Archives par mot-clé : exposition

Exposition : D’Attel de Luttange, ce célèbre inconnu (Verdun, 8 septembre)

Le Musée de la Princerie, à Verdun, accueille du 8 septembre au 30 octobre 2017 une exposition intitulée, « D’Attel de Luttange, ce célèbre inconnu »,

L’inauguration de l’exposition, le vendredi 8 septembre, est précédée d’une journée d’études sur le thème : « Jean-François Didier d’Attel de Luttange (1787-1858) savant ou fou littéraire ? », au Centre mondial de la paix de Verdun (entrée libre), dans le cadre du programme de recherche dirigé par Jean-Christophe Blanchard et soutenu par la MSH Lorraine.

Invitation à l’exposition et renseignements :

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : le rôle de l’image dans l’enseignement d’archéologie et d’histoire de l’art à l’université de Nancy (1887-1928)

affiche-exposition-rieahasd

La Faculté des lettres de Nancy fut l’une des premières en France à disposer, sous le nom d’Institut d’archéologie classique (IAC), d’une institution spécifique consacrée à la recherche et à l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art. Créé en 1902, il associait un musée de moulages de sculptures antiques, une bibliothèque spécialisée et une riche collection de photographies. Cette collection se trouve encore aujourd’hui dans les locaux du département d’histoire de l’art et d’archéologie à Nancy. Elle compte près de 9000 plaques de verre et plus de 4500 épreuves sur papier et fait l’objet, depuis trois ans, d’un programme de conservation et d’étude.

Cette collection était d’abord un instrument pédagogique : elle fournissait aux enseignants de l’IAC les images nécessaires à l’illustration de leurs cours, en particulier les cycles de grandes conférences publiques ouvertes au public, sur des sujets aussi variés que l’archéologie mycénienne, la sculpture grecque, ou la peinture italienne du XVe s.

L’exposition présente ainsi des sélections thématiques de photographies de cette collection correspondant à l’illustration originelle d’un choix de sept leçons ou cycles de cours publics, sous forme surtout de projections. Les cours retenus permettent à la fois de montrer l’évolution technique et scientifique de l’usage des photographies, depuis la leçon inaugurale d’archéologie de Charles Diehl, en 1887, jusqu’aux cours des années 1920, et cette diversité des thèmes et périodes abordés.

Plan de l’exposition :

– Introduction sur l’usage de l’image dans l’enseignement universitaire dans les années 1880-1920.

1. Charles Diehl, « Cours inaugural d’archéologie », publié dans les Annales de l’Est, 1888.

2. Paul Perdrizet, « Au musée archéologique universitaire », conférence publique, résumé publié dans le Bulletin des sociétés artistiques de l’Est de la France, 1907.

3. Albert Grenier, « La Gaule cisalpine », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1911.

4. Paul Perdrizet, « L’art symbolique du Moyen Âge », cours public de la faculté des lettres, publié dans le Bulletin de la société industrielle de Mulhouse, 1909.

5. Paul Perdrizet, « La peinture italienne au XVe s. », cours public de la faculté des lettres, publié en 1905.

6. Marcel Bulard, « Les découvertes de l’École française dans l’île de Délos », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1928.

7. Marcel Bulard, « Les sculpteurs florentins du XVe siècle », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1922 (Daniela Gallo).

Cette exposition s’insère dans le cadre d’un programme « carte blanche » accordé par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) au département d’histoire de l’art et d’archéologie pour l’année 2016. Ce programme, intitulé « Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques spécialisées au service de l’enseignement universitaire de l’archéologie et de l’histoire de l’art », étudie la construction contemporaine et parallèle de deux bibliothèques et photothèques, celle de l’IAC à Nancy et celle de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à Paris.

L’exposition est réalisée par le département d’histoire de l’art et d’archéologie, en partenariat avec le CRULH (EA 3945), et avec le soutien de l’UFR SHS-Nancy et du conseil scientifique de l’UL.

Commissariat de l’exposition : Daniela Gallo et Samuel Provost.

Assistante : Lucie Oswald.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : les moulages d’antiques de l’Université de Lorraine (février-septembre 2016)

Exposition : Les moulages d’antiques de l’Université de Lorraine : vestiges d’un musée imaginaire à Nancy au début du XXe siècle.

Musée archéologique de l’Université de Lorraine, CLSH (Nancy), de février à septembre 2016.

par Chloé Héninger

Affiche exposition moulages

L’actuel musée archéologique de l’Université de Lorraine rassemble des collections héritées d’un premier musée, situé auparavant dans les locaux de la Faculté des Lettres lorsqu’elle était installée à l’angle de la Place Carnot et de la rue de Serre. Ce musée archéologique originel, créé par le professeur Paul Perdrizet au début des années 1900, disposait d’une collection de moulages comprenant les copies en plâtre de plus de 450 œuvres antiques.

Le musée archéologique propose, entre février et septembre 2016, une exposition temporaire retraçant l’historique de cette collection de moulages, ainsi que son usage pédagogique au sein de l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art.

À partir des années 1880, la plupart des grandes universités françaises se dotent d’un musée de moulages pour accompagner l’enseignement de l’archéologie, une discipline en plein essor qui développe ses propres méthodes de recherche. Ces gypsothèques ne sont alors pas conçues comme de simples espaces d’exposition, où l’on admirerait les chefs-d’œuvre de l’art hellénique, mais bien comme de véritables outils pédagogiques, avec une présentation méthodique des moulages facilitant l’étude et les comparaisons. L’objectif est d’offrir aux yeux du visiteur, et surtout de l’étudiant, le panorama le plus complet possible de la sculpture grecque.

Au début du XXe siècle, le musée archéologique de la Faculté des Lettres était fortement ancré dans le milieu culturel et artistique nancéien ; il ouvrait notamment ses portes aux étudiants de l’École des Beaux-arts – qui venaient s’initier au dessin d’après l’antique, étape indispensable de leur formation artistique – et était visité par les artistes de l’École de Nancy, dont le chef de file Émile Gallé avait réalisé certaines des vitrines qui abritaient les collections.

PHOTO 7

Suite au bombardement allemand de la ville de Nancy, le 31 octobre 1918, la collection de moulages a été en grande partie détruite. Les plâtres, trop imposants et dont le déplacement aurait été trop coûteux, n’avaient pu être mis en caisses et déménagés comme les objets archéologiques. Les quelques moulages de grande taille restés intacts ont alors été déposés à l’École des Beaux-arts et la Faculté a conservé une soixantaine de petites plâtres (statuettes, inscriptions, fragments de céramique, objets divers) ainsi que des copies en galvanoplastie, faisant l’objet de l’exposition actuelle. Les archives relatives à la constitution du musée, reléguées dans un local désaffecté du campus, n’ont été redécouvertes qu’au début des années 2010 et leur étude a permis d’établir un catalogue rétrospectif de la gypsothèque.

Cette exposition temporaire propose donc une première redécouverte de ce patrimoine universitaire oublié, témoin de l’engouement d’une époque pour l’art grec et jalon essentiel de l’histoire de l’enseignement de l’archéologie an tournant du siècle dernier.

Image 37

Commissaire de l’exposition : Chloé Héninger

Responsabilité scientifique : Sandrine Huber, Samuel Provost 

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : Philippes 1914-2014. Cent ans de recherches de l’École française d’Athènes

L’Université de Lorraine accueille, du 5 février au 4 mars, dans le hall d’entrée du 91 Libération, l’exposition commémorant le centenaire des fouilles de l’École français d’Athènes à Philippes, en Macédoine orientale (Grèce).

Philippes_Nancy_exposition

Cité macédonienne devenue colonie romaine, après la bataille opposant sous ses murs, en 42 av. J.-C., Octave et Marc Antoine à Brutus et Cassius, la ville de Philippes doit son développement à l’époque chrétienne en grande partie au prestige de fondation apostolique qu’elle acquiert au passage de l’apôtre Paul en 49 apr. J.-C. Ville stratégique sous l’Empire byzantin, elle est définitivement abandonnée après la conquête ottomane, au XVe s. Mais la mémoire du site n’est jamais perdue : si les voyageurs en rapportent régulièrement des descriptions, l’exploration scientifique en commence avec la mission de Macédoine de Léon Heuzey, envoyé par Napoléon III pour étudier les champs de bataille des guerres civiles de la fin de la République romaine. La première mission réalisée sous l’égide de l’École française d’Athènes est la prospection épigraphique de l’archéologue nancéien Paul Perdrizet, en 1899, qui rapporte du site les toutes premières photographies. Mais il faut attendre 1914 pour que débutent des fouilles, aussitôt interrompues par le déclenchement de la guerre.

 

L’exposition organisée dans le cadre de la célébration des cent ans de recherches de l’École française d’Athènes à Philippes présente des photographies, des plans, des fac similés des carnets de fouilles ainsi qu’une maquette du centre monumental de la ville chrétienne. La matière en provient du riche fonds d’archives de l’École française d’Athènes, mais aussi du fonds Paul Collart, membre suisse de l’École française et auteur de nombreuses missions à Philippes entre 1927 et 1935. L’exposition vise à retracer l’histoire des fouilles et des recherches de l’École française d’Athènes à partir de 1914. Elle se compose de trois sections principales : la première présente l’histoire de Philippes, le site et les précurseurs, la deuxième l’histoire des fouilles, passant en revue les secteurs, les monuments, le mobilier découvert et les essais de restitution, et la troisième les hommes, c’est-à-dire les conditions de vie des fouilleurs et, plus généralement, celles des habitants de la région. L’exposition se clôt par une présentation de l’actualité du site et des perspectives de recherche. Εlle s’accompagne d’une projection sur le contexte historique et sur les conditions de vie en France et en Grèce dans la première moitié du XXe s, à l’époque des fouilles de l’École française.

Les documents graphiques et photographiques utilisés pour l’exposition ont dans leur majeure partie été réunis par Michel Sève, professeur émérite d’histoire grecque à l’Université de Lorraine, qui les a publiés dans le deuxième volume de la collection « Patrimoine photographique » de l’École française d’Athènes :

Michel Sève, 1914-2014 PHILIPPES – ΦΙΛΙΠΠΟΙ – PHILIPPI – 100 ans de recherches françaises – 100 χρόνια γαλλικών ερευνών  – 100 years of french research, Athènes, Melissa, École française d’Athènes, 2014, 280 p., 197 fig. 35 €.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : Le Château des fées en l’an Mil. Une sentinelle aux portes de l’Ardenne

INVIT_Page_1

Lieu de l’exposition : Musée de l’Ardenne – Charleville-Mézières (08)

Le Château des fées est édifié sur une motte schisteuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse au nord de Charleville-Mézières. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local. Un bâtiment primitif en bois a d’abord occupé le socle schisteux. Une aula en pierre de 17,50 x 9,80 m se substitue au premier ouvrage dans la première moitié du Xe siècle. Une enceinte castrale enserrait l’ensemble et accueillait une basse-cour. La destruction du site intervient au tout début du XIIe siècle, suite à un incendie. Les analyses physico-chimiques, les carreaux d’arbalète, les pointes de flèches, les monnaies, la tabletterie et le mobilier céramique exhumés des stratigraphies du Château des fées permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite noblesse autour de l’an Mil.

L’exposition rassemble des panneaux et du mobilier étudié par une dizaine de spécialistes travaillant sur des domaines précis des sciences historiques, géologiques, archéologiques de France et de Belgique. Elle fait la synthèse de fouilles inédites qui présentent un intérêt de comparaison pour les archéologues. Peu de sites sont encore renseignés avec précision sur cette période. Il vient compléter la liste des sites explorés par les collègues belges, de Picardie et de Rhône-Alpes sur la question des résidences aristocratiques des environs de l’an Mil – question sujette à de nombreuses remises en perspectives à chaque nouvelle publication tant le champ d’étude reste vaste.

Exposition Königinnen der Merowinger / Reines des Mérovingiens (Francfort, 12 novembre-24 février)

Le Musée archéologique de Francfort, en collaboration avec le Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye et le Trésor de la cathédrale de Cologne, organise une exposition intitulée Königinnen des Merowinger (Reines des Mérovingiens).

Comme l’indique le sous-titre, « Tombes aristocratiques des églises de Cologne, Saint-Denis, Chelles et Francfort », les commissaires de l’exposition, Egon Wamers et Patrick Périn, ont réuni le mobilier funéraire des plus prestigieuses sépultures féminines mérovingiennes : les reines Wisigarde (Cologne, vers 535), Arégonde (Saint-Denis, vers 575) et Bathilde (Chelles, vers 680) et la riche tombe d’enfant de la cathédrale de Francfort.

Annonçant la présence d’autres pièces similaires provenant de France et d’Allemagne, l’exposition devrait être l’occasion de voir réunis une série d’objets intéressant directement l’étude du mobilier de la nécropole mérovingienne de Saint-Vanne, en cours de fouille.

Site du musée : Königinnen der Merowinger / Reines des Mérovingiens

Source : Exposee_Koeniginnen.

 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition « Reims capitale mérovingienne » (19 avril-29 juillet)

Les tombes aristocratiques mérovingiennes découvertes à Saint-Dizier en 2002 font l’objet d’une nouvelle présentation temporaire dans le cadre d’une exposition organisée au Musée Saint-Remi de Reims du 19 avril au 29 juillet 2012.

 

À la mort du roi Clovis, le 27 novembre 511, son royaume est partagé entre ses quatre fils selon la coutume des Francs. L’aîné, Thierry, reçoit un royaume composé des actuels Palatinat, Rhénanie, Luxembourg, Lorraine et Champagne auxquels est rattachée l’Auvergne. Sous le nom de Thierry 1er (Théodoric), il choisit Reims comme capitale.
Le Musée historique Saint-Remi de Reims et le Musée municipal de Saint-Dizier se sont associés pour présenter cette exposition, en collaboration avec l’Inrap, afin de commémorer la naissance de cette entité territoriale qui perdura sur une soixantaine d’années au long du VIe siècle.

En effet, en 2002, au sud-est de l’agglomération de Saint-Dizier, une fouille préventive réalisée par l’Inrap au lieu-dit La Tuilerie, met au jour trois riches tombes appartenant à la haute aristocratie franque du royaume de Reims.

L’exposition s’articule en deux parties :
– les collections permanentes du musée historique Saint-Remi, qui évoquent le cadre de vie des différentes couches de la population à l’époque du haut Moyen Âge (VIe-VIIIe siècles) ainsi que le positionnement de Reims comme capitale d’un des royaumes francs ;
– la découverte archéologique faite à Saint-Dizier.

Source : INRAP

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus