Archives par mot-clé : construction

Colloque ArCoGE : Archéologie de la construction en Grand Est

Dans le but d’améliorer la synergie entre les chercheurs mais aussi les professionnels du patrimoine bâti, nous souhaitons mettre en place une journée d’étude consacrée à l’actualité de l’archéologie de la construction au Moyen Âge en région Grand-Est. Nous avons choisi à dessein le mot « construction » plutôt que « bâti », car il nous semble revêtir une palette plus large de thématiques tournant autour de l’économie du chantier, des matériaux et leur mise en œuvre. Le point sera fait sur les dernières découvertes de chacun dans ce domaine dans la région, en traitant aussi bien de méthodologie, que d’un bâtiment en particulier, d’un ensemble de sites, d’une technique, ou des matériaux.

Lieu : Université de Lorraine, Maison des Sciences de l’Homme, 91 avenue de la Libération, salle internationale, Nancy

Dates : 26-27 septembre 2019

Inscription et programme : http://hiscant.univ-lorraine.fr/…/files/doc…/arcoge_prog.pdf

Soutenance de thèse : L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace, Xe-XIIIe siècles

De la fin des invasions magyares, dans le second tiers du Xe siècle, jusqu’en 1300, l’Alsace connut un accroissement continu de chantiers de constructions fortifiées privées. Celui-ci se traduisit par l’édification de dizaines de châteaux dont les ruines jalonnent, du Nord au Sud, le versant oriental du massif vosgien et qui ne manquèrent pas de susciter la curiosité de nombre de chercheurs depuis plus d’un siècle. L’histoire de leur construction, ou « art de bâtir », longtemps reléguée au second plan, a connu de grandes avancées grâce à l’archéologie du bâti. Ces études permettent, grâce à la documentation des phases de constructions, d’aborder les questions relatives au fonctionnement d’un chantier et à la gestion des matériaux. Le massif étant divisé entre une partie gréseuse au Nord et une zone cristallophyllienne, plus diverse, au Sud, l’apport de la géologie ou de la chimie des matériaux ouvrent de nouveaux champs de connaissances (composition des mortiers, sélection de roches pour les parements). Posé sur un sommet bien visible, le château cumulait les fonctions de résidence privée et de protection publique et ses parements furent conçus de façon à répondre au mieux aux exigences militaires et résidentielles.

From the end of the Hungarian invasions, in the second third of the 10th Century, until 1300, a growing number of private fortifications was built in Alsace. This phenomenon was represented by dozens of castles, ruins of which punctuate from North to South the eastern side of the Vosges Mountains and stirred up the curiosity of many archaeologists for more than one century. The history of their construction, or “art of building”, considered as secondary for a long time, improved thanks to the archaeological studies of elevations. These researches enable to show information relating to the organisation of a building-yard and the management of materials, thanks to the documentation of the different stages of building. The Vosges massif being divided into a sandstone part in the North and a granite part in the South, geological or chemical studies open new fields of knowledge (composition of mortars, stone selection for the facing of wall…). Built upon a well visible summit, the castle gathered the functions of private residence and public defence, so its walls were designed to fit military and residential requirements at best.  Keywords : castle, fortified residence, hill sites, enceinte, building, facing of walls, course, mortar, scaffolding.