Archives par mot-clé : archéologie du bâti

Chantier d’archéologie du bâti à Darnieulles (Vosges)

Un chantier d’archéologie du bâti se tient du 20 au 31 août sur l’ancienne maison forte de Darnieulles.

Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle
Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle

Cet édifice reste un élément du patrimoine lorrain excessivement peu étudié en regard de l’intérêt que le site revêt. Les premières études historiques concernant les sires de Darnieulles ont été réalisées dans les années 1950 par L. Mathieu mais uniquement publiées dans le Bulletin communal en 1980. Autant dire que ce travail reste confidentiel. Depuis, l’abbé Jacques Choux lui a consacré une notice de quelques lignes dans son Dictionnaire des châteaux de France. Lorraine, paru en 1978. Le seul travail ayant un peu d’envergure à ce jour sur la maison forte de Darnieulles est l’œuvre d’A. Laumond, qui publie en 1998 La tour résidence et la maison forte de Darnieulles. Approches historique et archéologique. Ces 24 pages s’insèrent au sein d’un ouvrage collectif : Archéologie vosgienne. Un patrimoine à redécouvrir, hors-série des Annales de la Société d’Emulation des Vosges. Son approche archéologique se résume à une description architecturale, quoique très précise, des éléments discriminants composant la maison forte. L’analyse historique qu’il fournit permet de brosser l’évolution du site à grands traits.

Darnieulles est une paroisse ancienne, dédiée St-Maurice. Dès les années 1090-1150, un lignage de chevaliers possède le site en alleu. Leur puissance s’affirme alors par leur apparition comme signataires de quelques actes épiscopaux ou ducaux et par des donations aux abbayes de Remiremont et Chaumousey. Elle se matérialise aussi dans la pierre au cours de la première moitié du XIIe siècle, par la construction d’un donjon à vocation résidentielle de 15x11m, d’architecture relativement frustre, mais qui reste un exemple unique dans la région. Les sires de Darnieulles finissent par se vassaliser au duc de Lorraine, à la fin du XIIe siècle ou au cours du XIIIe siècle. Le donjon est incorporé à une vaste enceinte au XIVe siècle. Il faut attendre le XVIe siècle, pour qu’un nouveau corps de logis, au nord du donjon, ne remplace ce dernier dans sa fonction d’habitat. Le donjon devient alors un lieu d’engrangement, d’entrepôt.

Darnieulles est un exemple unique en Lorraine de maison forte pour le XIIe siècle. Par ses dimensions, la tour principale, ou donjon, s’inscrit dans la catégorie des bâtiments à fonction résidentielle. Elle comporte à ce titre des éléments de confort, notamment une cheminée, dont on ne connait qu’un seul autre exemple dans le quart nord-est de la France pour la première moitié du XIIe siècle (thèse de J.-C. Kuhn sur les éléments de chauffage dans le nord-est de la France).

Elle reproduit toutefois des éléments de défense passive encore très marqués : porte à l’étage, accessible par une échelle ou un escalier en bois extérieur, enserré dans une tour semi-circulaire accolée au bâtiment, murs épais, ouvertures étroites.

L’état du bâtiment laisse craindre à terme sa disparition, au moins de certaines parties. En effet, les élévations sont envahies par le lierre, deux des quatre chaînes d’angle sont largement dissociées des maçonneries attenantes, des larges ouvertures ont été pratiquées à la base des murs. La consignation des données archéologiques sur les élévations de ce bâtiment apparait donc comme une priorité.

Elévation interne est. On remarque la cheminée.
Elévation interne est. On remarque la cheminée

L’objectif historique et patrimonial est de replacer ce donjon dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales du XIIe siècle. L’édifice semble être une subtile mixtion des grands donjons résidentiels de l’ouest de la France (toutes proportions gardées), des petits donjons résidentiels de l’est du pays (par les techniques de construction) et des Wohnturm germaniques (par l’espace et le confort). Il convient donc de préciser la ou les influences stylistiques observables sur ce bâtiment.

L’objectif archéologique de cette opération est de réaliser une couverture analytique complète du donjon afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux et éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… (relevés au tachéomètre laser, couverture photo, dessin pierre à pierre, renseignements de fiches UC, métrologie). Le cas échéant, des analyses physico-chimiques (lames minces, DRX, dendrochronologies, C14) sont envisagées sur les matériaux jugés pertinents (pierres, mortiers, bois).

L’étude intègre également une thèse en cours sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles. Le chantier est dirigé par Cédric Moulis, sous l’égide de l’Université de Lorraine (EA 1132 Hiscant-MA) et de Nord-Est Archéologie (NEA). Il encadre une dizaine d’étudiants venus des universités de Nancy, Dijon, Lille, Reims et Lyon. Le financement est assuré par la DRAC de Lorraine et le Conseil Général des Vosges.

Chantier d’archéologie du bâti à l’abbaye de Droiteval (Vosges)

Abbatiale de DroitevalUn chantier d’archéologie du bâti se déroule du 21 au 25 mai 2012 sur l’ancienne abbaye de Droiteval (Vosges). Située sur la commune de Claudon, cette abbaye cistercienne est fondée dans la première moitié du XIIe siècle. A l’origine, c’est un monastère féminin, qui finit par être transformé en prieuré masculin au XVe siècle.

Ce chantier, composé de 6 personnes, est placé sous la direction de Marie Nique, qui réalise cette étude dans le cadre d’un mémoire de master en histoire et archéologie à l’université de Lorraine sous la direction de Gérard Giuliato, Cédric Moulis et Pierre Sesmat. Les moyens logistiques proviennent de Nord-Est Archéologie (NEA) et du Pôle Archéologique Universitaire de Nancy (EA 1132, Hiscant-MA). Le financement est assuré par la DRAC Lorraine, via le Service Régional de l’Archéologie, et par le Conseil Général des Vosges.

La principale problématique retenue est la caractérisation du chantier de construction de l’abbatiale, la mise en évidence des phasages sur le bâtiment et le relevé des bâtiments anciens présents sur le périmètre de l’espace claustral, à savoir une maison en vis-à-vis du transept, qui présente un phasage intéressant et une cave voûtée possédant des signes lapidaires. Ces deux éléments sont absolument inédits.

http://www.culture.gouv.fr/cgi-bin/fouillestest?region=toute&departement=Vosges&periode=toute&debut=toute&fin=toute

 

Chantier de fouilles archéologiques à Châtenois (Bas-Rhin) – été 2012

Une campagne de fouilles archéologiques se déroulera à Châtenois, en Alsace, dans le site médiéval du Jardin du Presbytère. Localisé à l’extrémité nord du périmètre fortifié par une enceinte en pierres depuis le milieu du 13e siècle, le site livre, au fil des campagnes de fouilles, les vestiges d’une occupation continue entre l’Antiquité et le bas Moyen Âge. De 2008 à 2010, les fouilles ont mis au jour les vestiges d’une résidence de chevalier en pierres, incendiée au début du 16e siècle. Ce sinistre avait contribué à piéger un mobilier archéologique très riche par sa qualité et sa diversité (armement, outillage viticole, objets de la vie quotidienne).
Ces nouvelles recherches, par l’étude d’un premier état d’occupation (10e – 13e siècle), aborderont la thématique de la genèse des lieux de pouvoir médiévaux. Charles le Simple a séjourné à Châtenois en 914 et une famille noble est connue comme vassale de l’évêque de Strasbourg depuis 1137 dans la localité. La durée du stage permettra de poursuivre l’étude des éléments de mobilier découverts dans les campagnes antérieures.

Conditions d’inscription : chantier prioritairement ouvert aux étudiants en archéologie médiévale (fouilles et études du bâti). Expérience souhaitée. Vaccination antitétanique à jour. Prévoir les chaussures de sécurité.
Nombre de fouilleurs : 8 personnes maximum

Hébergement : logement en gîte assuré par la Commune – draps fournis. Repas servis au gîte.

Calendrier : du 06 au 25 août 2012

Contact : Jacky Koch – Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan
Mel : jacky.koch@pair-archeologie.fr
Tél : 06 28 62 66 81

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence de J.-Cl. Bessac, « les “outils” intellectuels du tailleur de pierre » (mardi 15 mai)

L’HISCANT-MA vous invite à une conférence de Jean-Claude Bessac
(Ingénieur de recherche au sein du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Latte, UMR 5140)

Mardi 15 mai 2012 – 17h
UNIVERSITE DE LORRAINE
Plateforme Libération – 3ème étage – MSH – Salle internationale 324

L’imagination populaire conçoit souvent le tailleur de pierre comme un personnage un peu rude et surtout très costaud qui manie la masse comme un forçat. Les outils intellectuels, comme l’équerre et le compas sont moins représentatifs du métier que les ciseaux, les broches, les têtus, etc. En contrepartie, chez l’homme de métier, ils révèlent la maîtrise graduée d’une science majeure : la géométrie qui lui permet de concevoir et de réaliser les diverses pierres des composantes architecturales les plus complexes. Une telle approche de la taille de pierre est illustrée, entre autres, par l’exemple de l’étude archéologique d’un élément gothique banal, mais révélateur : le pinacle qui nous éclaire sur le jeu géométrique très subtil du tailleur de pierre du passé. Ces exercices intellectuels permanents lui ouvraient des perspectives de progression hiérarchique difficilement concevables dans notre société actuelle. Mais la démarche intellectuelle et la pratique qui en découle étaient alors très intimement mêlées à tous les stades de la production. Et cet homme de métier, quel que soit son niveau, serait très surpris d’apprendre que son travail est aujourd’hui souvent conçu et supervisé par des spécialistes et une hiérarchie très éloignée de la pierre et des savoir-faire qui lui sont propres.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée d’études : « Charpentes et couvertures en Lorraine » (21 avril)

Charpente et voûte de la croisée des transepts et du choeur de l’église.
Dugny - Cliché C. MOULIS - droits réservés

 

 

 

Le Comité d’Histoire Régional de Lorraine organise une journée d’études consacrée aux Charpentes et couvertures lorraines samedi 21 avril à Marainviller à côté de Lunéville.

 

 

 

 

Au programme :

  • 9h15,  Jean-Yves HENRY : Vocabulaire et typologies  des charpentes rurales en  Lorraine
  • 10h,  Ivan FERRARESSO : Les charpentes du XIIIè s. au XVIè s.
  • 10h45,   Luc BONACCINI : Charpentes et couvertures  en Meurthe-et-Moselle, plus particulièrement dans le Bayonnais
  • 11h30, Bernard PARISSE : Toits et tuiles en Lorraine
  • 12h15 déjeuner libre
  • 14h, Jean-François GEORGEL : Spécificités des charpentes et couvertures dans les Hautes Vosges
  • 14h45, Joël  GALMICHE : Les chalots
  • 15h30, Jean-Luc MADDALON : Restauration et entretien des charpentes lorraines
  • 16h15 : François ZAUG fera découvrir deux charpentes dans le village de MARAINVILLER

  Il est recommandé de s’inscrire auprès du comité d’histoire régionale :  chr@lorraine.eu

 

Une bonne occasion de faire le point sur un thème d’archéologie du bâti trop souvent laissé aux seuls spécialistes.

 

Source : http://chr.lorraine.eu/chr/informations.php?frm_provenance=accueil&frm_ref_information_chr=209&type=actualite

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise œuvre ». Rapport d’activité 2011

Responsables du PCR : Karine Boulanger (INRAP) et Cédric Moulis (Université de Lorraine)

Ce PCR, initié en 2008, a pour but de synthétiser des données visant à la compréhension de l’économie de la pierre. Il fédère des chercheurs de l’Université de Lorraine, de l’INRAP et du musée de Sarrebourg, autour de différents sites de l’archéologie préventive ou programmée. Le projet parcourt une chronologie qui va de l’époque gallo-romaine au début de l’Époque moderne, dont une thématique s’articule principalement autour de la pierre des édifices seigneuriaux du Moyen Âge (Xe-XVe siècles).

Quatorze sites médiévaux y sont abordés, en privilégiant la diversité géographique et la répartition chronologique. Seul le bâtiment de prestige de ces sites est généralement pris en compte. Ils sont préférentiellement établis sur des gisements de calcaire ou des bancs de grès et leur  construction recourt soit au grand appareil soit aux moellons.

En 2011, trois nouveaux sites ont fait l’objet d’une étude en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Lorraine.

 

La carrière du Streitwald (57) – Dominique Heckenbenner (ARAPS), Cédric Moulis & Vianney Muller (Université de Lorraine)

Les carrières du Streitwald sont situées légèrement à l’est d’une éminence (483 m) dominant à l’ouest la vallée de Lettenbach, à l’est et au nord la vallée de la Sarre Rouge. Le substrat rocheux est exclusivement constitué par les couches intermédiaires du Buntsandstein, alors que le rebord escarpé du plateau correspond au conglomérat principal.

Les deux carrières, de dimensions modestes (18 m x 12 m pour la première, 11m x 10 m pour la seconde), se trouvent sur une vaste terrasse anthropique de forme rectangulaire. Leur intérêt réside dans la présence de tas constitués de blocs de pierre.

Des sondages ont permis de procéder à une première reconnaissance des fronts de taille, au nettoyage des stocks de pierre et à l’enlèvement d’une partie d’entre eux après leur enregistrement. Dans la carrière 1, le front de taille visible, orienté nord-ouest/sud-est, se présente de manière fragmentée et montre que l’extraction s’est exercée d’une part du nord-est au sud-ouest et de l’est à l’ouest. Des traces d’extraction (emboîtures de coin creusées au pic) ont pu être observées. Dans la carrière 2, la partie supérieure de deux fronts de taille a été identifiée.

Carrière du Streitwald : Front de taille (à gauche) et stock de pierres
Carrière du Streitwald : Front de taille (à gauche) et stock de pierres

Le stock de pierres dans la carrière 1 et 2 comprenait 555 blocs visibles. Les modules des blocs de forme parallélépipédique, sont relativement constants : entre 30 et 40 cm de longueur sur 25 à 35 cm de largeur, et de 10 à 20 cm d’épaisseur. Quelques blocs ont une forme triangulaire et quelques-uns sont de plus grande taille (50 x 40 x 20 cm). Ces dimensions correspondent bien aux traces laissées par l’extraction des blocs sur la roche. Le carrier n’avait donc pas à tailler le bloc après l’avoir sorti de la roche. Cela explique que les blocs ne portent pas de traces de taille, mais uniquement des traces d’extraction.

Aucun indice de datation n’a pour l’instant été mis en évidence. La forme et le module des blocs permettent d’envisager une utilisation probable de moellons de construction. Le site du Vieux-Château, identifié comme le château d’Ischeid (XIe siècle ?), peu éloigné et facilement accessible  pourrait être le site d’utilisation de ces blocs. Bien que le château soit ruiné, et qu’aucune fouille n’ait permis d’en dégager les vestiges, les observations faites sur les parements visibles du donjon ont permis de mettre en évidence la correspondance des moellons du Vieux-Château avec ceux de la carrière, tant pour ce qui concerne les modules utilisés que pour ce qui concerne le type de grès.

Les sondages réalisés en avril 2012 permettront de poursuivre l’étude de ces deux carrières, de réaliser les relevés et les enregistrements des traces d’extraction, des fronts de taille et des blocs extraits.

 

Le donjon de Blâmont (54) – Cédric Moulis (Université de Lorraine)

Le château de Blâmont se situe à la confluence de la Vezouze et de la Voise, à 30 kilomètres à l’est de Lunéville, sur les derniers contreforts du Bassin Parisien. Il se perche à 292 m d’altitude à l’extrémité sud-ouest d’un éperon calcaire du Muschelkalk.

Le donjon, dont il ne reste que trois pans, est établi en barrage de l’éperon, protégé par un fossé sec qui fit office de carrière. Il a une emprise au sol de 11,6 m de côté pour une hauteur de 15,7 m. L’espace intérieur offre pour chacun des niveaux une surface de 49 m2. Les angles extérieurs du bâtiment sont arrondis, caractéristique relativement commune sur les édifices bâtis en moellons calcaires. Il est jusqu’à présent daté de la fin du XIIe ou des toutes premières années du XIIIe siècle.

Le bâtiment s’agence selon trois niveaux : une pièce aveugle au niveau du sol, haute de 6 m, un premier étage muni de deux fenêtres, haut de 3,6 m, et un second étage également percé de deux fenêtres et de la porte d’entrée. Depuis la courtine sud-est, une passerelle en bois donne accès à un petit pont-levis. Deux portes se succèdent ensuite avant d’entrer. Entre ces portes, on remarque une trappe, qu’un plancher amovible rendait opérationnel.

Face nord-est du donjon de Blâmont

Le parement est constitué de moellons grossièrement équarris, dont la hauteur d’assise varie entre 9 et 20 cm, pour une profondeur de 20 à 50 cm et qui sont manipulables par une personne seule. D’autres modules présentent des hauteurs d’assises de 25 à 45 cm. Il faut le concours de plusieurs ouvriers et d’engins de levage pour les manipuler. Le blocage du donjon est principalement constitué de pierres plates disposées en épi, mais ce procédé n’est pas respecté sur l’ensemble de la maçonnerie. À la chaux et au sable du mortier sont adjoints des matériaux grossiers. La face nord-est présente à sa base un enduit où l’on devine des joints tirés au fer, témoins d’un intérêt esthétique notoire.

On dénombre quatre séquences de construction. L’option retenue est de monter parement et blocage simultanément avec des moellons. Cette technique contraint à reprendre l’horizontalité des assises à intervalles rapprochés, tous les 50 cm. Toutefois, tous les deux mètres environ, les niveaux de réglage sont beaucoup plus marqués, notamment par l’utilisation de gabarits plus importants. Cette première séquence fonctionne jusqu’à 6,50 m de hauteur, où un retrait semble traduire un arrêt de chantier. La seconde séquence prolonge ce procédé jusqu’au milieu du premier étage. Pour la troisième séquence, l’augmentation de la hauteur des assises est peut-être due au changement de strate dans la carrière. Cette séquence s’achève au milieu du second étage. On retrouve ensuite une dernière séquence aux caractéristiques identiques à la première.

Blâmont offre les caractéristiques d’un petit donjon résidentiel à défense passive. Son étude met en évidence un chantier d’extraction et de mise en œuvre de la pierre non standardisé. Si des contraintes financières ont pu jouer un rôle, les ressources locales ne permettaient pas l’approvisionnement régulier du chantier en beaux blocs taillés. Les pierres sont alors posées selon leur arrivée sur l’atelier de maçonnerie, en essayant de respecter au maximum les hauteurs d’assises, ce qui est facilité par leur petite taille et des joints gras. On réserve quand même les pierres les plus hautes pour les assises de réglage et pour créer comme un cerclage.

 

Le donjon de Pierre-Percée (54) – Cédric Moulis (Université de Lorraine)

Le château de Pierre-Percée est situé à 495 m d’altitude dans le massif des Vosges. Il contrôle l’un des accès au col du Donon, voie de communication très fréquentée entre Lorraine et Alsace. Les vestiges sont posés sur une plateforme longue de 130 m et large de 18 m au maximum, constituée de grès vosgien du Buntsandstein (t1b), feldspathique et de couleur rose.

Le donjon est construit à l’extrémité ouest de la plateforme. Il surplombe une seconde terrasse qui faisait office de seconde basse-cour, la première étant située sur le flanc nord. Le donjon est un rectangle de 8 x 7,60 m de côté. Les murs présentent une épaisseur qui varie de 1,75 à 2,15 m. L’ensemble repose sur une base légèrement plus large que le reste de l’élévation, séparée par un larmier. Outre le rez-de-chaussée, deux autres niveaux sont décelables, accessibles par des échelles, le plus élevé présentant des ouvertures. Les parements extérieurs possèdent un bossage sur la quasi-totalité des pierres.

La face est, la mieux conservée du donjon, est haute de 14,35 m. Une fenêtre en plein cintre très étroite s’ouvre sur le deuxième étage, et une brèche tardive permet l’accès au rez-de-chaussée. La face sud a une hauteur de 13,90 m. La porte d’entrée voûtée en plein cintre de l’édifice offre un accès direct au second étage. Une coursive en bois le long du mur menait à cette porte depuis l’enceinte castrale. Les élévations présentent très peu d’indices suggérant l’échafaudage du chantier. L’épaisseur des murs laisse suggérer que la circulation des ouvriers et des matériaux se faisait sur ceux-ci.

Donjon de Pierre-Percée, faces sud (avec la porte d'entrée) et est

L’ensemble de l’édifice est constitué de pierres posées en lits réguliers. On ne dénombre que de très rares entorses à cette organisation, la plupart correspondant à des ajustements liés aux chaînes d’angle ou à la couture d’une assise faisant le tour du bâtiment. Nous pouvons estimer que les assises les moins hautes servent à régler la maçonnerie, tant en horizontalité qu’en verticalité. On remarque une nette différence entre les gabarits utilisés pour le parement extérieur (33 x 54 cm) et ceux employés dans le parement interne (28 cm de hauteur maximale). Cela montre bien la logique de construction sur le bâtiment : les gros gabarits sont placés en extérieur pour « prévenir » les mouvements de maçonnerie, alors qu’à l’intérieur, le rôle architectonique étant moindre, on peut donc utiliser des gabarits plus petits et plus maniables. Selon les typochronologies alsaciennes, les modules extérieurs sont datables du premier quart du XIIIe siècle. Cette constatation ne s’accorde pas complètement avec l’analyse historique et doit permettre le réexamen des conditions d’apparition de ce bâtiment.

Les maçonneries sont liées avec un mortier de chaux. La présence de quelques pierres calcaires disposées dans le blocage des murs laisse penser que la fabrication de la chaux se faisait directement sur le chantier.

L’utilisation de ce donjon s’oriente vers la fonction de stockage et de retrait provisoire en cas de conflit. Son exiguïté et les niveaux aveugles permettent de le faire entrer dans la catégorie des Bergfried, donjon-refuges qui sont légion sur le versant alsacien du massif vosgien.

 

Chapelle des templiers de Xugney, bilan archéologique 2011

Cette dernière année d’intervention sur la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Xugney (Rugney, Vosges, XIIe siècle) a permis de compléter les données recueillies depuis 2006 sur différents points.

 

Structuration de la nef 

La présence de trous de boulins sur l’élévation sud est très fluctuante d’une travée à l’autre. Ils témoignent ainsi d’une étape de chantier importante, où les maçonneries des trois travées, à l’intérieur comme à l’extérieur, sont mises à niveau. Sur l’élévation nord, nous ne remarquons aucune cohérence dans les niveaux de platelage, mais ils sont quelquefois en concordance avec l’extérieur, notamment sur la travée 3. Ces éléments montrent la complexité du développement du chantier sur ce pan de mur. La base du gouttereau nord présente une série d’assises d’un module semblable aux parties hautes. Le mortier est un liant beige qui s’apparente à celui observé dans les autres parties du bâtiment datées de la seconde moitié du XIIe siècle. Il est associé à un enduit blanc semblable à celui observé sur deux des pans du chevet pentagonal.

 

Armature dans les élévations de la nef

Une prospection radar intra-muros n’ayant pu fournir d’information significative, trois sondages ont été pratiqués au-dessus de la corniche haute. Le premier, dans la première travée du gouttereau nord, a permis la découverte à 28 cm de profondeur d’une poutre en chêne observée sur 83 cm de long et dont la section (12 cm) et l’alignement est identique à celle observée en 2010 dans la seconde travée. L’analyse dendrochronologique effectuée sur ce nouvel élément indique un terminus post quem après 1138. Le second sondage, situé dans la seconde travée du gouttereau sud, ne montre plus que le négatif de la poutre. Le troisième, dans le mur pignon, s’est révélé négatif jusqu’à 53 cm de profondeur. La nef semble donc toutefois armée par une structure ligneuse, posée au niveau de la corniche haute, à la retombée des voûtes du bâtiment. Reliées entre-elles, elles maintiennent les sommiers destinés à recueillir la retombée des arcs formerets, doubleau et des arêtes. Ce renfort est une réponse pour endiguer la poussée de la voûte d’arêtes, ce qui de facto privilégie l’hypothèse d’un voûtement dès l’apparition de la chapelle.

 

Voûtement de la nef

La faible épaisseur des murs, la largeur des travées, et le parement au-dessus des formerets laissaient présager que le bâtiment ne fût jamais voûté. Après analyse fine de la structure, de nombreux arguments militent en faveur d’un voûtement dès la construction de la chapelle : découverte d’un voussoir torique avec une marque de tâcheron identique à celles retrouvées sur la chapelle, chapiteaux des pilastres engagés conçus pour accueillir la retombée en sifflet de voûtes d’arêtes, un probable vestige du remplissage des voutains. Il nous faut toutefois valider l’hypothèse par l’analyse en lame mince des mortiers prélevés.

 

Traces et signes lapidaires

À partir d’exemples observés à Xugney, nous avons réalisé des tests d’archéologie expérimentale sur la mise en place d’un layage et des signes lapidaires afin d’étudier les gestes et microgestes du tailleur de pierre. Nous avons quantifié le nombre d’impacts visibles sur une face travaillée à la laye par rapport au nombre de coups réels porté par le tailleur. Des phénomènes de latéralité ont également été mis en évidence, mais pour la taille brettelée. Pour les signes lapidaires, une fiche spécifique a été créée. La spirale fourchée, présente 17 fois à Xugney, a été analysée. Le sens de giration de la spirale, les à-coups portés au tracé, les stigmates du pivotement du ciseau, permettent de démontrer que ce symbole n’est pas utilisé par un tailleur, mais bien par une équipe. L’ensemble de ces données amène à mieux appréhender le travail du tailleur de pierre, le temps qu’il peut mettre à la réalisation d’un module, et donc l’organisation du chantier.

 

Relevé de la tour d’entrée de la commanderie

La tour sud-est est conservée sur une hauteur 6 m pour un diamètre de 4,50 m, et présente un parement composé de moellons calcaires et dolomitiques assisés dont les couleurs varient du beige au rouge. L’épaisseur des murs ne dépasse pas 65 cm. L’ensemble est lié au mortier de chaux, mais l’édifice a été repris en sous-œuvre, ou rejointoyé, avec un ciment gris. Elle possède trois arquebusières monolithiques au rez-de-chaussée, composées d’une fente verticale de 21 cm de haut au centre de laquelle est percé du trou de 8 cm de diamètre. La niche ne permet pas une large couverture des côtés, le tir est donc essentiellement perpendiculaire à l’ouverture. L’ensemble de cette construction datée des XVI-XVIIe siècles répond selon toute vraisemblance aux impératifs de défense légère face aux troubles liés aux guerres de religion puis à la guerre de Trente ans.