Archives par mot-clé : colloque

Appel à communications : Colloque Paul Perdrizet (Nancy, 7-9 novembre 2018)

Appel à communication : « colloque Paul Perdrizet » (Nancy, 7-9 novembre 2018)

Les travaux de l’archéologue et historien de l’art Paul Perdrizet (Montbéliard, 1870 – Nancy, 1938) restent des références importantes dans des domaines aussi variés que l’épigraphie grecque (Perdrizet et Lefebvre 1919), les terres cuites de l’Égypte gréco-romaine (Perdrizet 1921) ou encore l’iconographie de la Vierge (Perdrizet 1908) et le culte des saints à la fin du Moyen Âge (Perdrizet 1933), pour ne prendre en exemple que quelques-unes de ses études toujours citées par la recherche contemporaine. Pourtant, cette personnalité riche et complexe n’a pratiquement pas fait l’objet de travaux d’historiographie, hormis quelques contributions ponctuelles sur certaines de ses missions les plus fécondes, comme celle de Chypre en 1896 (Masson 1993). Significativement, le colloque intitulé « Paul Perdrizet », tenu à Strasbourg en 1991, concernait en réalité le centenaire des fouilles de Delphes et l’œuvre de l’archéologue y fut à peine mentionnée. La longue nécrologie que lui consacra Charles Picard, dans l’hommage rendu par l’Académie des inscriptions et belles-lettres en juin 1938, resta donc la source unique des quelques notices biographiques qui ont par la suite été consacrées au savant nancéien (Provost 2015).

La redécouverte en 2012 des archives de Paul Perdrizet que les héritiers de sa veuve, Lucile Gallé-Perdrizet, avaient généreusement confiées à l’université de Nancy en 1981, a été suivie d’un programme d’inventaire et de mise en valeur. Un premier volet s’est traduit en 2016 par la mise en ligne d’une base de données (Archives Perdrizet). Ces travaux préliminaires ont révélé la richesse du fonds Perdrizet aussi bien pour ses activités scientifiques que pédagogiques. Ils ont aussi entraîné la découverte de nouvelles archives familiales éclairant des aspects méconnus de sa personnalité, en particulier sa carrière parallèle d’homme d’affaires et de directeur des Établissements Gallé, la célèbre cristallerie d’art nancéienne, à partir de 1914.

Continuer la lecture de Appel à communications : Colloque Paul Perdrizet (Nancy, 7-9 novembre 2018)

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Appel à communication. Colloque « Pierre à pierre » II

La première édition de ces rencontres consacrées à l’économie de la pierre aux périodes historiques, qui s’est tenue à Nancy en 2015, a permis de rappeler la vitalité des recherches menées autour de ce thème, en insistant sur les travaux récents réalisés en Lorraine. Ces rencontres ont également permis de conclure à la nécessité de voir les débats se prolonger au fil d’un cycle de rencontres internationales consacrées à l’économie de la pierre et organisées tous les trois ans. Le deuxième colloque de ce cycle se tiendra à Namur et à Dinant en décembre 2018. Il sera co-organisé par l’Université de Namur, par l’Université de Lorraine, par l’Université catholique de Louvain, par l’Université libre de Bruxelles, par l’INRAP et par la Maison du Patrimoine médiéval mosan.
Ce colloque permettra de centrer les réflexions sur la vallée mosane, célèbre pour ses ressources lithiques, et dont les tronçons de la Meuse moyenne comme de la basse Meuse constituent depuis l’Antiquité l’une des artères économiques majeures dans cette région d’Europe ; il visera également à élargir les questionnements aux régions limitrophes, telles que le Brabant, le Hainaut, les Ardennes, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la région d’Utrecht et du Gelderland, etc.
Afin de perpétuer l’approche largement diachronique privilégiée à Nancy en 2015, la période
couverte est à nouveau très vaste, puisqu’elle s’étend du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle.
Dans le prolongement des débats de 2015, également, le colloque « Pierre à Pierre II » souhaite privilégier trois grands axes thématiques.

LA GEOGRAPHIE DE LA PIERRE (axe 1), tout d’abord, prendra en compte à la fois les lieux d’extraction et les aires chrono-culturelles de diffusion des matériaux. On s’intéressera ainsi particulièrement aux carrières mosanes afin de faire progresser la cartographie diachronique de l’activité extractive mais aussi, au gré des possibilités offertes par les vestiges d’extraction traditionnelle et des sources écrites disponibles, aux modalités d’exploitation des gisements. Les considérations sur le travail en carrière seront également l’occasion de faire progresser les débats relatifs aux interactions entre la logistique du chantier, l’organisation de l’atelier et le travail en carrière, qu’il s’agisse de techniques d’extraction ou du façonnage des blocs.

LA PIERRE SUR LE CHANTIER DE CONSTRUCTION (axe 2), ensuite, recèle de multiples problématiques. Les stratégies d’approvisionnement des chantiers de construction pourront par exemple être envisagées à l’aune des recherches archéologiques comme des études historiques récentes. Ces travaux permettront d’alimenter les débats sur les aires de diffusion des matériaux comme de mettre en évidence l’évolution des techniques de construction, voire des styles, influant sur l’approvisionnement du chantier. A contrario, la rationalisation probable du travail d’exploitation des carrières à la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes est susceptible d’avoir influé sur l’organisation de la construction.
Les techniques de taille et de mise en œuvre pourront par ailleurs être abordées sous de nombreux autres aspects, aussi bien techniques (évolution de l’outillage, des techniques de taille, propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, etc.) que logistiques (le phénomène du remploi, la rationalisation et la standardisation sur le chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, etc.). Le croisement des différentes sources doit également mener, si
possible à une lecture anthropologique du chantier de construction, afin de révéler de manière plus
concrète les hommes qui se cachent derrière les phénomènes techniques et économiques analysés.
Ce colloque réservera par ailleurs un intérêt particulier aux interactions entre la pierre et les autres matériaux de construction. La manière dont la brique s’impose progressivement sur le chantier de construction des Temps modernes et les enjeux liés à la cohabitation de la brique et de la pierre dans l’architecture sont par exemple des questions qui méritent d’être envisagées dans le cadre de ce colloque. Dans le même ordre d’idées, la pétrification de la construction en pan-de-bois aux Temps modernes gagnera également à être interrogée sous l’angle de l’économie de la pierre de taille.

Enfin, afin de faire honneur aux pierres de Meuse, mais également de mettre en évidence un thème de recherche peu traité lors du colloque précédent de cycle, les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur LA PIERRE EN TANT QUE MOBILIER OU ELEMENT DECORATIF (axe 3). En effet, elle permet de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.
Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.
Langues du colloque: français et anglais

Stone by stone_call for papers Pierre à Pierre II_appel à comm

Proposition de communication : avant le 15 février 2018

Colloque : 6-7-8 décembre 2018

Envoi des textes pour la publication : avant le 1er avril 2019 Publication des Actes : 2020
Lieu : Université de Namur (6-7/12) ; Dinant (8/12)

Comité d’organisation : Fr. Blary, K. Boulanger, M. Macaux, C. Moulis, M. Piavaux, C.-M. Vandermensbrugghe, L. Verslype.

Contact : Mathilde MACAUX – AcanthuM- UNamur, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur 00.32.81.724187 – mathilde.macaux@unamur.be

Colloque : « Composer avec l’ennemi en 14-18 ? » (Charleroi, 26-27 octobre)

Le Musée du Verre de Charleroi organise, les 26 et 27 octobre 2017, un colloque européen avec pour titre :

« Composer avec l’ennemi en 14-18 ? La poursuite de l’activité en zones de guerre »

Comment parvenait-on à travailler en zones occupées ou sur la ligne de front pendant le premier conflit mondial?

Pascal Deloge et Pierre Tilly mettent en avant le développement d’une « stratégie du moindre mal » pour expliquer la poursuite de l’activité industrielle en Belgique pendant la Grande Guerre. Certains secteurs ont en effet poursuivi leur fabrication au gré des humeurs de l’occupant. Tout comme dans le Nord de la France occupée (Colloque « Guerre mondiale et bassins industriels en territoire occupé » Maubeuge, 2014), la Belgique, moteur industriel d’avant-guerre n’a pas vécu la destruction systématique de son appareil de production.

Les célébrations du centenaire sont l’occasion de confronter le discours orienté des vainqueurs d’après-guerre (Charles de Kerchove de Denterghem, 1927) à la réalité des faits, à l’aune des sources d’archives toujours disponibles. Dans le secteur verrier par exemple, l’historiographe belge a pour habitude de faire, de l’industriel Emile Fourcault le seul « traître à sa patrie ». Or, les documents d’époque montrent qu’un grand nombre de verreries ont maintenu leur fabrication pendant le conflit. Son retentissant procès n’est-il pas finalement l’arbre qui cache la forêt? Il paraît désormais évident que l’industrie du verre – qui n’a encore jamais été étudiée à ce jour – ne constitue pas le seul exemple de la poursuite des activités en zones de guerre.

L’occasion est donc ici donnée d’étudier le fonctionnement quotidien de l’industrie pendant le conflit et au-delà, d’estimer à qui finalement, cela a profité, entre redistribution des parts de marché et remise à niveau de l’outil de production.

Ces rencontres sont l’occasion de confronter les réalités vécues par le secteur industriel en Belgique comme dans le Nord et l’Est de la France, afin de poursuivre et d’élargir le champ de réflexion entamée par Pascal Deloge et Pierre Tilly.

Programme du colloque Composer avec l’ennemi 14-18

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque : Architecture et urbanisme après la Grande Guerre (Muséum Aquarium de Nancy, 4-7 octobre)

Colloque : Architecture et urbanisme après la Grande Guerre.

La reconstruction en Lorraine et dans le Grand Est

La DRAC Grand Est et l’AMAL (Archives modernes de l’architecture lorraine) organisent un colloque intitulé : « Architecture et urbanisme après la Grande Guerre. La reconstruction en Lorraine et dans le Grand-Est », prévu du 4 au 7 octobre 2017. Les journées des 4 et 6 octobre sont consacrées aux communications. Le 5 octobre, deux parcours de visite sont proposés en Meuse et Meurthe-et-Moselle, accompagnés de commentaires d’historiens, afin de mettre en valeur différentes communes représentatives de Lorraine. La matinée du samedi 7 octobre est organisée autour d’une table ronde « De la connaissance au patrimoine : un nouvel enjeu pour nos territoires ? », en présence d’élus de collectivités territoriales et de professionnels de l’aménagement du territoire.

Continuer la lecture de Colloque : Architecture et urbanisme après la Grande Guerre (Muséum Aquarium de Nancy, 4-7 octobre)

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : D’Attel de Luttange, ce célèbre inconnu (Verdun, 8 septembre)

Le Musée de la Princerie, à Verdun, accueille du 8 septembre au 30 octobre 2017 une exposition intitulée, « D’Attel de Luttange, ce célèbre inconnu »,

L’inauguration de l’exposition, le vendredi 8 septembre, est précédée d’une journée d’études sur le thème : « Jean-François Didier d’Attel de Luttange (1787-1858) savant ou fou littéraire ? », au Centre mondial de la paix de Verdun (entrée libre), dans le cadre du programme de recherche dirigé par Jean-Christophe Blanchard et soutenu par la MSH Lorraine.

Invitation à l’exposition et renseignements :

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

31e Journée des restaurateurs en archéologie (LAM, Jarville-la-Malgrange, 12-13 octobre)

Les 31e Journées des restaurateurs en archéologie sont organisées cette année par le Laboratoire d’archéologie des métaux de Jarville-la-Malgrange, les 12 et 13 octobre.

Les communications seront présentées dans l’amphithéâtre Lucien Cuénot du Museum Aquarium de Nancy.

Pour en savoir plus : programme et bulletin d’ inscription JRA 2017

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » (Strasbourg, 16-18 mars)

 

L’Université de Strasbourg  organise du 16 au 18 mars un colloque international intitulé « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » dont plusieurs communications concernent les collections de photographies archéologiques anciennes et leurs usages pédagogiques.

La collection de plaques de l’Institut d’archéologie classique, créé en 1902 par Paul Perdrizet à la faculté des lettres de Nancy, fera ainsi l’objet d’une communication autour du rôle personnel de son fondateur dans la constitution du fonds :

« De la commande à la pratique de la photographie archéologique : la collection des plaques photographiques de Paul Perdrizet à l’université de Nancy (1899-1938) » par Samuel Provost, mercredi 16 mars, 16h40.

Programme complet du colloque

[Mise à jour du 24 mars 2016]

Les communications filmées du colloque peuvent être entièrement visionnées sur le site de Canal C2, la web-télé de l’université de Strasbourg.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque International – 11-12 décembre 2015

Fortification et artillerie en Europe autour de 1500. Le temps des ruptures.

12279135_10208479341689369_9140775186834515963_n

Programme des deux jours :

12239544_10208479355929725_4045320335147591185_n

Informations pratiques :
10-11 décembre
Entrée libre
Déjeuners du vendredi 11 et du samedi 12 sur réservation avant le 8 décembre.
Prix : 17 euros.
Possibilité d’hébergement.
Réservations, conditions déjeuner et hébergement : marie-odile.lambert@epinal.fr
Renseignements colloque : contact@vieux-chatel.fr

Colloque « Philippes 1914-2014 Cent ans de recherches de l’École française d’Athènes » (Thessalonique et Kavala, 23-25 octobre)

Plan restitué de Philippes (© S. Provost 2014)
Plan restitué de Philippes (© S. Provost 2014)

Cité grecque fondée dans une aire de peuplement thrace, conquise par Philippe de Macédoine, colonisée plus tard par les Romains et visitée par l’apôtre Paul, Philippes s’est durant des siècles trouvée au carrefour entre Orient et Occident, sur la principale route qui menait de l’Italie à l’Asie Mineure en passant par Byzance.

Aux origines, il y eut Daton, puis Krénidès, établissements grecs en terre thrace. Les mines d’or du Mont Pangée exercèrent un attrait irrésistible sur le roi Philippe de Macédoine, père d’Alexandre le Grand, qui annexa l’établissement en 356 av. J.-C. et lui donna son nom. Le site continua à occuper le devant de la scène : c’est dans la plaine de Philippes qu’eut lieu en 42 av. J.-C. la bataille opposant Brutus et Cassius, les
assassins de César, aux héritiers de ce dernier, Octave (le futur Auguste) et Antoine. Ce dernier fonda une colonie et y installa ses vétérans. Un siècle plus tard, l’apôtre Paul débarqua non loin de là pour sa première escale en territoire européen. Son passage est relaté dans les Actes des Apôtres. Philippes abrita la première communauté chrétienne d’Europe. Les grandes basiliques construites entre le IVe et le VIe s. sur le modèle des églises de Constantinople dominent encore le site.
Abandonné au ΧΙVe s., le site est décrit par divers voyageurs depuis la Renaissance. En 1861, Napoléon III dépêche une expédition scientifique en Macédoine. Dirigée par Léon Heuzey, celle-ci a pour mission d’étudier les sites liés à l’histoire de César à laquelle travaille l’empereur. C’est ainsi qu’est réalisé le premier inventaire systématique des vestiges archéologiques de Philippes, consigné dans la Mission archéologique de Macédoine, parue en 1876. Ce n’est qu’au début du XXe s. que le site commence à faire l’objet d’investigations systématiques grâce à de l’École française d’Athènes qui y organise une première mission d’étude en 1914.
Dans l’entre-deux-guerres, des fouilles d’envergure permettent de mettre au jour le centre monumental de la colonie romaine et les basiliques chrétiennes. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Service
archéologique grec, la Société archéologique d’Athènes et l’Université Aristote de Thessalonique mènent des recherches ainsi que des travaux de préservation et de valorisation des monuments. Parallèlement, l’École française a poursuivi son travail de recherche au moyen de fouilles de moindre ampleur, de prospections, d’études et de publications de matériel archéologique.

Organisé à Thessalonique le 24 octobre 2014, le colloque du 100e anniversaire – « Le site de Philippes, passé, présent, avenir » – aura pour objectif de dresser un bilan des recherches menées depuis un siècle sur le site et de dessiner les perspectives des études futures, dans tous les domaines (archéologie, architecture, prospections, géomorphologie, épigraphie, histoire) et pour toutes les périodes (de la préhistoire à la
période byzantine). La table ronde qui clôturera le colloque, animée par des représentants du ministère de la culture grec, prendra appui sur cette synthèse des travaux passés ou présents pour dessiner les contours de la politique scientifique des années à venir.
Une séance spéciale de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sera consacrée au site de Philippes le 14 novembre 2014. Conçue comme un prolongement du colloque de Thessalonique, cette journée permettra de mettre l’accent sur les études d’épigraphie et d’architecture menées par l’École française d’Athènes sur le site.

Programme du colloque à Thessalonique et Kavala

23 octobre — Thessalonique
Musée de la Civilisation byzantine
18h Adresses:
Agathonikè Tsilipakou, Directrice du Musée de la Civilisation byzantine
Alexandre Farnoux, Directeur de l’École française d’Athènes
18h45 Conférence inaugurale :
Pierre Ducrey, Associé étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France), Président du Conseil d’administration de l’École française d’Athènes
« Philippes, la redécouverte d’un site. 100 années de recherches historiques et archéologiques »

24 octobre 2014 – Thessalonique
Colloque international : « Le site de Philippes, passé, présent, avenir ». Musée de la Civilisation byzantine

Bâtiment administratif, Amphithéâtre Stephanos Dragoumis
9h30. Haïdo KOUKOULI-CHRYSSANTHAKI, membre de la Société archéologique, ancienne Éphore des Antiquités préhistoriques et classiques de Kavala :
« Le site de Philippes : le cadre géographique et l’occupation humaine durant la préhistoire ».
Discutant : Laurent LESPEZ, professeur à l’Université de Paris Est créteil

10h30. Olivier PICARD, membre de l’Institut de France :
« Philippes, Thasos et les Thraces : une affaire d’argent ».
Discutant : Séléné PSOMA, professeur à l’Université capodistrienne d’Athènes

11h30. Miltiade HATZOPOULOS, associé étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de l’Institut de France, ancien directeur du KERA, Fondation nationale de la Recherche scientifique :
« Philippes, cité macédonienne »
Discutant : Patrice HAMON, professeur à l’Université de Rouen

15h00. Michel SEVE, professeur émérite de l’Université de Lorraine :
« Philippes, colonie romaine : urbanisme, architecture et territoire »
Discutant : Georges Tirologos, Ingénieur d’études à l’Université de Franche Comté

16h00. Athanase RIZAKIS, directeur de recherche honoraire au KERA, Fondation nationale de la Recherche scientifique :
« Philippes, colonie romaine : société, institutions, cultes »
Discutant : Cédric BRELAZ, maître de conférences à l’Université de Strasbourg

17h00. Aristotelis MENTZOS, professeur à l’Université Aristote de Thessalonique :
« Philippes, ville chrétienne et protobyzantine »
Discutant : Samuel PROVOST, maître de conférences à l’Université de Lorraine

18h30 – 20h30. Table ronde animée par Maria Vlazaki, Secrétaire générale des Antiquités et de l’Héritage culturel au Ministère de la Culture
« Philippes au XXIe siècle : programmation scientifique, protection et valorisation du site »

25 octobre 2014 – Kavala

Matinée : départ de Thessalonique pour Kavala

Musée archéologique de Kavala.
17h00. Remerciements
17h30. Maria NICOLAÏDOU-PATERA, Éphore des antiquités préhistoriques et classiques de Kavala :
« Les travaux de la XVIIIe ΕΠΚΑ à Philippes »
18h30. Stavroula DADAKI, Éphore des antiquités byzantines de Kavala :
« Les travaux de la 12e EBA à Philippes »
19h00. Natalia POULOU, professeur à l’Université Aristote de Thessalonique :
« Les travaux de l’Université de Thessalonique à Philippes »
19h30. Alexandre FARNOUX, Directeur de l’École française d’Athènes :
« Les travaux de l’Ecole française à Philippes »

Programme Philippes 2014

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque « Monastic life, art and technology in 11th-16th c. » (Univ. d’Alba Iulia, Roumanie, 16-18 octobre)

banner conferinta 2014 6MONASTIC LIFE, ART, AND TECHNOLOGY IN 11TH – 16TH CENTURIES

The conference will be held at

University “1 Decembrie 1918” of Alba Iulia

Department of History, Archaeology and Museology

Continuer la lecture de Colloque « Monastic life, art and technology in 11th-16th c. » (Univ. d’Alba Iulia, Roumanie, 16-18 octobre)

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque : Conflits et progrès scientifiques et techniques en Lorraine à travers les siècles 17-18 octobre 2014 – Metz

Affiche du colloque
Conflits et progrès scientifiques et techniques

A l’occasion de ce colloque organisé par le Comité d’Histoire Régional, quatre communications porteront plus particulièrement sur des aspects archéologiques, de la Protohistoire au XXe siècle, développés à partir d’exemples régionaux.

Ces communications se répartissent sur les deux journées de colloque :

Vendredi 17 octobre

Conférence d’ouverture :

9h15 : Guerre et progrès chez les gaulois : une relation ambiguë, par Gérard Bataille (Chargé des partenariats scientifiques, INRAP), Jenny Kaurin (post-doctorante, CNRS-Université de Bourgogne) et Stéphane Marion (ingénieur de recherche au S.R.A. de Lorraine)

Samedi 18 octobre

Session 3 : Armement et innovations technologiques

9h00 : La poudre noire : de l’engin pyrotechnique incendiaire au tir de mine, par Francis Pierre (chercheur associé au LAMOP | Société d’études et de sauvegarde des Anciennes Mines)

Session 4 : Fortifications

10h30 : La maçonnerie en épi : une techniques de construction spécifique aux ouvrages militaires des Xe-XIIe siècles ?, par Cédric Moulis (ingénieur d’études, Université de Lorraine)

11h30 : L’emploi du béton dans la Grande Guerre : regard archéologique sur des vestiges contemporains, par Stéphanie Jacquemot (ingénieur d’études, S.R.A. de Lorraine) et Denis Mellinger (Sculpteur et restaurateur du patrimoine)

 

_____________________________

Vendredi 17 et samedi 18 octobre – Institut Régional d’Administration, 15 avenue de Lyon à METZ

Entrée gratuite, inscriptions obligatoire.

Programme complet et inscription :
http://chr.lorraine.eu/informations/documents/63554.pdf

 

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l’Université de Lorraine

More Posts - Website

Appel à communication : colloque international « Vies d’objets, souvenirs de guerres » (8-10 octobre 2014)

Le Centre de Recherche sur les Médiations (CREM), EA 3476 de l’Université de Lorraine organise un colloque interdisciplinaire et international sur le thème « Vie d’objets, souvenirs de guerre » du 8 au 10 octobre 2014, à l’UFR SHS-Metz de l’Université de Lorraine et au musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte.

Extrait de l’appel à communication :

Les objets du passé : une question d’actualité
Dans l’hebdomadaire Paris Match (Caroline Fontaine, 7-13/11/13), un article titré « 1914-1918. On a retrouvé le soldat Leguay » raconte l’histoire d’un soldat mort en 1915, dont le corps n’avait jamais été retrouvé. C’est en 2012 que quelques ossements, un casque, deux médailles pieuses et une plaque d’identification sont découverts par l’anthropologue Michel Signoli. Outre leur intérêt scientifique, ces trouvailles permirent d’attester du décès d’un homme dont l’État avait reconnu la réalité après l’Armistice, en 1919, mais sans qu’aucune preuve de celle-ci n’ait pu être fournie. Aujourd’hui, le sous- lieutenant Leguay est enterré à la nécropole de Minaucourt (Marne). Mais en sortant de l’oubli, ces objets, décrits comme étant des « reliques sacrées pour les descendants […] et des éléments d’identification pour l’armée », ont également clarifié les circonstances obscures d’une disparition. En effet, le casque du soldat Leguay porte les traces de la pluie d’obus dont il a probablement été victime.
D’une certaine façon, de tels objets qui racontent la fin de vie d’un homme racontent aussi celle de milliers d’autres. À la charnière entre un itinéraire privé et une histoire commune, ils attestent d’un conflit dont la violence perdure après sa fin, beaucoup des corps de ceux qui ont péri n’ayant pas été retrouvés. Objets apportant des preuves, ils sont aussi investis d’une charge affective puisque les descendants du soldat peuvent désormais compléter des pages blanches de l’histoire familiale. Enfin, parce qu’ils sont le fruit d’une découverte dont l’article de Paris Match dépeint, entre autres caractères, la dimension « religieuse », leur portée est aussi symbolique, le sens qui leur est attribué aujourd’hui transcendant la fonction qu’ils remplissaient hier. Ainsi la disparition et réapparition de ces objets en font-elles les relais d’une articulation particulière entre passé et présent.
C’est un questionnement de cet ordre qui est au centre du colloque interdisciplinaire et international « Vies d’objets, souvenirs de guerres ». Précisément, il s’agit de retracer des vies d’objets en les positionnant au sein d’un continuum où se succèdent des investissements politiques, symboliques, affectifs et/ou patrimoniaux. Ceci à partir du moment où un conflit, quels qu’en soient l’époque et le lieu, est investi d’une dimension mémorielle. Un objectif scientifique qui est en lien avec des préoccupations sociales, les objets étant non seulement au centre de plusieurs expositions à dimension historique (voir, par exemple : « 1917 », Centre Pompidou-Metz, 2012 : « Vies d’exil 1954-1962. Des Algériens en France pendant la guerre d’Algérie », Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 9 octobre 2012-19 mai 2013), mais au cœur de parcours muséaux dont celui du nouveau Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion (Gravelotte, Moselle).

Un questionnement à plusieurs entrées
Si des travaux envisagent la dimension sociale des objets selon une perspective qui, d’une part, est celle de la création et/ou de l’innovation et, d’autre part, fait référence aux traces collectives les constituant (Appadurai, dir., 1986 ; Bromberger, Chevallier, dirs, 1999), c’est à la « carrière » privée et/ou publique des objets que le colloque s’attachera. Il le fera en invitant des chercheurs de disciplines différentes à partager leurs points de vue et résultats, non seulement ceux qui, traditionnellement, s’intéressent aux objets (anthropologues, ethnologues, historiens et archéologues, chercheurs en sciences de l’information et de la communication, sociologues…), mais aussi à d’autres (chercheurs en littérature, en sciences de l’art, en sciences du langage…). Ceci pour renouveler les approches et mieux comprendre le rapport que les objets entretiennent au souvenir, au témoignage, à l’histoire et/ou à la médiation mémorielle en tenant compte, à l’instar des carrières professionnelles, des seuils, des étapes, des bifurcations…
Pour autant, si la dimension économique peut croiser ce projet, elle sera abordée comme l’une des manifestations par lesquelles un objet marque sa présence au monde. Il en sera de même des caractères culturels, politiques, esthétiques dont il est attendu qu’ils soient mis en résonance avec des vies d’objets… De ce point de vue, dans The Social Lifes of Things. Commodities in Cultural Perspectives (Appadurai, dir.,1986), il était déjà question de contester et dépasser le clivage ordinaire entre valeur d’usage et valeur d’échange pour montrer la complexité à l’œuvre dans la notion de valeur. Précisément, la valeur est ici autant d’usage que d’échange : elle s’attache à des objets dont les propriétés qui sont celles de leur utilisation en temps de guerre, se sont transfigurées au fur et à mesure de leurs usages/échanges ultérieurs. À l’instar du casque du soldat Leguay, les objets ayant appartenu à une personne connaissent une vie qui transcende la singularité du sujet pour viser le collectif tout en ne la négligeant pas. Si le casque découvert sur un champ de bataille traduit la violence des armes qui ont provoqué la mort de milliers d’hommes, l’interprétation résultant de l’analyse des impacts d’obus permet à la famille de savoir comment un aïeul est mort.
Au vu de ce cadrage, quatre axes de travail sont envisagés. L’un considère ces objets – notamment – à l’aune du modèle d’objet-frontière (Star, 1988 ; Star, Griesemer, 1989) qui permet de mettre en évidence les traits relatifs à la flexibilité interprétative, à la structure matérielle et organisationnelle, aux questions d’échelle et de granularité. Un autre consiste à explorer la dynamique et les processus à l’œuvre dans l’appropriation et les modes de circulation des objets dans le temps et dans l’espace ; un autre encore où les objets sont considérés comme des partenaires à part entière des interactions sociales. Enfin, les objets porteurs de mémoire ou d’histoire ont pour fonction de dire ce à quoi nous tenons. De ce point de vue, ne peut-on avancer qu’ils comptent doublement ? Ce qui est susceptible de faire débat, si ce n’est d’ouvrir des controverses.

La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 15 mars 2014
Voir le texte complet de l’appel à communication et les renseignements pratiques.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque Henri Seyrig (1895-1973) à la BNF et à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (10-11 octobre)

Affiche colloque Seyrig

Henri Seyrig est étudiant à Oxford en 1914 lorsqu’éclate la Guerre. Il s’illustre sur le front de l’Est puis rejoint l’armée d’Orient en Macédoine en 1917. Dès lors passionné par la Grèce, il entre à l’école d’Athènes en 1922 et effectue trois voyages en Syrie entre 1924 et 1928. Directeur des Antiquités de Syrie et du Liban sous mandat français entre 1929 et 1941, il

organise les fouilles archéologiques du temple de Bel à Palmyre, du Krak des Chevaliers et du sanctuaire d’Héliopolis à Baalbek. Il encourage l’installation de nombreuses missions étran- gères (dont, à Doura Europos, M. Rostovtzeff, Université de Yale). En 1941, Henri Seyrig démissionne et rallie Charles de Gaulle. En 1946, la fin des mandats français le conduit à créer l’Institut français d’Archéologie à Beyrouth dont il est le directeur, de sa fonda- tion à 1967.

Cette carrière grecque et syrienne a fait d’Henri Seyrig l’un des pères de l’archéologie du Proche-Orient. Il s’est particulièrement intéressé à la numismatique et a contribué à l’enrichissement des collections du Cabinet des Médailles. Il est aussi pleinement un homme du XXe siècle. Croix de guerre avec deux citations à Verdun, il rejoint la résistance durant la seconde guerre mondiale, puis prend position contre les abus de la colonisation. Dans le même temps, il se passionne pour l’art contemporain et, parallèlement à sa collection d’objets anciens, acquiert tableaux et mobiles d’artistes contemporains.

Programme du colloque : Programme colloque Seyrig 10-11oct13

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque : Pagans and Christians in the Late Roman Empire (Budapest, 7-10 mars)

 

Thursday March 7, 2013

 

PAGANS2013net

 

CEU Budapest, Nádor utca 9, Popper Room

 

10:00-10:30 am  Marianne Sághy (Budapest) Welcome and Introductory Remarks: What’s new pagans and Christians? 

 

10:30-12:30 pm Cities, Sophists, Bishops
Chair:  Rita Lizzi Testa (Perugia)

 

Josef Rist (Bochum): Conversion in a late antique city: The Life of Bishop Porphyry of Gaza by Mark the Deacon
Raffaella Cribiore (New York): The sophist Libanius as a grey pagan
Wolf Liebeschuetz (Nottingham) A view from Cyrrhus: Theodoret’s ‘Affectionum graecarum curatio’
Samuel Provost (Nancy): Living side by side in a changing urban landscape: Christians, Pagans and Jews in Philippi (4th-6th centuries)

 

12:30-1:30 lunch break

 

1:30-3:00 pm  Religion and Philosophy
Chair: Marianne Sághy (Budapest)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Luciana Gabriela Soares Santoprete (Paris) Relations between philosophical and religious traditions at the beginning of the Christian era : two new digital research tools
Róbert Somos (Pécs): Sentences as elements of philosophia moralis: Adaptations of a pagan literary form in the Works of Rufinus of Aquileia
Maël Goarzin (Lausanne): Pagan and Christian biography in late antiquity: On the importance of practical life for pagan and Christian philosophers

 

 

 

 

3-3:30 Coffee break

 

3:30-5:00 pm Cohabitation and/or Conversion
Chair: Michele R. Salzman (Riverside)

 

Zsófia Buzádi-Sallai (Budapest): A pagan who converted and became bishop
Margarita Vallejo-Girvés (Alcalá): Empress Verina among the pagans
Miriam Adan Jones (Amsterdam): Conversion as c

onvergence: Understanding Gregory the Great’s attitude toward pagan and Jewish influences in Anglo-Saxon Christianity

 

5:30-6:30 pm keynote lecture
CEU,  Budapest, Nádor utca 9, Auditorium
Chair: Wolf Liebeschuetz

 

Alan Cameron (New York): Were pagans afraid to speak their mind?

 

7:00 pm Buffet dinner

 

 

 

Friday March 8 CEU Budapest

 

10:00 -12:00 a.m Parallel sessions

 

 

Historical Perceptions
Popper Room
Chair: Hartwin Brandt (Bamberg)

 

Mar Marcos (Cantabria): Eusebius and Maximinus Daia
Anna Tóth (Budapest):  John Lydus as pagan and Christian
Juana Torres (Cantabria): Rhetoric and historical deformation: Marcus of Arethusa, heretic and martyr
Ecaterina Lung (Bucharest): Religious identity as seen by 6th-century historians and chroniclers

 

Pagan and Christian Burials
Gellner Room
Chair: Dino Milinovic (Zagreb)

 

Ivan Basic (Split): From Sepulcrum divi Diocletiani to Ecclesia gloriosae Virginis: New propositions on the Christianisation of Diocletian’s mausoleum in Spalato
Monica Hellström (Providence): Circiform funerary basilicas in Rome in the context of previous burial places
Olivér Gábor (Pécs): Pagan and Christian burial customs in Sopianae
Elizabeth O’Brien (Dublin): Impact beyond the Empire: Burial practices in Ireland (4th – 8th centuries)

 

Posters:

 

Claudia-Maria Behling (Vienna): Pagan garden to Christian paradise: Early Christianity in the eastern Transdanubian Region
Stefanie Hofbauer (Vienna): Finger rings from Antiquity to Christianity

 

 

12:00-1:00 pm lunch break

 

1:00 pm-3:00 pm: Religious Profiling
Popper Room
Chair: Maijastina Kahlos (Helsinki)

 

Jerome Lagouanère (Paris) The figure of ‘Paganus’ in the Works of Augustine of Hippo
Linda Honey (Calgary) Religious profiling in the Miracles of St. Thekla
Monika Pesthy Simon (Budapest) Martyres versus Pharmakoi
Volker Menze (Budapest) The dark side of holiness: Fear, punishmen

t, death and Barsaumo ‘the Roasted’

 

3:00 pm-3:30 pm Coffee break

 

3:30-5:30 Social and Economic Relations – Civic Life
Popper Room
Chair: Josef Rist (Bochum)

 

Joseph Grzywaczewski (Paris): Sidonius Apollinaris’s pagan vision of Roma bellatrix in Christian Rome
Lucy Grig (Edinburgh): Late antique popular culture and the creation of “paganism”: the Case of the Kalends of January
Sofie Remijsen (Leuven): Christianizing the rhythm of life? Sundays in late antique papyri
Jaclyn Maxwell (Ohio): Social relations and status anxiety across religious divides in late antiquity

 

5:30 pm-6:00 pm Coffee break

 

 

6:00-8:00 pm Pagans, Christians and Material Culture:  Artistic Crossovers
Popper Room
Chair: Lucy Grig (Edinburgh)

 

Rita Lizzi Testa (Perugia): The Economy of pagan temples and Christian churches
Edward M. Schoolman (Nevada): Religious images and contexts: “Christian” and “pagan” terracotta lamps
Dino Milinović (Zagreb): Pagan, Christian, or “secular”? The problem of the silver plate
Steven D. Smith (New York): Pagan literary mimésis in Christian Constantinople: The devotional epigrams of Agathias’ s Cycle

 

 

 

Saturday March 9, 2013

 

Pécs/Sopianae, Late Antique Cemetery
Cella Septichora Visitor Center (Pécs, Szent István tér)

 

1:00-3:00 pm The Archaeology of Christianisation
Chair: Zsolt Visy (Pécs)

 

Mustafa Şahin (Bursa): Myndos Rabbit Island (Tavşan Adası): from pagan sanctuary to Christian monastery
Branka Migotti (Zagreb): The cult of Sol Invictus and early Christianity in Southern Pannonia
Hristo Preshlenov (Sofia): Pagans and Christianisation along the South-West Black Sea Coast in the provinces of Scythia, Moesia Secunda and Haemimontos
Roy Flechner (Dublin): Economic change and conversion to Christianity in early medieval Britain and Ireland: consequence or coincidence?

 

3:00-4:00 pm Coffee break and poster exhibition

 

Zsolt Visy (Pécs): Sopianae and Valeria in the late Roman period
Levente Nagy (Pécs): Christian objects from Pannonia
István Lovász (Pécs): The northern cemetery of Sopianae in 3D
Marijana Vuković (Budapest/Oslo): Saint Irenaeus of Sirmium
Ferenc Fazekas (Pécs) – Antal Szabó (Paks): “Pagan” and Christian culture in Lussonium
Réka Neményi (Pécs): Early Christian cross-bow brooches
Francesca Diosono (Perugia) Pagani and peasants: the rural site of Villa San Silvestro di Cascia
Alessandra Bravi – Silvia Margutti (Perugia): Transformation of sacred spaces:  Constanti

nople and the Eastern Empire
Roy Flechner (Dublin): Converting the Isles

 

4:00-5:00 pm Concluding remarks
Chair: Danielle Slootjes (Nijmegen)
Michele R. Salzman (Riverside)

 

5:00-6:30 pm The Late Antique Cemetery of Sopianae
with guides Zsolt Visy, Levente Nagy and Olivér Gábor

 

6:30-7:30 pm closing lecture
Chair: Alan Cameron (New York)

 

Hartwin Brandt (Bamberg):Constantine and Rome – between pagans and Christians

 

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus