nombre de chercheurs depuis plus d’un siècle. L’histoire de leur construction, ou « art de bâtir », longtemps reléguée au second plan, a connu de grandes avancées grâce à l’archéologie du bâti. Ces études permettent, grâce à la documentation des phases de constructions, d’aborder les questions relatives au fonctionnement d’un chantier et à la gestion des matériaux. Le massif étant divisé entre une partie gréseuse au Nord et une zone cristallophyllienne, plus diverse, au Sud, l’apport de la géologie ou de la chimie des matériaux ouvrent de nouveaux champs de connaissances (composition des mortiers, sélection de roches pour les parements). Posé sur un sommet bien visible, le château cumulait les fonctions de résidence privée et de protection publique et ses parements furent conçus de façon à répondre au mieux aux exigences militaires et résidentielles.

From the end of the Hungarian invasions, in the second third of the 10th Century, until 1300, a growing number of private fortifications was built in Alsace. This phenomenon was represented by dozens of castles, ruins of which punctuate from North to South the eastern side of the Vosges Mountains and stirred up the curiosity of many archaeologists for more than one century. The history of their construction, or “art of building”, considered as secondary for a long time, improved thanks to the archaeological studies of elevations. These researches enable to show information relating to the organisation of a building-yard and the management of materials, thanks to the documentation of the different stages of building. The Vosges massif being divided into a sandstone part in the North and a granite part in the South, geological or chemical studies open new fields of knowledge (composition of mortars, stone selection for the facing of wall…). Built upon a well visible summit, the castle gathered the functions of private residence and public defence, so its walls were designed to fit military and residential requirements at best.  Keywords : castle, fortified residence, hill sites, enceinte, building, facing of walls, course, mortar, scaffolding.

Chantier d’archéologie du bâti à Darnieulles (Vosges)

Un chantier d’archéologie du bâti se tient du 20 au 31 août sur l’ancienne maison forte de Darnieulles.

Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle
Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle

Cet édifice reste un élément du patrimoine lorrain excessivement peu étudié en regard de l’intérêt que le site revêt. Les premières études historiques concernant les sires de Darnieulles ont été réalisées dans les années 1950 par L. Mathieu mais uniquement publiées dans le Bulletin communal en 1980. Autant dire que ce travail reste confidentiel. Depuis, l’abbé Jacques Choux lui a consacré une notice de quelques lignes dans son Dictionnaire des châteaux de France. Lorraine, paru en 1978. Le seul travail ayant un peu d’envergure à ce jour sur la maison forte de Darnieulles est l’œuvre d’A. Laumond, qui publie en 1998 La tour résidence et la maison forte de Darnieulles. Approches historique et archéologique. Ces 24 pages s’insèrent au sein d’un ouvrage collectif : Archéologie vosgienne. Un patrimoine à redécouvrir, hors-série des Annales de la Société d’Emulation des Vosges. Son approche archéologique se résume à une description architecturale, quoique très précise, des éléments discriminants composant la maison forte. L’analyse historique qu’il fournit permet de brosser l’évolution du site à grands traits.

Darnieulles est une paroisse ancienne, dédiée St-Maurice. Dès les années 1090-1150, un lignage de chevaliers possède le site en alleu. Leur puissance s’affirme alors par leur apparition comme signataires de quelques actes épiscopaux ou ducaux et par des donations aux abbayes de Remiremont et Chaumousey. Elle se matérialise aussi dans la pierre au cours de la première moitié du XIIe siècle, par la construction d’un donjon à vocation résidentielle de 15x11m, d’architecture relativement frustre, mais qui reste un exemple unique dans la région. Les sires de Darnieulles finissent par se vassaliser au duc de Lorraine, à la fin du XIIe siècle ou au cours du XIIIe siècle. Le donjon est incorporé à une vaste enceinte au XIVe siècle. Il faut attendre le XVIe siècle, pour qu’un nouveau corps de logis, au nord du donjon, ne remplace ce dernier dans sa fonction d’habitat. Le donjon devient alors un lieu d’engrangement, d’entrepôt.

Darnieulles est un exemple unique en Lorraine de maison forte pour le XIIe siècle. Par ses dimensions, la tour principale, ou donjon, s’inscrit dans la catégorie des bâtiments à fonction résidentielle. Elle comporte à ce titre des éléments de confort, notamment une cheminée, dont on ne connait qu’un seul autre exemple dans le quart nord-est de la France pour la première moitié du XIIe siècle (thèse de J.-C. Kuhn sur les éléments de chauffage dans le nord-est de la France).

Elle reproduit toutefois des éléments de défense passive encore très marqués : porte à l’étage, accessible par une échelle ou un escalier en bois extérieur, enserré dans une tour semi-circulaire accolée au bâtiment, murs épais, ouvertures étroites.

L’état du bâtiment laisse craindre à terme sa disparition, au moins de certaines parties. En effet, les élévations sont envahies par le lierre, deux des quatre chaînes d’angle sont largement dissociées des maçonneries attenantes, des larges ouvertures ont été pratiquées à la base des murs. La consignation des données archéologiques sur les élévations de ce bâtiment apparait donc comme une priorité.

Elévation interne est. On remarque la cheminée.
Elévation interne est. On remarque la cheminée

L’objectif historique et patrimonial est de replacer ce donjon dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales du XIIe siècle. L’édifice semble être une subtile mixtion des grands donjons résidentiels de l’ouest de la France (toutes proportions gardées), des petits donjons résidentiels de l’est du pays (par les techniques de construction) et des Wohnturm germaniques (par l’espace et le confort). Il convient donc de préciser la ou les influences stylistiques observables sur ce bâtiment.

L’objectif archéologique de cette opération est de réaliser une couverture analytique complète du donjon afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux et éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… (relevés au tachéomètre laser, couverture photo, dessin pierre à pierre, renseignements de fiches UC, métrologie). Le cas échéant, des analyses physico-chimiques (lames minces, DRX, dendrochronologies, C14) sont envisagées sur les matériaux jugés pertinents (pierres, mortiers, bois).

L’étude intègre également une thèse en cours sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles. Le chantier est dirigé par Cédric Moulis, sous l’égide de l’Université de Lorraine (EA 1132 Hiscant-MA) et de Nord-Est Archéologie (NEA). Il encadre une dizaine d’étudiants venus des universités de Nancy, Dijon, Lille, Reims et Lyon. Le financement est assuré par la DRAC de Lorraine et le Conseil Général des Vosges.

Chantier d’archéologie du bâti à l’abbaye de Droiteval (Vosges)

Abbatiale de DroitevalUn chantier d’archéologie du bâti se déroule du 21 au 25 mai 2012 sur l’ancienne abbaye de Droiteval (Vosges). Située sur la commune de Claudon, cette abbaye cistercienne est fondée dans la première moitié du XIIe siècle. A l’origine, c’est un monastère féminin, qui finit par être transformé en prieuré masculin au XVe siècle.

Ce chantier, composé de 6 personnes, est placé sous la direction de Marie Nique, qui réalise cette étude dans le cadre d’un mémoire de master en histoire et archéologie à l’université de Lorraine sous la direction de Gérard Giuliato, Cédric Moulis et Pierre Sesmat. Les moyens logistiques proviennent de Nord-Est Archéologie (NEA) et du Pôle Archéologique Universitaire de Nancy (EA 1132, Hiscant-MA). Le financement est assuré par la DRAC Lorraine, via le Service Régional de l’Archéologie, et par le Conseil Général des Vosges.

La principale problématique retenue est la caractérisation du chantier de construction de l’abbatiale, la mise en évidence des phasages sur le bâtiment et le relevé des bâtiments anciens présents sur le périmètre de l’espace claustral, à savoir une maison en vis-à-vis du transept, qui présente un phasage intéressant et une cave voûtée possédant des signes lapidaires. Ces deux éléments sont absolument inédits.

http://www.culture.gouv.fr/cgi-bin/fouillestest?region=toute&departement=Vosges&periode=toute&debut=toute&fin=toute

 

Chantier de fouilles archéologiques à Châtenois (Bas-Rhin) – été 2012

Une campagne de fouilles archéologiques se déroulera à Châtenois, en Alsace, dans le site médiéval du Jardin du Presbytère. Localisé à l’extrémité nord du périmètre fortifié par une enceinte en pierres depuis le milieu du 13e siècle, le site livre, au fil des campagnes de fouilles, les vestiges d’une occupation continue entre l’Antiquité et le bas Moyen Âge. De 2008 à 2010, les fouilles ont mis au jour les vestiges d’une résidence de chevalier en pierres, incendiée au début du 16e siècle. Ce sinistre avait contribué à piéger un mobilier archéologique très riche par sa qualité et sa diversité (armement, outillage viticole, objets de la vie quotidienne).
Ces nouvelles recherches, par l’étude d’un premier état d’occupation (10e – 13e siècle), aborderont la thématique de la genèse des lieux de pouvoir médiévaux. Charles le Simple a séjourné à Châtenois en 914 et une famille noble est connue comme vassale de l’évêque de Strasbourg depuis 1137 dans la localité. La durée du stage permettra de poursuivre l’étude des éléments de mobilier découverts dans les campagnes antérieures.

Conditions d’inscription : chantier prioritairement ouvert aux étudiants en archéologie médiévale (fouilles et études du bâti). Expérience souhaitée. Vaccination antitétanique à jour. Prévoir les chaussures de sécurité.
Nombre de fouilleurs : 8 personnes maximum

Hébergement : logement en gîte assuré par la Commune – draps fournis. Repas servis au gîte.

Calendrier : du 06 au 25 août 2012

Contact : Jacky Koch – Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan
Mel : jacky.koch@pair-archeologie.fr
Tél : 06 28 62 66 81

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence de J.-Cl. Bessac, « les “outils” intellectuels du tailleur de pierre » (mardi 15 mai)

L’HISCANT-MA vous invite à une conférence de Jean-Claude Bessac
(Ingénieur de recherche au sein du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Latte, UMR 5140)

Mardi 15 mai 2012 – 17h
UNIVERSITE DE LORRAINE
Plateforme Libération – 3ème étage – MSH – Salle internationale 324

L’imagination populaire conçoit souvent le tailleur de pierre comme un personnage un peu rude et surtout très costaud qui manie la masse comme un forçat. Les outils intellectuels, comme l’équerre et le compas sont moins représentatifs du métier que les ciseaux, les broches, les têtus, etc. En contrepartie, chez l’homme de métier, ils révèlent la maîtrise graduée d’une science majeure : la géométrie qui lui permet de concevoir et de réaliser les diverses pierres des composantes architecturales les plus complexes. Une telle approche de la taille de pierre est illustrée, entre autres, par l’exemple de l’étude archéologique d’un élément gothique banal, mais révélateur : le pinacle qui nous éclaire sur le jeu géométrique très subtil du tailleur de pierre du passé. Ces exercices intellectuels permanents lui ouvraient des perspectives de progression hiérarchique difficilement concevables dans notre société actuelle. Mais la démarche intellectuelle et la pratique qui en découle étaient alors très intimement mêlées à tous les stades de la production. Et cet homme de métier, quel que soit son niveau, serait très surpris d’apprendre que son travail est aujourd’hui souvent conçu et supervisé par des spécialistes et une hiérarchie très éloignée de la pierre et des savoir-faire qui lui sont propres.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus